SailBlogs
Bookmark and Share
Steen Rally
Follow us on our sailing adventure from France to Australia
A Taste of Mustique
Voahangy
March 22, 2012,, St Martin

Carambola grilled chicken legs

While in St Lucia, the fruit man used to paddle around the boats delivering all kinds of fresh fruits: mangoes, oranges, limes, and the most beautiful carambolas, known here (and Australia) as starfruits due to its 5-sided start shape. With its yellow glossy skin, and juicy citrus flesh, it's a fruit that begs to played with: to decorate a cocktail glass, in fruit salads, or in my friend Errel's carambola tart. Its tart flavour however never appealed to Terry and the kids, so they were quite dubious when I came back from Stanley's market in Mustique, with a basket full of golden stars. "What on earth do you plan to do with these?" Ah, but I also had grabbed a copy of the local cookbook written by a Mustique chef, aptly called A Taste of Mustique, which features delicious recipes using local produce including Carambola barbecued chicken legs. I tweeked it a bit, as I didn't have the exact ingredients (beside the starfruits and the chicken!), used whatever spices and herbs I had on hand, and grilled the chicken in the oven since we don't have a BBQ...yet. The result was finger licking good, juicy inside, crispy outside with a sweet slightly citrusy (spelling?) flavour. YUM! It's now become a family favourite. Note: the glaze works really well as salad dressing too!!

Serves 4-6

Ingredients:
4 tbsp of jerk seasoning mix
3 tbsp olive oil
8 chicken legs, halved

Glaze:
3 carambolas, sliced
¼ cup lime juice
½ cup honey
4 tbsp dill ( or parsley, coriander, whatever herb is at hand)
2 tbsp white wine vinegar
1tbsp soy sauce
1 tbsp chopped garlic
1 tbsp hot sauce/cayenne pepper (optional)

Preparation:
Combine the seasoning and oil, baste the chicken well. Set aside for 20 minutes at room temperature to let the flavors develop.
Blend all the ingredients for the glaze together until well combined and set aside. Grill the chicken for about 25 minutes, turning occasionally and brushing with the glaze after each turn.
Transfer to a plate and garnish with fresh carambola and lime slices. Serve with steamed rice and sautéed onions.

Poulet grille aux caramboles

A Ste Lucie, le marchand de fruits ambulant faisait le tour des bateaux en offrant toutes sortes de fruits : mangues, oranges, citrons verts, et de magnifiques caramboles, appelees « star fruits » dans les iles anglo-saxonnes et en Australie, car coupe en rondelles il donne de ravissantes etoiles a 5 branches. Avec sa peau jaune d'or tres fine et sa chair tres juteuse, c'est un fruit qui ne demande qu'a ennoblir le moindre plat : en deco dans un cocktail, dans des salades de fruits, ou excellent dans la tarte aux caramboles de ma copine Errel. Le seul problem est son gout acidule qui ne plait pas a tout le monde, notamment Terry et les enfants. Alors quelle n'etait pas leur reaction douteuse, quand je suis revenue du « Stanley's market » a Mustique, avec mon panier plein de fruits dores. « Qu'est ce que tu vas faire de tout ca ? » Ah, mais c'etait sans compter sur le nouveau livre de cuisine que je venais de decouvrir, « A Taste of Mustique », ecrit par un chef local, et regorgeant de recettes delicieuses qui utilisent des produits locaux, telle que ce BBQ de Cuisses de poulet aux caramboles. Comme je n'avais pas tous les ingredients (a part bien sur le poulet et les caramboles), j'ai adapte la recette en utilisant les herbes et les epices que j'avais a bord, et en grillant le poulet dans le four vuq eu nous n'avons pas (encore) de BBQ. Le resultat etait delicieux a s'en lecher les doigts (ou les babines ?), tendre et juteux a l'interieur, croustillant a l'exterieur avec un leger gout d'agrume. MIAM ! C'est maintenant un de nos plats prefere. Note : la glace/sauce est tres bonne egalement en vinaigrette !!

Pour 4-6 personnes

Ingredients :
4 c.a.s d'assaisonnement cajun
3 c.a.s d'huile d'olive
8 cuisses de poulet, coupees en 2

Glace/Sauce :
3 caramboles, coupees en rondelles
¼ tasse jus de citron vert
½ tasse de miel
4 c.a.s d'aneth (ou persil, coriandre, selon vos gouts)
2 c.a.s de vinaigre blanc
1 c.a.s de sauce soja
1 c.a.s d'ail hache
1 c.a.s de hot sauce/poivre de cayenne (facultatif)

Preparation :
Melanger l'assaisonnement avec l'huile d'olive, en enrober le poulet. Mettre de cote 20mn a temperature ambiante.
Bien melanger tous les ingredients pour la glace/sauce dans un mixer et mettre de cote. Griller le cuisses de poulet pendant environ 25-30 minutes, en les retournant de temps en temps et les enduisant de glace/sauce a chaque fois.
Transferer dans un grand plat, garnir avec des rondelles de carambole et de citrons verts. Servir accompagne de riz blanc et d'oignons sautes.

Food - Cuisine
| | More
Birthday week in Guadeloupe
Voahangy
March 18, 2012,, St Martin

Guadeloupe, Feb 6-11, 2012

I must admit to be partial to a good shopping mall, once in while. Disappointed with the fact that we could not get around conveniently in Martinique, I wanted to make up for it in Guadeloupe, at least provisioning on French goodies before heading north into Anglo Saxon territories. Terry could bypass Guadeloupe easily but nonetheless was happy to oblige his wife, reminding the kids that "We're doing this for your mother!"

I thought I'd start with an easy introduction with a short stay in Iles des Saintes, 20 nm south of PAP. It was a beautiful sail up from Dominica, wishing it was like that all the time; however the main anchorage off Terre d�'en Haut was rollly, crowded with yachts, ferries, and moorings! At 12 euros a day, it was not too bad, but this is an indication of things to come from now on. Anchoring is blamed for marine habitat destruction and more and more islands set up moorings (and charge for them) in an effort to preserve coral and sea grass. With the wind picking up and the swell entering the bay, the boat rolled uncontrollably (and that means a lot on a big cat like ours), so we decided to spend our days ashore. We had the bright idea to hire scooters but it turned out that we had to get up early (like 8.30am?) to get anything so decided to walk around the island instead. Anne whinged a bit but made it, after all the island is only 7 klms by 5klms. One of the highlights was the visit of Fort Napoleon, commanding superb views over the bay, surrounding islets and Guadeloupe to the north. Les Saintes is quite different to any islands we�'ve seen so far, the village of Bourg des Saintes is very pretty, looking more like any village on the west coast of France. The population is mostly white, with a few shades of �"café au lait�", owing to the fact that the topography of the island and the weather didn�'t allow for large plantations, therefore slaves were not needed and the Saintois (most coming from Brittany and the F rench west coast) managed on their own living mainly from the sea. We treated ourselves with a nice Italian lunch downtown, and were shocked with how costly it was, 2.5 times more than in Dominica. We have gone from the embarrassingly cheap to the ridiculously expensive!!

As a bonus, we have been sailing with MIAOUSS, a fun French family we met in Dominica. They have 3 teenage children who get along great with Anne and Marc, and all 5 of them have already planned future dates along the way. As we are following the same route, it looks like we�'ll be in good company for the next 2-3 months.

Then it was time to head north to Marina du Bas du Fort in Point a Pitre (PAP): after 20nm to windward in strong winds, it was a major drama parking the boat as they squeezed us in (�"you�'re 8m wide right?�" �" NOOOOO, 9.50 metres!!!�" �"Pas de soucis, skip, I�'ll move the other boats a little bit!!�") Unnecessary stress, it was a repeat of mooring in St Lucia where we had damaged the port aft quarter, trying to fit in a 10m wide berth then. With Terry yelling �"is Carrefour that important? I want out of here!!! �", the kids asking �"Why do you want to shop so much?�", I lost my cool�.....and told everyone off! Why couldn�'t I have what I want for once? (No need to answer that, really!) The original plan was to spend 2 days provisioning, which I did with gusto ( ah, the pleasure of shopping in a large air conditioned supermarket just like in France!) while the kids caught up with school and their new friends on the wharf (MIAOUSS followed us by a few hours). Then the wind picked up, so we decided to wait for it to abate. As in Grande Anse, Martinique , we had company, the marina was better than rolling at the anchorage (though the water stank of raw sewage!), and we even found a car to hire and drive around the island. This seems to be our alternative to cruising around when the weather is inclement: what would take us days to explore from the sea, we can check out in an afternoon or two!

Guadeloupe is interesting, it is actually composed of two islands in the shape of a butterfly, with a river separating the two halves. The eastern side is called Grande Terre, even though it is smaller and flatter than the western side which is named Basse Terre. Grande Terre is a much older island, and is very dry with lots of rolling hills where sugar cane fields abound as well as scores of ruined wind mills (desolate, in Terry�'s words). Basse Terre in the other hand is a much younger volcanic island, and its mountainous interior is home to spectacular waterfalls and rainforests. With my newfound interest in anything botanical and memories of Dominica�'s flora still fresh, I dragged everyone to the Botanical Garden in Deshaies as well as the 350-foot Carbet waterfalls. All in one day, it was also the perfect opportunity to check possible anchorages around the island, should we decide to stop on our way north to Antigua.

Terry kept reminding us all that we still have a long way to go before reaching Florida, and we ought to move on. Of course we should, but see, Marc�'s birthday falling on Monday 13th Feb, and the idea of beating to windward to Antigua away from his new friends on his birthday made us feel bad, so new plan was to stay here and have a KFC party with our new friends. We�'d spend Valentine �'s Day at sea instead, how romantic was that? As it turned out, KFC was voted out, in favour of drinks on board and Marc�'s favourite food: San Choy Bow, Ribs, Pommes Noisettes and Chocolate Fondant! Miaouss joined us for the celebration, enjoying too much champagne and red wine, but having a great time nonetheless.

So yes it was all for me and my shopping fetish, but also for the kids and their friends it turns out, and when we all had enough, our skipper slipped out of the marina in the wee hours of the morning (when it was still dark and we were still asleep) heading north. Places to go, he says�... Antigua is next!

Guadeloupe, Feb 6-13, 2012

J�'avoue avoir un faible pour faire les boutiques, de temps en temps. Déçue de ne pas pouvoir nous déplacer facilement en Martinique, j�'avais bien l�'intention de me rattraper à la Guadeloupe, au moins pour faire le plein de produits français avant de continuer plus au nord dans les territoires anglo-saxons. Terry se passerait bien d�'y faire halte, mais il aime faire plaisir à sa femme et comme il n�'arrête pas de dire aux enfants « on fait tout ça pour votre mère !! »

Je pensais commencer par une étape facile et courte aux Saintes, à 20 miles nautiques de Pointe à Pitre. Ce fut une navigation superbe depuis la Dominique, tous souhaitant que ce soit comme ça tout le temps, par contre le mouillage a l�'arrivée a Terre de Haut, s�'est révélé très rouleur, et bonde de yachts, ferries et bouées ! A 12 euros par jour on ne se plaint pas, mais c�'est une indication des choses à venir maintenant. Les ancres sont tenues pour responsables de la destruction des fonds marins et de plus en plus d�'iles installent des bouées (a un cout) afin de préserver les coraux et les herbiers. Avec un vent fort et une houle du nord pénétrant dans la baie, le bateau a tellement roule qu�'on a décidé de passer les journées à terre (ce qui n�'est pas peu dire pour un cata de notre taille). Nous avions en tête de louer des scooters pour faire le tour de l�'ile, mais il s�'avère qu�'on doit se lever tôt pour trouver quoi que ce soit (disons 8h30 ?), donc finalement on a beaucoup marche. Anne s�'est plainte bien sûr, mais a fini par faire comme tout le monde, après tout l�'ile ne fait que 7klms par 5klms. Un des points marquants a été la visite du Fort Napoléon, surplombant la baie, et offrant une très belle vue sur les ilets environnants et la Guadeloupe plus au nord. Les Saintes sont des iles un peu différentes de celles qu�'on a vues jusque-là. Elles forment un archipel comptant 2 iles principales habitées (Terre de Haut et Terre de Bas) et 3 ilets inhabités. Le village de Bourg des Saintes sur Terre de Haut est très pittoresque, ressemblant plus à un village de la côte ou est française qu�'autre chose. Les gens ici sont « blancs » pour la plupart, certains ayant acquis une teinte « café au lait », dû au fait que la topographie de l�'ile ainsi que le climat n�'étaient pas propices au développement de grandes plantations, du coup les iles n�'ont pas eu besoin d�'esclaves pour prospérer, et les Saintois (originaires de Bretagne, Normandie et Vendée) se sont débrouillés avec la pêche et autres activités de la mer. Nous nous sommes offerts un bon déjeuner au restau italien et quel n�'était pas notre choc de voir notre addition s�'élever à 2 fois et demi le cout d�'un déjeuner à la Dominique. Nous sommes passés du « bon marche embarrassant » au « ridiculement hors de prix » !

Sinon, comme bonus, nous avons trouvé de nouveaux compagnons de voyage en la présence de « MIAOUSS », une charmante famille française que nous avons rencontrés à la Dominique. Leurs 3 enfants sont des ados qui s�'entendent à merveille avec Anne et Marc, et tous les 5 ont déjà prévus de futures rendez- vous le long de notre périple. Comme nous suivons tous le même itinéraire, on dirait qu�'on sera bien entoures ces 2 ou 3 prochains mois.

Puis il fut temps de bouger et monter sur la Marina du Bas du Fort a Point a Pitre (PAP) : après 20 miles nautiques de navigation au près et par vent fort, garer le bateau fut un vrai drame, quand ils ont voulu nous faire rentrer dans un emplacement trop étroit (« vous faites bien 8 mètre de large non ? » « NON ! Je vous ai dit qu�'on fait 9 mètre 50 !!! » « Oh, pas de soucis captain, je vais serrer les bateaux d�'à cote, vous allez rentrer, c�'est certain ! »). On n�'avait vraiment pas besoin du stress, surtout après notre dernière expérience à St Lucie, ou on avait endommage le bateau a Rodney Bay quand la marina avait insisté pour nous boudiner dans un emplacement de 10 mètres de large. Imaginez la scène, avec Terry hurlant « Tout ça pour faire les courses à Carrefour ? �*a ne vaut pas le coup, on repart ! », les enfants me demandant « pourquoi tu veux faire autant de courses Maman ? », et moi perdant patience et envoyant balader tout le monde. C�'est vrai quoi, pourquoi ne p ourrais-je pas faire ce que je veux pour une fois ? (pas la peine de répondre, merci !) Le programme était donc de passer 2 jours à faire l�'approvisionnement ce que je fis avec joie (ah, quel plaisir de flâner dans un centre commercial climatise comme en France), pendant que les enfants ont rattrape un peu d�'école et surtout passe du temps sur le quai avec leurs nouveaux copains (MIAOUSS nous ayant fidèlement suivi). Mais comme d�'habitude, le vent s�'est levé, donc on a décidé d�'attendre une meilleure fenêtre météo avant de bouger. Comme à Grande Anse, en Martinique, on avait de la compagnie, la marina était bien plus confortable que le mouillage a l�'extérieur (même si les odeurs d�'égouts étaient parfois insupportables), et en plus on a réussi à trouver une voiture de location et se balader dans l�'ile. Je pense que cela va devenir notre nouvel alternative quand la météo est trop mauvaise pour naviguer : on peut visiter en une ou deux après-midis, ce qu�'il nous prendrait des jours entiers en bateau !

La Guadeloupe était fascinante, composée de 2 iles distinctes en forme de papillon, qui sont séparées par une étroite rivière (la Rivière Salée). La partie Est est nommée Grande Terre, bien qu�'elle soit plus petite et plus plate que la partie Ouest, elle appelée Basse Terre. Grande Terre est une ile plus ancienne, très sèche, ou les monts peu élevés sont recouverts de champs de canne à sucre ainsi qu�'une multitude de ruines de moulins à vent. Basse Terre, par contraste, est une ile volcanique bien plus jeune, a l�'intérieur très montagneux, humide, terre de cascades et forets. Armée d�'un nouvel intérêt pour tout ce qui est botanique et les souvenirs de la Dominique encore vifs, j�'ai traine tout le monde au Jardin Botanique de Deshaies (magnifique!) ainsi que les chutes du Carbet, les plus hautes de l�'ile. Tout ça en une journée, c�'était aussi l�'occasion d�'inspecter d�'éventuels mouillages autour de l�'ile, au cas où on décidé de s�'arrêter en route pour Antigua.

Terry n�'arrêtait pas de nous rappeler qu�'on a encore beaucoup de chemin à faire avant la Floride et qu�'il faut bouger. Bien sûr, il a raison, mais voyez-vous, l�'anniversaire de Marc tombait le 13 février et l�'idée de passer la journée en mer loin de ses amis ne plaisait à personne, on a donc change nos plans (encore !) et décidé de faire une fête à bord avec ses copains, et KFC au menu. Par contre la St Valentin se passerait en mer, ce n�'est pas romantique ça ? Bon, finalement, le plan KFC est tombe à l�'eau, en faveur d�'un apéro dinatoire et les petits plats préférés de Marc : San Choy Bow, Ribs, Pommes Noisettes et Fondant au chocolat ! MIAOUSS s�'est joint à nous pour la fête, le champagne et le vin, bref tout le monde a passé un très bon moment.

Donc, oui, il l�'a fait pour moi et mon amour du shopping, mais aussi pour les enfants et leurs amis, et quand tout le monde en a eu assez, notre skipper nous a sortis en douce de la marina (avant l�'aube, alors qu�'on était tous encore endormis) en mettant le cap vers le Nord. On a d�'autres endroits à voir, il nous dit�...prochaine destination : Antigua !

Ports of Call - Escales - USA
| | More
Need greenery? Try Dominica
Voahangy
March 7, 2012,, St Marteen

Dominica, Jan 31-Feb 5, 2012

We are in Dominica (not to be confused with Dominican Republic further north), and the contrast with the FWI could not be greater: it is a poor country. In fact we nearly didn't stop there, having read bad reports from some cruising guide (it turns out the Street guide is very much out-dated and if you based your Caribbean cruising itinerary on information from this book you would miss out on some lovely places). But raving reviews from some fellow cruisers (thank god for sailing blogs, log books and newsletters!) convinced us to give it a shot and stop overnight on our way to Guadeloupe.
We're so glad we did: the scenery is magnificent, friendly people, courteous boat boys, so well organised, it must be our favourite island so far.

Deciding to bypass the capital Roseau, we anchored in Prince Rupert Bay off the northern town of Portsmouth.
After years security problems in the harbour and the ensuing bad press (including in the Street guide!) the local boat boys and some businesses have organised themselves into an association, Portsmouth Association of Yacht Safety (PAYS) which "regulates" the yacht services business around the anchorage. For us cruisers, it means none of the feeding frenzy we experienced in St Lucia, we did get approached but politely declined on the basis that we wanted to deal with Lawrence of Arabia( real name Lawrence Roberts, he was highly recommended by Bertrand) and that was that! They are a dozen boats or so, all working together, some having grown up together on the beach, one guy seems to be in charge of rubbish collection, another of fruits selling, the rest share the jobs of island touring, water taxi, and whatever else you may need!

A trip up the Indian River is a must do excursion when in Portsmouth. Lawrence took the kids and I, in what was reminiscent of our Amazonian adventures 4 years ago. Of particular interest to the children was the fact that this river is where the "voodoo' scene in Pirates of the Caribbean's Part 2was filmed. We floated along bloodwood trees, passing herons, termite nests, land crabs...to reach a most unlikely bar at the end of the river.

The driving around the island with Uncle Sam (friend of Lawrence, and PAYS member) felt like a breath of fresh air, which sounds silly considering we live outdoors so much, but we truly felt revitalized, soaking in the cool waterfalls and taking in damp fresh air. Greenery is everywhere, thanks to the frequent (read daily!) showers created by mountain trapped clouds. Dominica is quite clean, with not much rubbish lying around (compared to Martinique), everyone you meet welcomes you with open arms (and a basket of coconut shell jewellery to sell, but as long as Anne isn't around, I can say no without offending anyone)
Uncle Sam was most obliging when I mentioned that I'd love to find out about local plants: he stopped and showed us all the fruits growing in the wild: cinnamon tree, pawpaws, grapefruits, passion fruits, nutmeg tree, lemongrass, tapioca, yam, pineapple, wild sorrel, bay leaves...And then there are the flowers: red ginger, helyconia, birds of paradise, frangipani, hibiscus, ixora, poinsettia, African tulip, cat's tail, anthurium, ... (In my next life, I'd like to be a horticulturist). Dominica is known as the garden of the Caribbean's, and its fruits and vegetables are exported all over the islands, especially north to St Martin where the climate is too dry to grow extensive agriculture. And I am not even mentioning the UK and Europe!
While I was in vegetarian foodie heaven (the chicken dish we had for lunch left a lot to be desired, too many bones), Marc and Anne absolutely loved being shown location shots for the Pirates of the Caribbean's movie: the film crew stayed on the island for 4 months and chose 5 different locations, providing much welcomed jobs for the locals. Uncle Sam also promised us a refreshing swim in a waterfall and he delivered, adding a hike thru the rainforest leading to 2 waterfalls. One is easily accessed after a 20mn walk thru orchid groves, the other requires a little climbing skills, negotiating wet and muddy paths cut through the hills (luckily someone thought of attaching a rope on the hill side, for not so nimble people like me to hold on). Marc led the way, Terry and Anne stopped contently at the first one, I pushed on until I reached the point where I could not go any further without rappelling then called it a day! I noticed that Uncle Sam happily waited at the first waterfall.
The return drive took us along the west coast of the island, much drier than the east coast, The lush tropical rainforest was replaced by dry shrubs and when I queried the amount of dirt and sand along one of the rivers, Uncle Sam mentioned a recent natural disaster: back in 1995 a major landslide occurred in the middle of Dominica, causing one whole side of a mountain to collapse in the river below it and effectively creating a dam. Over the years, the water trapped in the dam build up, and in October 2011, after the sediments loosened up, the dam let go allowing millions of litres of water to flood the valley below it, all the way to the ocean. Luckily no one perished, but entire villages and crops were destroyed, we saw remnants of bridges, green houses, what was once an adventure park (only the flying fox cables survived)...and the trucks and excavators hard at work dredging the river. At least they will be able to use the sand and gravel for reconstruction.

The next day, the kids decided nothing could top up the drive, and declined our offer to hike up the hill above the anchorage, in the Cabrits National Park, on top of which sits Fort Shirley, an old fort dating from the 18th century. It was built in 1774, intermittently occupied by the British and the French, until the British Army abandoned it in 1854. The forest has taken over since, and one can only imagine what the place looked like. It's being partially restored (thanks to EU money) and includes a small museum relating the history of the island. As we trekked along steep rocky paths linking the main buildings to the various battery positions on the surrounding hills, Terry and I couldn't help thinking about the 400 slaves brought in to build the fort. We were puffing and twisting our ankles on uneven terrain, imagine doing the same carrying cannon balls and heavy machinery!

After the effort, the reward was a social night joining in a beach BBQ, organised by PAYS as a fund raiser to finance the upkeep of the tender used for night patrol in the bay. The tender was donated by the dominican government a year or so ago, and is used to ensure security in the anchorage at night. The service is free to cruisers, however PAYS came up with this smart fundraising idea to organise a weekly beach BBQ charging 50EC (20US$) per person, with unlimited food and rum punch, the proceeds going towards the maintenance of the boat and the wage for the driver. Judging by the cruisers in attendance that Saturday night and the tranquillity of the anchorage , I'd say it's a success!

Sunday came and we were told we could not leave without watching the Carnival parade in Portsmouth! Carnival runs from mid-January to February 21th, and every town in Dominica has its own parade on different Saturdays. Portsmouth parade happened to be on when we were here. It was fun, cheerful and colourful, and VERY loud! The least you could say is that the locals let their hair down, sang, drank and danced down the main street, to the sound of island music coming out of giant sound systems mounted on big trucks for the occasion. Though on a smaller scale, it reminded us of Carnival in Salvador de Bahia, right down to the late night party!

Would we go back to Dominica? Absolutely. Yes it is a poor country, but the people are the friendliest we've met and so generous with their time. And Ok, it does not have the profusion of lovely beaches as seen in the Grenadines and the sailing is not as exciting, but what it lacks on the water, it makes up for it inland. It is a gem for nature lovers, the most unspoilt island for those looking for a little adventure. I'm afraid it may have spoilt us for the remainder of our Caribbean voyage.

La Dominique - 1er au 5 Février, 2012

Nous sommes à La Dominique (à ne pas confondre avec la République Dominicaine, voisine de Haïti, plus au Nord) et le contraste avec les Antilles Françaises est saisissant : c'est un pays pauvre, il n'y a pas de doutes. En fait on a failli ne pas s'arrêter, après avoir lu des articles défavorables dans le guide nautique (il s'avère que le guide écrit par Don Street n'est vraiment pas à jour, si on s'y fiait pour programmer notre itinéraire on raterait beaucoup de coins sympas). Mais grâce aux blogs, Facebook et autres circulaires de bateaux copains et leurs échos très enthousiastes, on s'est laisse convaincre d'y faire escale pour au moins une nuit, en route pour la Guadeloupe.
Et quelle bonne décision : les paysages sont magnifiques, les gens d'une gentillesse inimaginable, les boat boys omniprésents mais très courtois, et tellement bien organises...la Dominique nous a tellement ravis, c'est devenu notre ile préférée.

Nous avons donc mouille au nord de l'ile, dans Prince Rupert Bay à Portsmouth exactement. Apres avoir endure pendant des années une mauvaise réputation suite à des problèmes de sécurité, les boat boys du coin ainsi que certaines entreprises se sont organisés et ont montes une association Portsmouth Association of Yacht Safety (PAYS) qui a pour but de « réguler » les services pour les bateaux au mouillage. Résultat pour nous plaisanciers, loin de la frénésie rencontrée à St Lucie, l'arrivée au mouillage s'est fait très calmement, un boat boy nous a bien approche mais nous avons décliné son offre en faveur de Lawrence of Arabia (de son vrai nom Lawrence Roberts, que Bertrand de Bacchus nous avait recommandé) et c'en est reste la ! En fait ils sont une douzaine de bateaux qui travaillent ensemble, certains d'entre eux ont même grandit ensemble sur la même plage, l'un semble être charge de la collecte des poubelles, un autre vend des fruits et légumes, le reste se partagent les activités de guide, taxi, intermédiaires, ....Bref, ils bichonnent leur visiteurs, tout est fait pour que les yachts puissent séjourner en toute tranquillité ce qui en retour leur assure un salaire pendant 6 mois de l'année.

Une des excursions incontournables à Portsmouth est une ballade sur la rivière indienne (Indian River). Lawrence nous a emmené dans sa pirogue, ce qui n'était pas sans nous rappeler notre aventure amazonienne d'il y a 4 ans. Marc et Anne étaient particulièrement intéressés par le fait que la scène des voodoos dans Pirates of the Caribbeans 2 était filmée dans cette même rivière. Nous avons passé des arbres aux racines torturées, des hérons, des nids de termites, des crabes de terre...pour finalement atteindre un bistro original en pleine jungle.

Autre must : une visite de l'intérieur de l'ile. La ballade avec Uncle Sam (ami de Lawrence et membre de PAYS également) s'est révélée une bouffée d'oxygène, ce qui peut sembler bizarre vu que nous vivons beaucoup à l'extérieur, mais sincèrement on s'est senti revitalises après une journée dans les hauteurs. La verdure est partout, grâce aux averses fréquentes (quotidiennes !) créés par les nuages bloques par les montagnes. La Dominique est une ile propre, peu de déchets jongent les rues (surtout compare à la Martinique), les gens vous accueillent à bras ouverts (parfois charges de bijoux en noix de coco à vendre, mais tant qu'Anne n'est pas aux alentours je peux dire non sans offusquer qui que ce soit)
Uncle Sam a été des plus serviables, quand j'ai mentionné mon intérêt pour les plantes locales : il s'est arrêté a la moindre opportunité pour nous montrer les fruits poussant dans la nature : l'arbre a cannelle, papayer, pamplemoussier, fruits de la passion (appelé ici maracuja), noix de muscade, citronnelle, manioc, igname, ananas, groseille pays, laurier...Sans oublier les fleurs : alpinias, balisiers, frangipaniers, hibiscus, ixoras, poinsettias (Etoiles de Noel), tulipes africaines, queues de chat, anthurium...(je serais bien horticultrice dans une autre vie). La Dominique est reconnue comme le jardin des Caraïbes, et ses fruits et légumes sont exportes dans toutes les iles, en particulier à St Martin ou le climat bien trop sec empêche toute agriculture. Et je ne compte pas le marché européen et britannique !
Alors pendant que j'étais au paradis des végétariens (le plat de poulet au déjeuner n'était pas terrible, plein de petits os...), Marc et Anne ont adore faire le tour des sites ou le film Pirates of the Caribbeans a été tourne en extérieur. L'équipe du tournage est restée sur l'ile pendant 4 mois, sélectionnant 5 sites différents, et créant ainsi pas mal de jobs pour les habitants. Uncle Sam nous avait également promis une baignade dans une des innombrables cascades (waterfalls), et il ne nous a pas déçu, ajoutant une randonnée à travers la jungle qui aboutit a non pas une, mais 2 cascades. La première était facile d'accès, après une vingtaine de minutes de marche le long de bosquets d'orchidées. La deuxième par contre a nécessité un peu d'escalade, des passages dans des sentiers pleins de gadoue à flanc de colline (heureusement que quelqu'un a pensé à attacher une corde le long du chemin pour que les gens pas si agiles comme moi puisse s'accrocher). Marc a marche devant, Terry et Anne étaient contents de s'arrêter à la première cascade, j'ai suivi Marc jusqu'au point ou le seul moyen de continuer était de faire du rappel et là j'ai jeté l'éponge ! Uncle Sam lui nous a attendu patiemment a la première cascade, pas fou.
Le chemin du retour était bien plus sec, passant par la côte ouest de l'ile. La jungle tropicale a été remplacée par une sorte de brousse sèche et quand j'ai remarqué les tas de rochers et de sable le long de la rivière, Uncle Sam nous a fait part d'une récente catastrophe naturelle : en 1995 un glissement de terrain énorme s'est produit au cœur de l'ile, provoquant l'effondrement de tout le flanc d'une montagne dans la rivière en aval et la création d'un barrage naturel. Au fil des ans, le niveau de l'eau contenue dans ce barrage est monte, et en Octobre 2011, à la suite d'un ramollissement des sédiments a la base, le barrage à cédé et relâché des millions de litres d'eau dans la vallée, jusqu'à l'embouchure. Heureusement personne n'a péri, mais des villages entiers ont été détruits ainsi que leurs récoltes, on a vu des ponts en ruines, des serres ensevelies sous le sable, ce qui reste d'un parc d'accrobranche (seuls les câbles des tyroliennes tiennent encore)...et des bennes et des camions faisant de leur mieux pour draguer la rivière. On espère au moins que le sable et les graviers pourront être réutilisés pour la reconstruction.

Le lendemain, les enfants ont décidé que rien ne pouvaient surpasser la ballade avec Uncle Sam, et ont donc décliné notre offre d'une randonnée au sommet de la colline surplombant le mouillage. A flanc de colline, faisant partie du Cabrits National Park, Fort Shirley est un vieux fort datant du 18eme siècle. Sa construction remonte à 1774, les français et les anglais se le sont disputes de façon intermittente, finalement les Anglais l'ont emporté, pour finalement l'abandonner en 1854. Depuis, la nature a repris le dessus, et on ne peut qu'imaginer a quoi le fort ressemblait il y a 160 ans. Des restaurations sont en court, financées par la CEE, et comprennent la construction d'un musée relatant l'histoire de l'ile. Alors que nous grimpions les sentiers escarpes reliant les bâtiments principaux aux diverses batteries plus en hauteurs, Terry et moi pensions aux 400 esclaves réquisitionnés pour la construction du fort. Déjà qu'on était à bout de souffle et on se tordait les chevilles sur ce terrain accidente, imaginez faire la même chose et en plus porter des boules de canon !

Apres l'effort, le réconfort nous attendait sous la forme d'un BBQ sur la plage, soirée organisée par la PAYS qui a pour but de lever des fonds afin de financer l'entretien du bateau charge de faire la patrouille de nuit dans la baie. Cette annexe est un don du gouvernement dominicain, et est utilisée pour assurer la sécurité au mouillage de nuit. Ce service est gratuit pour les plaisanciers, mais un membre de PAYS a eu l'idée d'organiser le financement à travers un BBQ sur la plage tous les week ends pour 50EC (15 euros) par personne, avec plats et rhum punch a volonté. Tous les bénéfices sont dirigés vers l'entretien du bateau et le versement d'un salaire pour le conducteur. A en juger par le nombre de « clients » ce samedi soir et la tranquillité du mouillage, je dirais qu'ils remportent un franc succès !

Pour finir la semaine en beauté, nos boat boys ont insisté pour que nous ne quittions pas Portsmouth sans assister à la parade du Carnaval ! Le carnaval se déroule de la mi-janvier jusqu'au 21 Février, et chaque village dans la Dominique organise son défilé un dimanche diffèrent. Par chance, celui de Portsmouth était prévu pendant notre séjour. C'était très amusant, d'une ambiance très joyeuse et surtout TRES bruyant. Le moins que l'on puisse dire c'est que les gens du coin se sont défoulés, ils ont danse, chante en pleine rue, tous bien arroses a coup de bière locale, au son de dance music locale sortant de sound systems géants montes sur des gros camions pour l'occasion. Tout comme à Salvador de Bahia, a plus petite échelle certes, mais a intensité égale.

Donc, sommes-nous prêts à revenir à la Dominique ? Absolument. Oui, c'est un pays pauvre, mais les habitants sont les plus charmants que nous ayons rencontres, et sont tellement généreux d'esprit. D'accord, il n'y a pas profusion de belles plages comme aux Grenadines, et les navigations n'y sont pas aussi palpitantes, mais ce qu'on rate sur l'eau, et largement compense par ce qu'on découvre a terre. Ile nature par excellence, c'est un joyau pour les amoureux de la nature et ceux a la recherche d'aventures. En ce qui nous concerne, j'ai bien peur qu'on ait été gâté pour le reste de notre voyage antillais.


Ports of Call - Escales - USA
| | More

Newer ]  |  [ Older ]

 

 
Powered by SailBlogs