SailBlogs
Bookmark and Share
SYL&CG
Puerto Rico
03/22/2013

El Yunque

Nous voici de retour à Fajardo après avoir passé une dizaine de jours à Houston pour préparer les impôts. Quelle plaie! Mais nous sommes de retour sur le bateau. Nous avons loué une voiture à l'arrivée et jeudi nous sommes partis tôt pour le parc national El Yunque. Il s'agit d'une forêt tropicale humide qui se trouve à une trentaine de km de la marina.

Le parc couvre environ 15 000 ha. Il s'étale sur un dénivelé de 150 à 1200 mètres. La route serpente en montant parmi les bambous, fougères géantes et autres arbres magestueux. Nous délaissons nos sandales pour des chausures de sport et nous entamons notre première randonnée. On fait d'abord le sentier La Mina. Il s'agit de la piste la plus populaire car courte et très jolie. Elle serpente le long d'un ruisseau qui a plusieurs cascades. Le clou est la cascade à la fin. Il y a un monde fou et les gringos sont venus se baigner dans la cascade. Les natifs les regardent avec stupéfaction car l'eau n'est qu'à 22C. On finit cette randonnée et traverse la route pour entamer la montée vers le sommet du Yunque. Le sentier monte progressivemnt. On ne rencontre alors que 2 ou 3 randonneurs. On progresse au milieu d'une végétation tropicale avec des arbres couverts de mousse, lianes. On voit quelques orchidées et des bromeliacées qui poussent sur les palmiers. On voit aussi quelques hibiscus sauvages. On entend les oiseaux et les grenouilles chanter mais on ne les voit pas. On nous a bien dit qu'il n'y avait pas de serpent ou insecte venimeux donc pas de souci. Par contre il semble que les mangoustes (introduites il y a des années et qui infestent maintenant toutes les Antilles) ont la rage, donc attention.

Après 2 heures on arrive à la bifurcation: la tour de guet ou le sommet. Les nuages commencent à s'accunuler donc on opte pour la tour. On ne devrait pas voir grand chose du sommet cet après-midi. On arrive à la tour de guêt à 1080 m. On voit toute la région et la forêt environnante. C'est magnifique . La forêt ressemble à du velour!

Après avoir crapahuté pendant 4 heures on rentre fourbus au bateau les yeux pleins d'image de tous les tons de vert rencontrés.

Le vieux San Juan
Le lendemain on part de nouveau tôt pour visiter le vieux San Juan. La ville a été fondée il y a plus de 500 ans. On prend la route et au bout d'une heure on arrive au bord des quais des paquebots dans la vieille ville. On laisse la voiture dans un parking et on va vers le Castillo San Felipe del Morro ou El Morro. Le fort est installé sur un promontoire qui garde l'entrée du port. Toute l'esplanade en gazon devant l'entrée sert de parc ou des centaines de personnes se réunissent pour y faire voler des cerfs-volants.
Constuit au 16 ième siècle il est typique des forts espagnols de l'époque. Il me fait penser au château de Salses. Les murs sont absolument énormes (9 m d'épaisseur). Et le chateau s'étale sur 5 niveaux depuis le niveau de la mer. En face se trouve un ile qui marque l'entré de la rade. Un petit fort s'y trouve et le feux croisé des 2 forts empêchait les bateaux ennemis de rentrer dans la rade. Il y avait aussi sur cette ile la colonie de lépreux de l'époque. On passe de salle en salle, de couloir souterrain à la place d'armes, monte et descend escaliers et rampes d'accès. Les chambres des soldats ont été reconstituées. Les canons ont leurs outils pour les utiliser. Le fort est très bien entretenu et étonnement les salles sont toutes accessibles, même le bunker qui fut bâti lors de la 2 ième guerre mondiale et qui servait de batterie pour couler les Uboat.

A midi temps de casser la croute. On parcourt plusieurs rues aux façades très colorées de style espagnole. On s'arrête dans un bouiboui mexicain et on repart vers le 2 ième fort, le Castillo San Cristobal situé sur un autre promontoire et un peu moins agé que El Morro. Là par contre on peut voir la prison (le dongeon) avec des dessins de gallions réalisés par les prisonniers. On y voit aussi des puits protégés par des murs immenses. Ils sont placé au dessus d'une citerne cyclopéenne qui contenait 900 gallons d'eau soit plus de 3 millions de litres d'eau. Absolument énorme!

Retour de la voiture; à la plus grande marina des Caraibes, Marina del Rey, plus de 1000 places. L'agence de location nous ramène à notre marina et on finit les derniers préparatifs pour partir demain vers Culebra et Culebrita qui ne sont qu'à 15 milles nautiques d'ici.
Notre séjour à Puerto Rico s'achève. On espère revenir passer plus de temps dans cette ile ou les gens sont très accueillnats. On n'a eu qu'un minuscule aperçu de ce que l'ile a à offrir. On reviendra!

El Yunque

Here we are... Back to Puerto Rico after 10 days in Houston... Seeing family and friends and making sure the income tax returns are in good order! We rented a car right at the airport, stopped at Costco (Yes, there is one in San-Juan!!!) loading the car with supplies and some goodies we cannot find along the way. The next day, early departure for the Tropical rain forest El Yunque. It is roughly 25 miles from the Sunbay Marina and the entrance of El Yunque National Park.

The park covers 28,000 acres and goes from 500' above sea level to 3800' . The nice road going from the park interpretation and welcoming center is wrapped in tropical ferns, bamboo, tropical trees and brush that is very lush. We quit the crocs for good sport shoes and go for our first hike of the day on the Mina trail (Trail of the mine); it is a very popular trail for buses of tourists, the well laid-out path run along a small mountain river that encompasses a very pretty fall. At the base of the falls, (to the amazement of the Puerto Ricans) some ''crazy gringos'' are actually in the water at the base of the falls... The water has to be around 68-70F!!! We come back from this trail and right across the road starts the trail to go up to the summet of El Yunque.

The trails are very well maintained, this one is somewhat rougher and muddier but climbs smoothly along the sides of the mountains going from one valley to the next. Very few walkers on this one, we hear the frogs, the birds but have a tough time seeing them. The forest is just astonishing, rich with 1000 tones of green, yellow and points of red with some of the flowers attached to the palms. Hibiscus, bromeliaceas, etc... etc..., No snakes, no venemous insects but some mangooses that were introduced and that can have rabies around here... To be careful.

After 2 hours, we come to a cross-path, keep going up another 300' (After 2800') or go to a tower just below the summit. The clouds make the decision for us... Fog comes in waves by the summit and we could not see anything, so we go to the watch tower. Nice view and look down from above the tree and palm canopy that is dense and with a variety of green unseen before because of the plant diversity here... Over 200 species of trees and brush in this park...

We come back down from there to the car, but before arriving we encounter another trail ''Boca de ORO'' that climbs-up 300', rejoins the main trail we took to go up in the first place and then come back after a loop to the parking... We could not resist the temptation to be in the forest again!

Four hours later, walking up and down El Yunque we come back wasted but with unbelievable images of this unique rain forest park!

Old San Juan, PR

Friends told us to go and spend the day... So the next day we leave early to drive to San Juan. The old part is right after the cruise ship docks. Founded 500 years ago the highlight is the Castillo Del Morro, a fortress on top of a rocky area with 18 feet thick walls and built on 5 levels from the sea to the top. The city side of the plain leading to it is re-known for locals to go kite flying with kids... Lots of them are already there early in the morning doing just that!

The visit lets us see every level of the fort, rooms, caves, tunnels etc... A very well made restauration has given it an almost ''live'' aspect and it is not hard to imagine what life was like in the fort as they were fighting for their lives shooting cannons across the bay to prevent the Dutch, French or English from taking over this island at the entrance of the Carribean and South America.

Lunch in a small mexican restaurant in the old town and we go visiting the second fort, Castillo San Cristobal. There we can see the cistern system that allowed them to sustain long fights (Almost 900,000 gallons of water stored under the fort in 5 cisterns 50 feet long, 20 feet wide and 24 feet high... Impressive. There is also a prison imbedded under the walls where we can still see drawings of Spanish frigate ships on the walls of the prison, painted by prisoners.

After a walk through the old city back to the car, we deliver the car to the car rental agency right at the Marina Del Rey, 1000 slips! The largest in the Carribean; the agency provides us with a ride back to the Sunbay Marina, 8 miles north and we are back to the boat to make sure Carpe Diem is ready to leave for Culebra and Culebrita tomorrow, only 15 nautical miles.

We only saw a fraction of this beautiful island, there is so much more to see and enjoy. People here are nice, helpful and very welcoming... We WILL BE BACK and make sure to spend more time exploring the rest of the island.

Les iles vierges americaines- The USVI
Cecile & SYL
02/18/2013, Coral Bay - St John - USVI

English follows...
Nous sommes dans les USVI depuis une semaine. Nous avons retrouvé Lee et Sharon sur Allegro. Nous les avions rencontrés au Houston Yacht Club avant qu'ils ne prennent leur retraite et partent vivre sur leur bateau les 3 quarts de l'année en transit entre Trinidad et Puerto Rico. Ils sont une excellente source d'infos : ou faire les courses, les laveries automatiques,etc. Nous passons quelques jours ancrés d'abord dans St Francis Bay (Ile St John). Nous y rencontrons un bateau de français. Le capitaine est du Croisic. L'autre couple qui les accompagnent de St Nazaire. Ils ont traversé l'Atlantique il y a 3 ans et remontent les Antilles vers Cuba. Ils n'en reviennnet pas du système des ancrages dans les parc marins des USVI. Certaines zones ont des bouées pour y passer la nuit ou plusieurs jours. C'est 15 $ la nuit. Si elles sont toutes prises on peut s'ancrer (gratis) mais dans beaucoup plus profond. Il y a des stations de paiement flottantes dans l'ancrage. A St Francis c'est un radeau ou on prend une enveloppe et on laisse son paiement dans une boite aux lettres. Le système est ce qu'on appelle le Honor System. Des français nous demandaient si tout le monde paie ??? Si les rangers vérifient les paiements (j'en doute). Mais si personne ne paie et bien les bouées disparaitront ou ce sera comme aux British Virgin Islands ou c'est plus de 35$ par nuit et il y a quelqu'un pour collecter. Ce n'est vraiment pas cher pour passer une nuit tranquille et pour être sur que les bateaux ne s'ancrent pas partout et abiment coraux et paturages des tortues. Toute la côte de St John ou presque est un parc marin. Certaines zones sont interdites. D'autres il y est interdit de s'ancrer et il y a un nombre minimum de bouées. On fait du snorkel et il y a des randonnées intéressantes.

On va ensuite prendre une bouée (gratis) à Chritmas Bay en face de St Thomas. Sharon et Lee ont des amis qui nous embarquent .Ils vivent sur leur bateau et font du charter et ont une voiture à St Thomas. On en profite pour faire les courses chez Costco . Bien moins cher qu'en ville. Le retour en dinghy qui est chargé n'est pas tres agréable. Il y a à traverser un canal entre les 2 iles et on arrive trempés comme des soupes, 2 pouces d'eau dans le dinghy...: on a embarqué pas mal de vagues.

Le lendemain on part sur Coral Bay. On a rencontré des amis d'Allegro , lui est biologiste marin et ils ne parlent que de cette baie pour le snorkeling. Vent dans le nez encore. Arrivés dans la baie on va s'ancrer dans le seul endroit permis. On s'y prend à 4 fois avant de pouvoir être bien accroché. L'endroit porte bien son nom et c'est dur de trouver un endroit ou l'ancre a une prise sur fond de corail avec une mince couche de sable. Tout le reste est ancrage interdit et les mooring (bouée) ne sont permis que la journée. La zone est considérée comme exceptionnelle pour l'écologie. On part en dinghy à 2 km dans une petite baie bordée de palétuviers (mangroves). C'est abolument féérique. On n'a jamais rien vu de pareil. Au-dessus il y les paletuviers, rien d'exceptionnel. Et quand on va avec son masque dans le mètre d'eau en dessous, c'est une fantasia d'éponges, coraux accrochés aux racines . Toutes les couleurs, toutes les formes. Rouges, oranges, verts foncés, bleus.....chandeliers, dentelles....Et au milieu de tout ça des poissons de toutes sortes mais en majorité des juvéniles : mérous, snappers, poissons tropicaux. Je vois même une toute petite pieuvre courir sur un rocher. C'est une pouponnière ! De retour au bateau on observe 2 ou 3 tortues qui se promènent autour de nous.

Le lendemain on part sur Great Lameshure Bay d'où j'écris. La suite au prochain numéro !

US Virgin Islands

Already a week that we made it here in the Vingin Islands ! We stayed for 2 days in St-Thomas on a mooring in Frenchtown at the Marina (Small, small) to rest and provision the boat. We also cleared customs right at the Ferry dock, 5 minutes walk from there... The officers were both efficient and very friendly. It took 30 minutes and we were out of there exploring the waterfront. We then move to St-Francis Bay, St-John where we met with Lee and Sharon, Allegro, Tayana 52. They were at the HYC in Houston as we were there and we got to know them before they retired cruising between Trinidad and Puerto Rico 8-9 months every year. They are a fountain of knowledge on everything here and more! Sailing, bot equipment issues, where to do the groceries, laundry, nice walking paths around etc... etc... We spend a few days there in the Bay on a mooring enjoying the beach, snorkeling around and walking up the hill with Sharon to an old sugar plantation site. We also meet 2 couples of French, the owner of the boat is from the Croisic, and the accompanying couple from St-Nazaire France. They brought the boat across the Atlantic 2 years ago and are now slowly making their way season after season to the Western Carribean, Panama etc... They are pretty impressed by the Mooring fields in every bay here in the USVI. In some bays, you can spend up to 7 days in a row on a mooring before having to move to another anchorage, and others, in more environmentally sensitive sites, only for the day. It is $15 USD per night (Cheaper than the BVI:$35 Euroénight) and half price for 65+! If all the moorings are taken (We have not seen this yet) you can anchor away from the mooring field, usually in quite a bit of water 15-20 meters!! You need a lot of chain for that!!! There is floating pay stations in the mooring fiels or ashore where you pay cash or credit card by putting your info é payment in an envelope and in a steel mailbox. It is based on the ``honor system``. French poeple were asking us if everybody pays ??? If the rangers check who pays or not ?? We have not seen any around after a whole week ! The issue, is that the payments do help for the maintenance of the sites and moorings so if people do not pay, it will become like in the British Virgins where someone comes to your boat to ask for the money... When you look at it it is very inexpensive to spend a quiet night on a mooring in beautiful, pristine sites where you can get rid of your garbage, get info on the area etc. It helps protect the bottom of the bay, corals and herbal area for turtle feeding, conch etc...

After that, we move on a free mooring site close to the east ens of St-Thomas on a small island, Christmas Bay. Sharon and Lee have friends that charter a sailboat and they are going to town to provision their boat... Thanks to them, we hitch a ride and have a good opportunity to go to 2-3 stores to provision the boat well, including a visit to ''Cost-U-Less'' where wine and beer are much cheaper. We come back in our dinghy that we dragged behind Allegro in the morning as they stay around on a mooring in Red Hook Bay for the night. Coming back to our anchorage with our ''loaded dinghy'' proves to be challenging... with the wind chop and the swell as we have 2-3 miles to do and round a point where the waves are pretty steep... We arrive at our boat soaking wet with 2 inches of water in the dinghy... OH! Well as Lee says, another adventure!!!

Next day, we move on to Coral Bay. We met some of Lee's friends arrive close to the bay in another anchorage (Hansen Bay) by the beach as per the instructions... The bay is hard coral and very difficult to set the anchor well... After 4 attempts, here we are well dug-in with the chain going round coral heads.... It takes a while to get out of there when we leave! We were definitely securely anchored!!! We leave by dinghy to go in the mangrove place, leave the dinghy on a moorings and dive in... AMAZING!!! Not much above us with the mangrove roots coming down but as you snorkel along them in 2-3 feet of water, you then see sponges of all colors, coral formations I had never encountered before, thousands and thousands of little fish swimming all around you and lurking at you very quietly some juvenile groupers, snappers, barracudas etc etc... Some larger fish also and Cecile even spots a small quid crawling on top af a small rock. This place is definitely a unique site to visit and we will make a point of coming back when my daughter joins us in a week or so! Back to the boat, 2-3 turtles are swimming around the boat...

The next day, we move on to another Bay... Great Lameshure Bay where we write this... We will report back on this area next time!

Passage Bahamas - US Virgin Islands
Cecile
02/10/2013, St Thomas USVI

Finalement une fenètre météo s'ouvre pour faire la traversée. On obtient une prévision à long terme de Chris Parker qui nous dit qu'en partant mercedi soir on aurait des vents favorables et de prévoir une journée à moteur. Normalement la traversée devrait nous prendre autour de 6 jours pour environ 700 miles nautiques. Départ de Thompson Bay à 13h30 mercredi 30 janvier. On passe le Cap Santa Marai et nous voilà dans l'Atlantique. On fait route vers Conception Island qu'on passe dans la nuit. Bon vent. On progresse vers le Nord Est pour avoir le meillleur angle pour descendre vers le Sud Est sous vents dominants Est. Vendredi comme prévu pas de vent donc moteur. Samedi la journée débute bien avec 15 noeuds de vent ESE et en début d'après midi plus rien. La petite houle est extrèment ennuyeuse. Le bateau est bercé de coté avec un mouvement de plus en plus accentué, les voiles balottent, la bome tape. A devenir dingue. Dans la nuit le vent se lève, pas bien fort ce vent! Mais au moins on avance un peu. Le lendemain rebelotte. Pas de vent la mer est d'huile et donc un peu plus confortable mais on n'avance pas. Dimanche toujours rien. On commence à se demander combien de temps on va rester en rade. Les panneaux solaires chargent peu car le temps reste nuageux et on surveille la consommation électrique : frigo, congélo et instruments consomment pas mal. Chris Parker nous dit qu'il faut remonter vers le Nord pour trouver du vent. Meme si on essaie désespéremment d'aller vers le sud on suit ses conseils. On reste coincé en face des iles TurKs & Caicos! Finalement on trouve du vent pour progresser vers le sud. On est en début de semaine et de nouveau le calme plat. En réponse à nos questions C. Parker nous dit qu'on est en plein dans une dépression tropical (TROF) et que le vent se trouve un peu plus loin. Finalement le vent reprend après des heures à se faire balloter par le vagues. Lorsque le vent reprend c'est du sud qu'il souffle maintenant! La direction ou on doit aller! On se demande si on n'est pas condamné à errer sur cette Mer des Sargasses éternellement. Enfin le vent se lève et cette fois-ci on avance car en moyenne le vent est à 20 à 25 nœuds avec des grains . Mais au moins on progresse vers notre but. On arrive à St Thomas jeudi le 7 février 8 jours apres notre départ. On est fatigués car les veilles de 2 heures finissent par nous user surtout qu'on a souvent eu des grains la nuit donc réduction de la voile et donc poussée d'adrénaline. Difficile de dormir apres. Et étant au près serré pour toute la traversée c'est difficile de relaxer!
Cette traversée nous a permis de voir les limites de nos systèmes. Les panneaux solaires ne compensent pas pour la demande énergétique de l'autopilote - surtout par grand vent-, instruments, réfrigération si il fait nuageux. Il nous a falllu démarrer le moteur pour recharger les batteries chaque nuit. D'ailleurs une nuit le moteur ne partait pas et on a eu peur car plus de batteries plus d'instruments ni feux de navigation. La panne a été vite réglée (air dans le système du à une connection désserrée). Mais d'un autre coté on économisait le carburant car vu comme on était parti on ne savait combien de temps on allait errer sans vent. Le déssalinateur lui aussi normalement fonctionne aux panneaux solaires ...quand il y a du soleil!

Enfin St Thomas qu'on voit au loin la dernière nuit avec la Croix du Sud juste au-dessus.

La suite au prochain numéro.

Passage Bahamas - US Virgin Islands

We get a weather window for January 30 and here we go. We leave Thompson Bay in Long Island Wednesday January 30 beginning of the afternoon direction cape Santa Maria. Around 6pm we enter the Atlantic side direction Conception Island. Good wind beautiful stars. We have a good sail until Friday when the wind dies. But that was forecasted so no problem we motor for the day. The wind comes back not too strong that wind, then dies again. We get swells though so we are being rocked by the swell and this is the worse part of the trip. The sails and boom are banging.... What a noise and the motion is sickening. We wait until the following day when the wind will pick up again.
We will have a repeat of this another time. In between, squalls and good sailing.

At one point we thought we would never go anywhere because of no wind and that we were condemned to sit there for ever. Then we were anguishing about wind blowing from the South and then we will never get to our destination. For a while we thought we would end up in Dominican Republic which would have defeated the purpose of this passage but finally we got favorable winds finally to make it to St Thomas.

This passage was also a practical test on our boat system. We were using all instruments 24 hours and when there is little sun solar panels can hardly recharge the batteries. So we had to start the engine every night to recharge. But we needed also to carefully conserve our fuel. One night the motor did not start. I was panicking because no motor , no batteries, and no instruments and navigation lights. It was fixed quicly: air in the system due to a loose fitting. But it gives food for thoughts.

We were very tired at our arrival in St Thomas. It took us 2 to 3 more days than we expected but the trip went uneventfully - apart form the absence of wind in the Sagasse Sea. I can understand now how Christophe Colombus must have felt when his ship sit there for days......

We are now starting to visit the US Virgin Islands.

Next episode same channel.

Jumentos et retour a Long Island
SYL & CG
01/22/2013, Long Island (English below french)

Les Jumentos

Nous partons dimanche le 13 janvier à 6 h 30 du matin pour les Jumentos. Nous sommes 5 bateaux : Kokomo qui montre le chemin, Aeeshah, Seabiscuit, Mekayah single-handed par Ted et notre bateau Carpe Diem. La profondeur du chenal qu'on emprunte est limite. On est à marais haute heureusement car il n'y a que 2,5 m d'eau (6.5`). C'est au début du sable mais par la suite les tetes de corail apparaissent. Pour plusieurs portions j'irai devant pour distinguer les masses sombres. On a un bon vent et on fait de la belle voile. On est tous à la queue leu leu suivant religieusement Kokomo.

En fin de journée on arrive à la 2eme ile principale (Cay) des Jumentos : Flamingo Cay. C'est d'aileurs le nom qu'on s'est donné : la Flamingo Fleat. On s'ancre dans 3m d'eau et je plonge pour voir si l'ancre est bien mise. Une chose que je ne referais plus car plus tard il y aura the men in grey suits (les hommes en costard gris), nos amis les requins qui viendront nous rendre visite. Les Jumentos sont d'ailleurs un des endroits ou les requins viennent se reproduire. Dès qu'ils entendent un dinghy revenir ils viennent roder . On nettoie le poisson sur l'arriere du bateau et ils sont là pour récupérer les restes. Il y a aussi toute une flotte de pecheurs de toutes les Exumas qui viennent pecher dasn ces eaux poissoneuses et quand ils nettoient le poisson c'est la fete pour les requins.

Le lendemain on va visiter l'ile puis on prend les dinghys et on va sur un récif faire du snorkel. SYL et John ont leur harpon pour pecher. Mais on ne prendra rien. Par contre on voit de splendides raies en plein vol et on découvre une énorme tortue qui se repose sous un rocher. Elle est entourée de ramoras, les poissons pilotes qui s'attachent à toute créature qui passe : requins, tortues, nageurs. On nous dit que quand il y a des ramoras il y a des requins. On ramasse une dizaine de conches.

Le lendemain cap sur Racoon Cay. On y retrouve John et Barbara de Sam the Skull rencontrés à Georgetown. John a promis à SYL de l'emmener à la peche aux homards. Donc nous voici en route. Barbara et John dans leur dinghy et nous deux dans le notre. Barbara et moi restons sur le dinghy à tourner autour des 2 plongeurs pour récupérer les prises et pour récupérer les plonguers si on voit des requins. Normalement les homards n'attirent pas les requins ce qui n'est pas le cas d'un poisson harponné. SYL fait sa premiere prise au harpon. Apres plus de 2 heures dans l'eau on rentre. C'est ensuite le moment de sortir le mollusque de la conque, pas facile ! Cela demande un marteau et un tounevis pour percer la coquille. SYL essaie de ne pas casser le coquillage car on veut récupérer au moins une conque peu abimée pour en faire une corne. La tradition est de sonner le coucher de soleil. On fait une salade de conque délicieuse !

Le lendemain tout le monde se déplace à Double Breast Cay car une fois qu'on a pris plusieurs homards, on va ailleurs. Double Breasted Cay est très jolie. Je vais marcher sur l'ile avec Leta et Jen et SYL va à la chassse au homard avec Ted , Roland et John. SYL reviendra avec 4 beaux homards. De mon coté je ramasse des sea beans et du verre dépoli par la mer. Il y a comme partout des tas de détritus sur ces superbes plages.

On reste une journée de plus à Double Breasted, un très joli ancrage. Par contre la 2ème nuit le vent a viré au nord et le bateau va rouler toute la nuit. On ne dormira pas beaucoup. Le lendemain, on déguerpit pour Hog Cay l'ile la plus au sud des Jumentos en face de Ragged Island et à 60 miles de Cuba. C'est un superbe et immense ancrage qu'on atteint en passant encore une fois par des profondeurs de 2.5 à 3 m et avec des récifs un peu partout. En arrivant un des bateaux appelle pour nous prévenir des tetes de corail qui jonchent une partie de l'ancrage. Sur terre, à partir de bois récupéré sur les plages terre les habitués ont construits une structure en bambou et filet pour se protéger du soleil et ils ont installé bancs et chaises. C'est le Hog Cay Yacht Club ! Ils y jouent meme à la pétanque. L'ile est grande et beaucoup plus boisée que les autres iles visitées précédemment.

En écoutant la météo on n'est pas sur que si nous ne partons pas demain, on ne sera pas coincés ici. Il semble qu'un front rentre et les vents devraient forcir et virer dans la semaine au NE, empechant notre retour. Et derriere il semble qu'un autre front se développe. On voudrait bien rester encore un peu mais dans l'incertitude on choisit la raison. On repartira donc demain. Aeeshah qui doit aussi aller vers les Caraibes décide de rester une autre semaine. Tous les autres passent l'hiver entre les Jumentos et Ragged Island. Ils se font livrer par mailboat les produits frais à Ducantown dans Ragged Island il n'y a qu'une épicerie avec le strict minimum.

On est triste de quitter tous ces nouveaux amis. On repart donc vers Long Island en passant cette fois-ci par l'extérieur. On rerentre dans les Banks à Water Cay. On navigue à vue pour rentrer dans l'ancrage. 4 à 5 bateaux arrivent s'y ancrer apres nous, tous des canadiens qui s'en vont à Cuba.

On est de retour à Long Island pour se préparer à la traversée vers les Iles Vierges. Donc dès que la météo est bonne on partira pour une traversée de 600 miles.


Jumentos...

We left for the Jumentos as a flotilla always following Kokomo, our Admiral that knows the area well ! The Flamingo Flotilla...4 boats leaving early am and anchoring in Flamingo Cay by the end of the day. The Comer Channel we take is shallow 2.5 to 3 meters at high tide. The Jumentos are not for all sailors, you need to be self sufficient in fuel, water, spare parts etc... No restaurants and bar hopping there!

By the end of the first day we arrive in Flamingo Cay, the second largest Cay on the way south. We anchor in 3.2 m of water and Cecile jumps in to check the anchor.... After that we will not do that again here... The "men in grey suits" are swimming around all bosts anchoring as thses islands see many fishing boats cleaning their catch in the anchorages. Next time we use the "sight bucket"!

Next day, we take the dingys and go visiting the Island and we go snorkeling on a reef.
We see a huge turtle, eagle rays swimming around, plenty of fish but no lobster. We bring back 7-8 nice size conch and will prepare them when we get to Racoon Cay the next day...

The next day, we make way to Racoon Cay and we go lobster spear fishing with a friend and his wife, John & Barbara, (Sam the Skull), . John is a pro !!! SYL observes well, sees the lobsters but John is the one that « nails » them down and brings 4-5 to the dinghy. Cecile and Barbara are each in a dinghy circling above us to put the catch in a bucket and also to check for sharks. SYL gets the hang of it and brings his first nice size lobster to the surface. Back to the boat to take the conch and go to the beach to "fix" them. Harder than it looks, we are trying to make the hole to get them out of there as small as possible to keep a few for a horn and decoration home in Houston.

Next day, the Flotilla goes to Double Breasted Cay and SYL goes lobster fishing with Kokomo, Mykaya and Aeeshah and comes back with four nice ones... Lessons learned and he is now pretty potent with his spear. Lots of nice fish, but no one shoots any to avoid having the sharks around. Cecile goes walking on the beach looking for seabeans and sea glass.
We stay in Double Breasted Cay and the rest of the flotilla goes to Hog Cay... The winds are shifting during the night and we do not get much sleep with the boat rolling wildly from side to side as the high tide and the wind comes directly from a pass to the open ocean in the anchorage. We decide to leave early for Hog Cay also. There we are only 60 miles from Cuba.
The anchorage is large and we anchor in 2.5-3 meters of water. A boat at anchor calls us on VHF 16 to forewarn us to be careful with some coral heads at one end of the beach. We again walk the beach and have a chat with the other sailors in the anchorage. The island has quite a bit more "green" than any of the other island we saw. But here, unless you go to Ragged Island Duncan Town, no supplies, doctor etc.

Listening to the weather forecast, we decide to make our way back to Long Island earlier that planned to avoid a front coming in that could prevent us from being in Long Island to keep on schedule. Aeeshah decides to take a chance and stays behind another week while we leave early the next morning. We take the "outside" route by getting out in open ocean at Johnson Cut and re-enter 45 miles later through Water Cay Cut. SUPERB sail, winds on the beam, reach for 6-7 hours at 15-18 knots!
From Water Cay, we realize how sad we are of leaving these friends that brought us in the Jumntos and shared this area with us over the last week or so. Well, one day, we should be back...

Another day of motor-sailing to get back to Long Island as the winds are almost in thew nose the whole way. The waters we go through are just amazing, cristal clear, light blue on a pure sandy bottom.

We are now in Long Island and will be working on re-supply with fuel and food waiting for the next weather window to go to the USVI. Hopefully bypassing the Turk & Caicos and Dominican Republic. Another 600 nautical miles at sea.

Long Island
01/10/2013

Nous sommes a Long Island depuis une semaine et on devra y rester encore quelques jours. En ce moment un grain est en train de passer. Et la météo n'est pas bonne pour les prochains jours. Enfin pas bonne pour ici : beaucoup de vent masi ciel bleu et des temperatures de 26-27C. L'eau est toujours a 25C.

Long Island est juste au sud de Great Exuma. L'ile fait une centaine de km sur 6km. La population est d'environ 3000 habitants. Les villages sont presque tous du coté Ouest, dans les baies protégées. Peu de jeunes dans l'ile car tous vont travailler à Nassau. Il y a peu de travail sur place. On a rencontré des gens du coin, tous très accueillants. Une dame d'une soixantaine d'années nous disait que sur sa classe de 75 éléves quand elle était jeune, seul un élève est resté dasn l'ile y passer sa vie. Elle comme les autres est allée travailler à Nassau. Et elle revenait passer sa retraite ici. Le résultat c'est que les petites fermes sont toutes à l'abandon. Il y avait élevage de chèvres, de moutons et de cochons. Quand les gens sont partis tous ces animaux se sont retrouvés à l'état sauvage. Ce qui fait que maintenant quand les iliens veulent de la viande, ils partent à la chasse ! au mouton, chèvre ou cochon sauvage !

On n'a pas pu manger de poissons encore. Depuis notre arrivée aux Bahamas nous n'avons rien pris et les autres bateaux qu'on connait non plus. Les pecheurs de l'ile ne sont pas sortis depuis des semaines. Normalement ils partent en mer pour 2 ou 3 semaines à la fois. Il y a un chalut principal (même taille que les petits chaluts que nous connaissons) avec 4 ou 5 petites barques. Une fois rendu sur le site de pêche, le chalut principal laisse les petites barques s'éparpiller et pêcher homards et poissons au harpon en général. Les pêcheurs doivent ramener 700 livres de homards par semaine sinon ils sont renvoyés.
Le pêcheur qui a un chalut ici nous a vendu des pinces de crabes, la seule chose qu'il a en ce moment car il a fait tellement mauvais depuis un mois qu'il ne peut pas sortir - trop de vent. Il nous demande à chaque fois quelle est la météo : les plaisanciers ont l'analyse à long terme de la météo des USA par radio (SSB) ou email alors que lui n'a que la météo de Nassau qui est à très court terme.

On a loué une voiture pour 2 jours avec un autre bateau, Imagine. Nous sommes à l'ancre dans Thompson Bay qui se trouve au milieu de l'île. Donc le premier jour nous avons fait la partie Sud de l'île. Nous nous sommes d'abord arrêtés à l'église la plus vieille de l'île - ou ce qu'il en reste. Elle aurait été bâtie au 17e siècle par les espagnols. Il semble que Christophe Colomb avant de s'arrêter à Hispanolia (Republique dominicaine) a d'abord mis le pied à Long Island au Cape Santa Maria. Les espagnols ont donc colonisé l'île et exterminé tous les indiens LUCAYANs comme ils l'ont fait dans toutes les Caraibes. On est ensuite allé jusqu'à la pointe sud, là ou la route s'arrête. Il y a là une plage de carte postale avec des bleus de rêve. La plage était jonchée d'éponges : l'œil de l'ouragan Sandy qui a dévasté le New Jersey en décembre est passé sur l'île. Et a arraché les éponges des récifs. Il y en des tapis entiers sur la plage ! Parlant de Sandy on nous a raconté que l'immense baie ou nous sommes ancrés s'est vidée et on ne voyait que du sable. Puis la marée est revenu à toute allure - En 1926 le meme phénomène s'est produit : lors du passage d'un ouragan la baie s'est vidée. Les habitants sont tous allés pour ramasser poissons et crustacés et ont été pris par la marée. Plus de 200 personnes se sont noyées. Lors de notre tour en voiture on constatera les dégats de Sandy : toitures arrachées, ponts emportés.

On continue notre tour en s'arrêtant dans des marais salants abandonnés. Dans les année 60 une compagnie internationale a investi des millions pour extraire le sel : il y a un système de routes, de canaux et des vannes sur une superficie énorme. 20 ans plus tard ils ont fait faillite et laissé tout en plan du jour au lendemain. L'équipement est resté tel quel : bateaux, réservoir, outils, matériel.... Incroyable ! Par contre ça a été une ctastrophe écologique car tous les palétuviers ont été détruits.

Nous passons du coté Est et allons sur Clarence Town la seule ville sur le coté exposé de l'ile. Il y a 2 superbes églises, une épiscoplalienne et l'autre catholique qui ont été toutes les 2 baties par le frère Jérome un religieux très connu aux Bahamas. L'église catholique a perdu son toit ave Sandy.

Nous continuons vers Deans Blue Hole. L'ile est litteralement percée de blue holes en mer et sur terre, mais le plus connu est celui-ci. C'est le blue hole qui est parait-il le plus profond (202 m... pas des pieds !) et c'est celui ou les records en apnée sont homologués. Le dernier en date : champion du monde masculin une centaine de m ( ?) sans palmes par un Bahamien. Le record est à 220 pieds 'free divers'... Ce trou est en plein milieu d'une petite baie protégée. Le bord de sable fin descend doucement l'eau est turquoise et ensuite on voit le trou bleu foncé qui plonge à plus de 200 m. Le site est de toute beauté. On y retournera car le jour commencait à baisser quand on y est allé.

Le lendemain on fait la partie Nord. Le cap Santa Maria de toute beauté , la Baie Calabash qui elle aussi a souffert de Sandy : une partie de la plage s'est évaporée. On s'arrête ici et là et on fait le sport favori des plaisanciers ici : la recherche de verre usé par la mer et des sea beans : graines d'arbres tropicaux apportées par la mer. Toutes les femmes se font des bijoux avec. Il y a malheureusent tous les détritus possibles avec une dominante de plastiques. SYL a récupéré un seau pour pouvoir en y mettre un fond de plexi et pouvoir vérifier l'ancre, et regarder si les récifs sont bons pour la pêche sans avoir à plonger. Il y a des tonnes de cordes, amarres, filets qui jonchent les plages. C'est désolant de voir ces plages de rêves avec ces détritus. A un moment on s'est retrouvé à nager parmi les sacs en plastique de toutes sortes. Il faut aussi avoir de bonnes chaussures de plage car le rivage est jonché de verre cassé. C'est parait-il le cas de toutes les plages orientées est et qui donnent directement sur l'Atlantique... Dommage et il nous faut sérieusement penser à limiter nos achats avec emballages en plastique de toutes sortes!

Tout le monde se plaint que tout est cher. La nourriture est certainement plus chère que Walmart mais les produits essentiels ne sont pas beaucoup plus chers : tout ici vient par bateau. Et la population est petite. Essence et diesel sont à 5,80 $ le gallon (le dollar Bahamien est au pair avec le $ US). L'électricté est à base de diesel et coute 45 cents le kw. Jusqu'à présent on n'a pas payé l'eau qui est faite par dessalination. Par contre on n'a vu que très peu de panneaux solaires, chauffe-eau solaire, éoliennes à part sur les bateaux. Les seuls sur l'île qui en ont sont les étrangers installés ici. S'il n'y a pas d'impôts sur le revenu, par contre tout ce qui rentre aux Bahamas est taxé : matériel de construction, etc. L'un des Bahamiens propriétaire d'une quincaillerie nous disait que la mentalité des iliens, surtout les jeunes, est basé sur le court terme donc ils ne voient pas l'intérêt d'investir dans le solaire. Enfin la problématique des iles se retrouvent ici : l'ile est peu développée par le tourisme donc pas de boulot. Les infrastructures coutent cher et les déchets locaux et extérieurs s'accumulent sur les plages. Ça me rappelle quelque chose !

La suite au prochain numéro.....


We have now been in Long Island for over a week and it will take a little longer before the next weather window allows us to move to the Jumentos islands. Most likely at the end of this week after the front that arrives tonight leaves and the winds subside to below 20 knots.

Long Island is just south of Great Exuma. The island is roughly 75 miles long and 4 miles wide with a population of 3000. The small villages are almost all on the West side of the island and few inhabitants remain on the island... One older lady we met at a restaurant told us that on her class of 75 students, only one is still on the island. All others have moved-on to Nassau or elsewhere to find work and have abandoned the farming life here. She still have a house here and will likely retire here. The end result is that a once very well and successfully farmed island is now mostly at abandon, including the sheep, goats and hogs gone wild. The islanders go hunting whenever they need fresh meat, and there is plenty of it from what we see here. They are all over the place; the first thing the car rental lady told me was to beware of animals on the road!

There is a small fishing fleet based here in Thompson Bay, but they had a tough time this season getting out to the banks for 2 weeks at a time given the weather patterns; so the only thing we were able to get were crab claws at $5/pound for our New Year's Eve feast here on the boat. The main boats drag behind them 2-3-4 walers that they release daytime to go catch lobster or fish; we were told that a team of 2 in a boston waler have to get 700 pounds of lobster a week if they want to keep their jobs... I hope I can learn from them as we go to the Jumentos where they usually go! Every time we meet a fisherman in town, they ask about the weather forecast; most of them only have access to the Nassau general and short term forecast and know the pleasure boaters have "Chris Parker" and other higher tech means of knowing what's coming.

We rented a car for 2 days with friends on Imagine and went South one day, north the next. We visited a Spanish church site, 17th Century and many beaches, one of them littered with natural sponges brought ashore by Sandy the Hurricane. We also meandered in the middle of a salt pond started in the 60's and abandoned 20 years later as they went bankrupt, leaving everything behind. It was a massive operation and an islander told us that despite employing 7,000 people at its peak, it was an environmental disaster giver the level of mangrove destruction to make way to the ponds.
The Dean's Blue Hole, deepest in the world ( ?) at 665 feet is also quite impressive! There is a yearly competition and SUUNTO, the electronics company is the sponsor of the pontoon tied up above the abyss to determine the records. A local Bahamian holds the "finn-less" record at over 100 meters and Free divers record is some 220 feet... The next day, we went North and went on top of the hill at the very north end where there is a Christopher Colombus monument who stopped here before going to Hispanolia (Dominican Republic); he came to Long Island, Cape Santa Maria. The Spaniards colonized the island and basically killed all the native LUCAYAN Indians... A story we also head on other Carribean islands, and northerns countries we know of!

Hurricane Sandy did mostly roofing dammage and we were told the bay where we are anchored emptied out on one side of the EYE and water rushed in on the other. Islanders are quick to remember the same thing happening in 1926, where islanders had the same phenomena and went to pick-up fish on the flats as the water receded... Only to be overwhelmed by the water rushing in soon after killing over 200 of them!

Cape Santa Maria and Calabash Bay are absolutely breathtaking ! Paradise blue waters and beaches although many of them were severely eroded by hurricane Sandy.

Almost everyday, we walk to a beach to practice the "treasure hunting" on the beach, sand glass, seeds from tropical trees that land on the beach... I found a very good bucket to act as a see-through bucket if I can only put my hands on some plexiglass to cement at one end... Very useful to go check on the anchor or see if the reefs are good for fishing before diving-in. The sponge gatherers here all had one made of wood with glass bottom. A local autoshop has some and hopefully I can get my hands on it before we leave for Jumentos

Talking about finding stuff on the beach, it is unbelievable the amount of trash we find on the open-Atlantic side beaches! Nets, fishing floats, buckets, drums, lines, plastic bags of all sizes, plastic containers of all types... Very sad to see and definitely bringing to the forefront the issue of plastic containers in our lives! We need to find a way to reduce our consumption of plastic somehow!!!! There is the whole issue of energy from waste to be promoted throughout the Carribean... It might help!

Everybody here complains about goods pricing; food, fuel etc... Food is somewhat more expensive, but not by so much. Fuel (Gas & Diesel) at around $5.75/gallon is expensive (B$ is = US$)... Electricity is diesel produced and 0.45/KWH. Surprising to us that there is not more solar panels and solar water heaters. Foreigners do have them but taxes on imported goods (no income tax though) make them pretty expensive. One store owner told us that the Bahamian are not keen on investing now their dollars for future gains... A question of culture.

Long Island people are very welcoming and we will enjoy it through the next front for a few more days hopefully moving on the the Jumentos Islands by the end of this week.

Georgetown Great Exuma
Cecile et Sylvain
12/22/2012

Great Exuma - Georgetown (english to follow)

Nous sommes à Georgetown depuis 2 jours. C'est la plus grande ville après Nassau. La population augmente drastiquement en hiver quand les plaisanciers arrivent. Cette année le nombre de bateaux est moindre que les années précédentes dû au mauvais temps mais les bateaux arrivent tous les jours. Nous sommes dans un ancrage sous le Monument. Le monument est une obélisque que l'on retrouve à travers toutes les Bahamas qui indiquaient les marais salants. Les bateaux pouvaient alors s'approvisionner en sel.

Nous avons fait quelques iles. Les gens sont réservés mais accueillants. Les iles sont différentes les unes des autres.

Andros la plus grande ile des Bahamas est l'une des seules avec Abaco et Great Bahama à avoir de l'eau. Toutes les autres jusqu'à la dessalination devaient soit importer leur eau de ces iles - ainsi Nassau avait des cargos d'eau qui traversait de Andros- ou avait des puits chiches en eau. Maintenant toutes ont des usines de dessalination au diesel. Jusqu'à présent on a eu de l'eau gratis partout ou on est passé, ce qui est étonnant. Andros est une ile ou peu de touristes vont mais qui a parait-il des sites de snorkel et de plongée fabuleux. Par contre il y a une foison de moustiques et surtout ``no-see-them`` , brulots qui sont une vraie peste. A Morgans Bluff le petit port ou nous sommes entrés aux Bahamas, les gens étaient anxieux d'avoir des touristes. Il faut dire qu'il y a peu de travail. L'ile est par contre très fertile. Des Mennonites sont arrivés dans les années 80 et ont établi des fermes très efficaces. Et les Bahamiens ont suivi. Par contre il y a 2 ou 3 ans, un fonctionnaire venus de Nassau a décidé de faire la chasse aux illégaux (Haitiens) et les a expulsés. Et maintenant les plantations d'agrumes périclitent car les Bahamiens ne veulent pas faire les ouvriers agricoles. Comme partout ailleurs toujours la même histoire!

Quand nous sommes ensuite allés à Black Point - Great Iguana, le problème était différent. On a rencontré les commerçants du coin : Lorraine qui a un café- resto- internet et Ida qui tient la laverie automatique. Le mailboat, le cargo-ferry qui ravitaille les iles et qui passaient avant la récession toutes les semaines, ne passent plus que toutes les 2 semaines et encore. Un casse tête pour tout le monde car ce qui n'arrive pas par bateau doit être acheminé par avion ce qui coute une fortune. Les gens travaillent sur les iles à coté ce qui leur coûte cher en essence. Il est certain qu'une partie de l'économie est supporté par la plaisance.

Ici à Georgetown c'est le centre de la plaisance pour les Bahamas. Après le 1er janvier il y a autour de 400 bateaux. Certains vont rester tout leur séjour ici. La ville est bien approvisonée. Mais ce qui est étonnant c'est qu'avec tous ces bateaux il n'y a aucun service de livraison aux bateaux : pain , ou journeaux ou épicerie. Ils semblent ne pas etre aussi entreprenants que dans d'autres iles ou nous sommes allés. Par contre, mieux vaut ne pas se baigner dans la passe où tous ces bateaux sont ancrés...

On est allé en dingy hier apres midi faire du snorkeling sur des récifs à 2km des ancrages. Superbe eau et on a vu une tortue, baracuda et poissons tropicaux.
Les journées passent vite car entre réparer les petites avaries, charrier de l'eau, maintenir les jerricans d'essence pour le dinghy et de diesel pour le bateau, maintenir le frigo plein, degivrer le congelo, la journée est passée! Il faut dire que Noel est dans 4 jours et que le port se remplit de plaisanciers. Donc les rues et les épiceries, internet café, etc sont pleins.

Ce matin samedi 22 décembre le vent souffle à 25- 30 nœuds. On a dansé sur l'ancre toute la nuit. On est à l'abri mais le vent est tellement fort qu.il y a une bonne vague qui s'est batie. Par contre l'ancrage est tres bon et on ne chasse pas sur l'ancre. L'eau a baissé de 2 C. Et il ne fait pas chaud dasn le vent. Tout le monde reste sur son bateau et on va faire nos petits travaux. Le vent devrait baisser lundi. Le repas de Noel (25 déc à midi) est organisé. On est 8 bateaux à se partager la préparation du repas. L'un a acheté une dinde et les autres font un plat. Je fais une ratatouille. Le matin il y a une messe avec une chorale pour les chants de Noel. Le tout est planifié depuis quelques jours par l'intermédiaire du Net - radio VHF le matin. On est ici jusqu'apres Noel car impossible de bouger pour les prochains jours avec le vent qu'il fait . On verra mercredi ou jeudi quelles seront les prévisions.


Georgetown- Great Exuma

We arrived in Georgetown 2 days ago. It is the second town of the Bahamas after Nassau. In winter the population increases drastically. This year due to the poor weather the boat are only starting to arrive. The harbour will be full with around 400 boats after New year eve. We are anchored in an anchorage under the Monument. This is an obelisk on the top of a hill which used to indicate to boat the presence of salt ponds when salt was very expensive. They are scattered across all the Exumas. We went up to the hill yesterday and the view was just superb. On one side was the protected lagoon and on the other one was the Exuma Sound - the ocean.

Compared to the other island this one is more sophisticated.

The first one we visited, Andros is the largest and among the least densely populated. It is rich in water. And until recently this island water was shipped to Nassau. Now all islands have desalination plants. Very little work on the island. We saw young adults doing nothing and asking us to tell that the anchorage and the village was nice so they would get more tourists. Mennonites arrived there in the 80s and developed very efficient farms and the Bahamians followed. But we were told that a bureaucrat from Nassau came and chased the illegal immigrants (Haitians) got them out and now the Bahamians citrus farms are all derelict because no Bahamian wants to work on farms.

On Great Iguana Cay problems are different. Young guys wait at the main dock until 10 am every morning for a phone call from contractors on adjacent islands which have resorts. When a contractor needs someone he calls early in the morning and then the employee get in a boat and go to work. It must be quite expensive because the island are not that close. Getting supplies for the businesses on this island , and it is the same on most islands, is more and more difficult. The mailboat, ferry carrying supplies from Nassau down to the last Exumas was coming every week in the past. It is now every 10 or 15 days. For Lorraine who had the restaurant-café internet it was worrisome. Her main customers are the pleasure boats and fresh vegetables are coming or not on an irregular schedule.

In Georgetown it is not too much of a problem since the touristic population is always the same in winter and supplies arrive regularly.

But we have not seen any fishing boat on any of the island. Kokomo who has been coming for years told us that they disappeared the last 5 years.

We will spent Xmas here . A Xmas dinner is organized on the beach. We are a part of 8 boats for a Xmas pot luck. Since last night (Friday Dec 21) the wind is blowing 25-30 knots. So we will stay until the wind calm down.

Newer ]  |  [ Older ]

 

 
Powered by SailBlogs