SailBlogs
Bookmark and Share
Steen Rally
Follow us on our sailing adventure from France to Australia
St Martin, Part 2
Voahangy
April 25, 2012,, Great Exuma, Bahamas

St Martin, March 14-18, 2012

Beside big marinas, shops, restaurants, what else is there to do in St Martin? Well, you have to go sailing, which is what we did this week.

With the weather improving, and the wind dying, we've decided to explore the eastern anchorages of Tintamarre and Ile Pinel. Both islands are part of the St Martin Natural Reserve, and feature crystal clear waters teeming with life: numerous schools of colourful fish swim around the boats, as well as barracudas, huge sea turtles, we've even seen manta rays leap out of the water. Both locations are only accessible by boat, and while crowded with day trippers during the day (Tintamarre seems to be a favourite picnic spot for nudist groups who show up by the dozens off charter boats wearing nothing but a hat), we pretty much have the bays to ourselves. Terry who's hard to impress, tells me it's not as good as Australia, but still, that's the best you get around here!

To kick off the week productively, our skipper organised a family dive with our brand new scuba gear. An easy one to test the equipment and ourselves, since Terry's and my last dive go back a few years now. The dive site Terry picked was...the hulls, which are covered with marine growth and in desperate need of scrubbing. So the 3 of us donned our full gear and had a great time scrubbing the bottom of the boat while practising our ascending and descending. I think we passed the scuba test, but we all ached from the efforts for days afterwards!

The rest of the week was more sedate, with our days filled with swims, snorkels, and beach walks. Since Anne is studying national parks for school, this was the perfect field study trip, while Marc busied himself testing his new GoPro camera underwater and up the mast. And yes, as challenging as this environment is, we still fit school in every day!!

So, nothing but happiness, glorious sunsets, even prettier sunrises, good company with MIAOUSS (the kids are inseparable)...It is hard to imagine that St Martin and its planeloads of tourists lies only a mere 10 minutes away. Check the photo gallery!

St Martin, 14-18 Mars 2012

A part les marinas, les boutiques et les restaurants, que faire d'autre à St Martin? Eh bien il faut aller en mer, ce qu'on a fait toute cette semaine.
Profitant d'une bonne fenêtre météo et d'un vent plus léger, nous avons décidé de partir à la découverte des mouillages de la côte est, Tintamarre et Ile Pinel. Ces deux iles font partie de la réserve naturelle de St Martin, les eaux y sont d'une limpidité exceptionnelle regorgeant de vie sous-marine : des bancs de poissons multicolores nagent autour du bateau, y compris les barracudas, des grosses tortues, on a même vu des rays mantas décoller. Impressionnant ! On ne peut y accéder que par bateau, et bien que les mouillages soient bondes pendant la journée (Tintamarre notamment a l'air d'être une destination favorite des naturistes qui débarquent juste équipés d'un chapeau), nous sommes presque seuls le reste du temps. Terry, comme d'habitude pense que l'Australie est plus belle, mais pour ici, on ne fait pas mieux !

On a commencé la semaine pleine d'enthousiasme, notre capitaine organisant une séance de plongée avec notre nouveau matos. Une séance facile donc pour tester non seulement l'équipement mais aussi l'équipage, puisque notre dernier plongeon a Terry et moi remonte à quelques années. Le site choisi par Terry, je vous le donne en mille...les coques, qui sont couvertes d'algues et ont grand besoin d'être nettoyées. Alors nous voilà tous les 3 avec Marc, bouteilles sur le dos, à frotter les coques tout en s'entrainant à monter et descendre dans 5 mètres d'eau. On a peut-être passe le test de plongée, mais je ne vous dit pas les courbatures après !

Le reste de la semaine a été moins laborieux, avec des journées passées à se baigner, du snorkelling, et ballades sur la plage. Comme Anne est en train d'étudier les parcs nationaux, c'est la parfaite excursion ; quant à Marc il s'affaire avec sa nouvelle camera Go Pro qu'il teste sous l'eau et en haut du mat. Et pour ceux qui se demandent : oui, même dans un tel environnement, on arrive à faire l'école tous les jours !

Donc, que du bonheur, des couchers de soleils splendides, des levers de soleils encore plus beaux, en compagnie des inséparables MIAOUSS...On ne croirait pas que St Martin et ses touristes sont à peine 10 minutes d'ici. Et les photos sont enfin mises à jour !

Life on board - Vie a Bord
| | More
St Martin, Part 1
Voahangy
April 24, 2012,, Great Exuma, Bahamas

St Martin/St Marteen, Feb 28- March 13, 2012

If ever there was an island with a split personality, it would be St Martin ( or Sint Maarten). Like many of the Caribbean's, it was first sighted by Christophe Columbus and claimed by the Spanish in 1493.However first settlements did not occur until 1629, when French runaways arrived, and Dutch adventurers came ashore and exploited the salt ponds found inlands. They lived in relative harmony and legend claims that in 1648 the two communities decided to establish the division of their territories by a race: two athletes, one French, one Dutch, were sent running in opposite directions along the coastline and the line was drawn wherever they met anew. According to local folklore, the wine drinking Frenchman was fitter than the beer drinking Dutchman ( we all know how many wee-stops he would have had to make!). Not that it is historically proven, but the end result is a French side (21 sq. Miles) substantially larger than the Dutch one (13 sq. Miles). The border is symbolic though, and even though the island has 2 governments (French/Dutch), 3 currencies (euros/US dollars/ Dutch guilders), and 100 or so nationalities represented, there is no barriers, no customs, no taxes, people and goods are free to come and go. The only notable difference we found is in the cost of living, things are dearer on the French side than on the Dutch side. Jobs pay more there ( I was told average weekly wage is 1200 euros against 600 US$), but you have to be lucky to find one, as apparently most jobs are on the Dutch side (in finance and hospitality), and the French side consists mainly of public servants and small businesses. This I found out talking to the taxi drivers and shop keepers, and while everyone has plenty to say in this (French) election time, somehow everyone gets along.

Back in the 1970's and 1980's, St Martin took the tourism path to development, and with the onset of defiscalisation which effectively turned the island into a tax free haven, it's never looked back. It's all business: a major holiday destination with beach resorts lining nearly all of the 37 beaches ( especially on the Dutch side), casinos, timeshare condos, duty free shops everywhere, and the largest yachting centre in the Caribbean's. After all the deserted islands we've seen, this is all about fun, frolic and entertainment and thousands of cruise ships passengers disembarking every day!!!

We are here mainly for boat business and housekeeping: the local Lagoon dealer, Herve HAREL, has kindly agreed to let us use his address for mail and has been holding parcels from the kids' schools, my parents and Lagoon for weeks. I suspect he was quite relieved to have a decent amount of space back when we eventually collected our 6 boxes! On the health front, I dragged the family around for medical and dental appointments. Since this is the last French outpost before heading into UK and US territory, I thought it would be best to go thru a health system which not only is understandable (at least to me) but more importantly affordable. God knows how much an ophthalmologist consultation would cost in the Bahamas or Florida! And while I sit with Marc and Anne doing school, Terry spends his days visiting the ship chandlers and carrying out major installations (i.e. a third battery charger) and minor repairs (i.e. servicing toilets). For boat maintenance, St Martin cannot be beaten, all the major marine brands are represented on either side, and most shops are only a dinghy ride away!

With the essentials out of the way, it's time for some shopping. We've all had our list for a while and now, we can take advantage of the (relatively) low prices to buy boat equipment (scuba gear, air compressor, new DVD player, ...), and camera equipment ( new lenses for me, a GoPro camera for Marc which he paid for himself!) Being tax free doesn't mean things are cheap though, and after the initial excitement of spotting "some really cool things" (like Tiffany jewellery, expensive watches, designer bags, and so on) we realised we didn't need any of it. Better stock up on swimming costumes and thongs, or better still, more French food!

This brings me to the fun part of our stay. We are anchored on the French side, in Marigot Bay. The choice was obvious, not only because I'm biased towards the French, but because clearance formalities are easier and cheaper (we're still charged a mooring tax, but compared to St Barth, 4.50 euros a day seems trivial!), the weather is better on the north coast, and let's be honest, the town of Marigot is much prettier than anywhere else on the Dutch side. Terry can't seem to see the charm in old run-down colonial buildings, locals gathering at the daily arts and crafts market on the waterfront, and ever present traffic jams, but I prefer this to the more "Gold Coast" feel of the south side.

We didn't plan this, but our first week here happens to coincide with the 2012 Heineken Regatta: imagine 200+ sailing boats, racing around the island for 4 days and waterfront parties every night. One of the legs had the fleet sailing from Simpson's Bay (on the Dutch side) to Marigot Bay, with an overnight stop there, before returning to Simpson's Bay the next day. We're not racers but we still like to watch and from the anchorage, we had premium views of the action near the finish line. Best of all , as the yachts anchored in the evening, the crews were desperate to go ashore for the party, but with no dinghy (have to keep the boat light for racing) and water taxi services overwhelmed, it looked like a lot of them would be left stranded and miss out. Marc took his opportunity, and tested his entrepreneurial skills offering taxi services on our dinghy. The look on his face was priceless when he came home having earned his first US dollars!

Then this second week has seen the rotten weather set in, with strong winds following a winter storm up north, the anchorage is rolling non-stop with gusts up to 38 knots. As the temperature dropped, we've had no choice but to leave the boat during the day, for nearly a week. Not that we mind, it is a perfect occasion to tour the island by car and enjoy fun activities like more duty free shopping in Philipsburg (Dutch side), plane watching at Airport Beach (with the planes landing barely 50 feet above your head!), paintball ( Marc's new hobby), gourmet dining at Grande Case (the gastronomic centre of St Martin, with dozens of French restaurants, ranging from the cheap and cheerful lolo to the refined white table clothed establishment), and our regular internet session at La Sucriere where for the price of coffee and French pastry, we can stay all day to catch up with the rest of the world.

Joining in the fun, are our friends from MIAOUSS, ANANDA and ODYSSEY who upon arrival proceeded directly to the Fort Louis Marina. Marc and Anne begged us to go in so they could play with their mates, but we can't justify paying 80 euros or more a night, for a marina berth where apparently the swell is just as bad as in the anchorage! Besides, it doesn't stop the kids going backwards and forwards with our dinghy, and Marc who has become our dedicated driver, is now in high demand whenever someone needs a lift.

So, another fortnight has passed, we're all well fed and happy. As I write, the weather forecasts are for the wind to ease tomorrow, so Terry is busy looking at anchorages to visit on the eastern side. As nice as Marigot is, two weeks is enough and we're getting itchy feet again!

St Martin/St Marteen, 28 Février- 13 Mars 2012

S'il y a une ile a double personnalité, c'est bien St Martin (ou Sint Marteen). Comme la plupart des Antilles, elle a été découverte par Christophe Colomb et revendiquée par les Espagnols en 1493. Toutefois les premiers colons ne sont arrivés qu'en 1629, consistant de fugitifs français ainsi que des aventuriers hollandais qui ont commencé à exploiter les marais salants à l'intérieur de l'ile. Les 2 communautes s'entendaient tres bien et d'après la légende, en 1648, le partage du territoire s'est decide d'une façon très civilisee, par une course entre deux athletes, un francais et un hollandais. Les deux sont partis chacun de leur cote le long de la cote et l'endroit où ils se sont rencontres a marqué la frontière. Le folklore local raconte que le buveur de vins français était meilleur que le buveur de bières hollandais (tout le monde sait qu'il aurait dû faire des pauses-pipi !). Bien sûr, rien n'est prouvé, il n'en reste pas moins que le cote français (54 km2) est beaucoup plus grand que le cote hollandais (34 km2). La frontiere n'est que symbolique, et meme si l'ile a 2 gouvernements (français/hollandais), 3 monnaies (euros/dollars US/ florins hollandais), environ 100 nationalités représentées, il n'y a aucune barrieres, douanes, taxes, et les personnes et les marchandises sont libres de circuler. La seule difference notable est le cout de la vie, plus eleve cote francais que cote hollandais. On y est mieux paye aussi (1200 euros la semaine contre US$600), mais seulement si on a la chance de trouver du boulot, car apparemment la majorite des emplois sont cote hollandais (dans la finance et le tourisme), le cote francais etant plutot compose de PME et de fonctionnaires. On apprend tout ca en bavardant avec les chauffeurs de taxi et les commercants, et meme si en cette periode electorale (cote francais), beaucoup ont leur mot a dire, ils n'en reste pas moins que tout le monde vie harmonieusement et bosse avec le sourire.

Dans les années 70 et 80, St Martin a mis la priorité sur le développement du tourisme, suivi d'une politique de defiscalisation ayant pour effet de transformer l'ile en paradis fiscal. Depuis, hors de question de revenir en arrière, tout est business : la destination touristique par excellence avec des hôtels longeant presque toutes les 37 plages de l'ile (surtout cote hollandais), des casinos, des appartements de luxe en multipropriété, des boutiques hors-taxes partout et pour couronner le tout le plus important centre de nautisme dans toutes les Antilles. De toutes les iles qu'on a visites, celle-ci est sans états d'âme, ne verse pas trop dans le culturel, mais plutôt dans l'abondance, le fun, les divertissements multiples, que des milliers de croisiéristes viennent découvrir chaque jour !

Pour notre part, nous sommes ici pour faire des affaires et un peu d'intendance : le concessionnaire Lagoon Hervé HAREL, a gentiment accepte de réceptionner notre courrier et a gardé nos colis provenant de l'école des enfants, mes parents et Lagoon depuis des semaines. Nous lui en sommes reconnaissants et je suis sure que c'était un soulagement pour lui de voir partir nos 6 cartons ! Cote sante, il était temps de faire les contrôles dentaires et médicaux pour toute la famille. Comme c'est notre dernière escale française avant de naviguer dans les eaux anglaises et américaines, je me suis dit qu'il vaudrait mieux faire affaire à un système qui nous soit familier mais aussi dans nos moyens. Dieu seul sait combien coute la consultation chez un ophtalmo aux Bahamas ou en Floride ! Et pendant que je m'attelle à faire l'école avec Anne et Marc, Terry passe ses journées à faire l'aller-retour chez les shipchandlers et effectuer de grosses installations (comme rajouter un 3e chargeur de batteries) ainsi que des réparations plus modestes (comme entretenir les toilettes !). Il faut dire que pour l'entretien du bateau, il n'y a pas mieux que St Martin avec toutes les marques représentées, et les entreprises nautiques accessibles en annexe !

Une fois pares a l'essentiel, il est temps d'aller faire nos achats. Nous avons tous une liste, et on profite des prix avantageux pour acheter du matériel pour le bateau (équipement de plongée, compresseur, nouveau lecteur DVD,...), ainsi que pour la photo (nouveaux objectifs pour moi, et une caméra Go Pro pour Marc, qu'il a payé lui-même !). Attention quand même : ce n'est pas parce qu'on paye hors-taxe que c'est si bon marche que ça. En fait, après l'excitation initiale devant des articles très cool (style bijoux Tiffany, des montres de luxe, des sacs haut-de gammes, etc...) on a réalisé qu'on n'a besoin de rien. Mieux vaut faire le plein de maillots de bain et de flip-flop, ou même de produits français !

Ce qui m'amène a l'aspect « fun » de notre escale. Nous sommes au mouillage de Marigot Bay, cote français. Le choix était évident, non seulement parce qu'on préfère la culture française, mais aussi parce que les formalités y sont plus faciles et moins chères (ils appliquent quand même une redevance de mouillage, mais compare à St Barth, 4,50 euros par jour c'est une misère !), la météo est meilleure sur la côte nord, et honnêtement la ville de Marigot est plus jolie que ce qu'on peut voir cote hollandais. Terry a du mal à apprécier le charme des vieux bâtiments coloniaux, le marché artisanal qui rassemble les villageoises tous les jours sur le front de mer, et bien sur les sempiternels embouteillages. Mais personnellement, je préfère ça a l'ambiance « gold coast » plus au sud.

On ne l'avait pas prévu, mais notre première semaine ici coïncide avec la Régate Heineken : imaginez plus de 200 voiliers, inscrits pour 4 jours de régates autour de l'ile, et des festivités chaque soirs. Une des étapes consistait à rallier Simpson Bay (cote hollandais) à Marigot Bay, y rester une nuit, et retourner à Simpson Bay le lendemain. Même si nous ne sommes pas des pros, nous aimons quand même regarder, et nous étions aux premières loges pour assister à l'arrivée des voiliers. Le meilleur, c'est qu'alors que tous ces bateaux avaient mouille pour la nuit, les équipiers voulaient à tout prix aller à terre pour les festivités, mais sans annexe a bord (sur un bateau de course, on dégage tout ce qui est lourd), et une navette qui ne pouvait pas faire face à la demande, il semblait que beaucoup allaient rester en rade. Marc a tout de suite saisi l'opportunité et offert de faire la navette avec notre annexe. Apres 2 heures de va et vient, il est rentre avec un sourire grand comme ça en comptant ses premiers dollars !

Et puis cette deuxième semaine, le temps pourri s'est installé, avec des vents forts conséquences d'une tempête qui sévit plus au nord, résultat le mouillage est des plus rouleurs, et on se paye des rafales jusqu'à 38 nœuds ! Comme en plus la température a chuté, ça fait presque une semaine qu'on quitte le bateau pendant la journée. Tout compte fait , ça ne nous gêne pas, au contraire, on en profite pour faire les touristes avec encore et toujours du shopping hors-taxes a Phillipsburg (cote hollandais), regarder les avions atterrir à Airport Beach ( à peine a 15 mètres , au-dessus de nos têtes), paintball (le dernier hobby de Marc), diner a Grande Case (le centre gastronomique de St Martin, qui regorge de restaus français, de la gargote locale, appelée lolo, aux établissements chics avec tables a nappes blanches), et notre séance internet régulière a La Sucrière ou nous pouvons surfer le net toute la journée pour le prix d'un café-croissant.

Pour compagnie nous avons MIAOUSS, ANANDA, et ODYSSEY qui sitôt arrives se sont dirigés directement sur la marina Fort Louis. Marc et Anne n'arrêtent pas de nous demander d'y aller pour être plus près de leurs copains, mais on a du mal à justifier payer plus de 80 euros par nuit pour un emplacement apparemment aussi rouleur qu'au mouillage. De toutes façons, ça n'empêche pas les enfants de faire la navette avec l'annexe, et Marc qui est devenu notre chauffeur de service, est de plus en plus demande.

Voilà donc une quinzaine de jours bien occupes, nous sommes bien nourris et épanouis. Au moment où j'écris, les prévisions météos sont pour des vents plus faibles à partir de demain, donc Terry s'affaire à repérer les mouillages sur la côte est. Marigot c'est bien joli, mais après 2 semaines, il est temps d'aller voir ailleurs.

Ports of Call - Escales - USA
| | More
May 31, 2012, | David James
Hey guys. Looks like your trip is going very well. We just missed you in St Martin in Early April. We were there on a cruise out of Miami. Would have been funny to run into you. I will look forward to reading your entire blog. Take care and happy travels...David
St Barth
Voahangy
April 15, 2012,, Providenciales, Turks & Caicos

St Barth , Feb 25-28, 2012

Some destinations get so talked about that you feel you must see them once in your life. St Barth is on of these. I first heard of the island 25 years ago, when wealthy or retired French people (sometime both) settled there in their little piece of paradise. Being a free port (tax and duty-free) island no doubt is part of the attraction. Over the years, it has gained a reputation as a world famous chic destination, where the rich and beautiful people come to escape the dead of winter in their megayachts. We're a bit partial to good looking boats and the people on them, so we thought we'd stop and have a look, since we were sailing so close.

We spent 3 days in St Barth, and I must warn you from the start, that we are in 2 minds about the place: Terry has a very scant opinion of it, I am more moderate trying to see the nice aspect of it. Which would you like to hear from first? OK, ladies first, here's my take on the rock, as the locals call the island.

Discovered by Christopher Columbus in 1493 ( as nearly all the Caribbean islands) and named after his brother, Bartolomeo, St Barth was left alone for several centuries before being settled by the French in the mid-1600's. Unlike other islands further south, it suffered from dry weather and infertile soil, making agriculture very difficult and life quite precarious for the population. According to historians, this and the constant rivalry between French and English in the area meant that the inhabitants were often evacuated to the neighboring island of St Kitts leaving St Barth a perfect hideout for pirates sailing past. Obviously the French didn't have much interest in the island back in 1785 when they swapped it with Sweden in exchange for trading rights in Swedish ports! The island was made into a free port, which brought propriety for a while, but being away from major trading routes, business stopped thriving and the Swedes lost interest. St Barth was then handed back to the French in late 1800's.
Even though the Swedes were never more than 127 at any one time, their influence is obvious , especially in Gustavia, the capital, with its slopping red roofed and white houses neatly lined in terraces. I have never been to Scandinavia, but have seen pictures of villages in Sweden and Norway, and Gustavia looks just like a miniature version of them, only surrounded by shallow turquoise waters instead of icy fjords! It is quite pretty, also very tidy and orderly. Enjoying the "tax free" status, the small inner harbor is lined with a multitude of shops, the majority of them selling designer brands. Louis Vuitton, Cartier, Dior, etc...all have their own boutiques. After spending months at sea and in developing islands, it is quite a nice change, even if it is purely window shopping ( nothing mere mortals like us can afford I'm afraid!). Touring around, it feels like we're in the French Riviera: narrow roads, pretty holiday villas overlooking the bays, stylish people sitting at cafes, and lots of nice restaurants lining the wharf in Gustavia or the trendy beach at St Jean. The main anchorage is crowded with all kinds of boats, especially luxury motor yachts going back and forth with their wealthy guests. That explains the concentration of fancy restaurants: the rich eat well and with the multitude of businesses catering for them, hard to find items become available on the shelf: I could not resist splurging on Cooper's beer and Tim-Tam biscuits, staples in Australia, rare treats in this part of the world.

St Barth is also where PHAEDO is based, and we were hoping to catch up with the crew. Unfortunately, they were all busy working (that's why they're crew and we're...well, a cruising family) and we only managed to exchange greetings while passing each other's dinghies. Maybe next time!

Now for Terry's impression (he is reading my lines and shakes his head!):
" St Barth has to be the most over rated destination. Let's start with the anchorage in Gustavia. The harbor is large but no matter whether you anchor or moor, it is subject to the swell. The weather was atrocious, with strong easterly winds and multiple showers, and according to the locals that made the swell worse than usual. You should see the megayachts tied to the wharf and still rolling badly! It was that bad, we had to leave the boat during the day, so forget school work, and Voahangy and the kids complained of feeling sea sick at night. The cherry on the cake was when we checked in at the harbourmaster's office and were charged 32 euros per day, they call it "anchoring tax". What do you get for that? Nothing but the privilege of being in St Barth! WIFI is non-existent, and for the first time we've had to visit an internet café (if Bequia or Union Island can provide on board WIFI, why can't it be done here?).

Did Voahangy say it feels like the French Riviera? Totally agree, particularly the traffic. We hired a car for a day, hoping to enjoy the interior. I think Voahangy did, but I was too busy dealing with mad drivers on narrow winding roads to admire the scenery. And what is wrong with doing a bit of road maintenance? Considering the wealth per capita, surely they'd have enough funds to mend all the pot holes or the dodgy road sides! Even the locals laughed at us when we mentioned the stressful drive "first time here, right?"
Finally, we knew St Barth would be expensive, but it is ridiculously so. Everything costs twice what it does anywhere else. Voahangy just returned with Australian goodies she found in town: Cooper's and James Boag's beers, Tim Tams, NutriGrain and Vegemite. I am not game to ask how much she spent! We'll enjoy them anyway, but honestly, this is the first time we've ever been somewhere where we're embarrassed to question prices. It's as if you have to ask "how much?" you don't belong. Then again, you have to wonder about a place, where megayachts' crew are seen walking poodles along the wharf. Really???

St Barthelemy, 25-28 Février 2012

Il y a des destinations dont on entend tellement parler qu'on se dit qu'il faut à tout prix y aller une fois dans sa vie. St Barthelemy (ou St Barth en raccourci) en fait partie. La première fois qu'on nous l'a mentionnée, c'était il y a 25 ans, et a l'époque c'était un petit paradis pour les français retraites ou aises (ou les deux). Vu que l'ile est un port franc, l'absence de taxes y a beaucoup joue. Au fil des années, sa réputation s'est étoffée pour devenir une destination chic, ou personnalités riches et célèbres se donnent rendez-vous sur leurs megayachts pour échapper à la rigueur de l'hiver. Comme on aime bien admirer les beaux bateaux, et qu'on était dans le coin, on s'est dit qu'on irait jeter un coup d'œil.

Nous avons passé 3 jours à St Barth, et je vous préviens, nos avis sont partagés : Terry en a une pauvre opinion, pour ma part, je suis plus modérée, essayant de voir le bon cote des choses. Alors on commence par quoi ? D'accord, les femmes en premier, alors voilà mes impressions du « caillou » comme l'appellent les gens du coin.

Découverte par Christophe Colomb en 1493 (comme presque toutes les Antilles), et nommée en honneur de son frère Bartolomeo, St Barth est restée une ile tranquille pendant plusieurs siècles avant d'être colonisée par les français dans les années 1600. A la différence d'autres iles plus au sud, le temps sec et le sol infertile ont rendu l'agriculture très difficile et la vie dure pour la population. De plus la constante rivalité entre français et anglais dans la région, selon les historiens, a force l'évacuation régulière des habitants sur l'ile voisine de St Kitts, laissant St Barth vulnérable pour devenir la cachette idéale pour les pirates de la région. Manifestement la colonie n'avait pas beaucoup d'intérêt pour les Français puisqu'ils la cédèrent au gouvernement suédois en 1785 en échange de droits commerciaux dans des ports suédois ! L'ile fut alors octroyé le statut de port franc, ce qui lui apporta une certaine prospérité pendant quelques années, mais étant située a l'écart des grandes routes marchandes, le commerce a fini par péricliter et St Barth a perdu tout intérêt pour les suédois. Ils la rendirent à la France vers la fin des années 1800.
Les statistiques ne recensent pas plus de 127 suédois en même temps, mais leur influence est évidente, surtout à Gustavia, la capitale, avec ses maisons blanches aux toits inclines rouges, bien alignées en terrasses. Je ne suis jamais allée en Scandinavie, mais ayant vu des photos de villages en Suède et en Norvège, je trouve que Gustavia leur ressemble en version miniature. La seule différence est l'eau turquoise peu profonde alentour, au lieu des fjords glaces ! Tout est très joli, propre, net et bien ordonne. Jouissant toujours du statut « tax free », le port est borde par des boutiques, toutes aussi tentantes que les autres, et la majorité vendent des marques prestigieuses. Louis Vuitton, cartier, Dior, ...ils ont tous pignon sur rue. Apres des mois passes en mer et dans des iles moins « développées », c'est une escale agréable, même si on ne fait que du lèche-vitrine (shopping inabordable pour les simples mortels comme nous, j'ai bien peur !) En balade autour de l'ile, ça nous rappelle la Cote d'Azur : ses petites routes escarpées, belles villas surplombant les baies, foule élégante assise à la terrasse des cafés, et une multitude de restaus chics le long du quai à Gustavia ou au bord de la plage très branchée de St Jean. Le mouillage de Gustavia est plein de bateaux de toutes sortes, en particulier des luxueux megayachts qui nous offrent un spectacle permanent avec leurs allées et venues, et le look très glamours de leurs passagers. Ce qui explique la concentration de restaurants de luxe : les riches mangent très bien et grâce au nombre de prestataires qui répondent à leurs besoins, des articles impossibles à trouver sont soudainement disponibles : je n'ai pu résister a la tentation quand j'ai découvert de la bière Cooper et des biscuits Tim-Tam, produits courants en Australie, plaisirs rares et chers dans cette partie du monde.

St Barth est aussi ou est base PHAEDO, et on espérait revoir son équipage. Malheureusement, ils étaient affaires à préparer le bateau (c'est pour ça qu'on les appelle un équipage, et nous...des plaisanciers), et nous avons juste eu le temps de les saluer en nous croisant en annexes. Ce n'est que partie remise !

Au tour de Terry maintenant (qui hoche la tête, en lisant mes commentaires !) :
" St Barth ne mérite pas la réputation qu'on lui fait. A commencer par le mouillage de Gustavia. La baie est grande certes, mais peu importe l'endroit où on mouille, on n'échappe pas à la houle. Le temps était pourri, avec des vents forts de secteur est et des averses en permanence, ce qui a renforcé la houle, selon les gens du coin. Vous devriez voir comment les megayachts amarres au quai roulent ! C'était tellement affreux qu'on ne pouvait pas rester à bord pendant la journée, donc faire l'école était hors de question, et Voahangy et les enfants se sont plaints d'avoir le mal de mer toute la nuit. Pour couronner le tout, la capitainerie nous a facture 32 euros par jour, une taxe de mouillage ils appellent ça. Qui nous donne droit à quoi ? Le privilège d'être à St Barth ! On n'a même pas de wifi, et pour la première fois il nous a fallu nous rendre dans un cyber (si on peut avoir le wifi a bord a Bequia et Union, pourquoi pas ici ?)

Voahangy a mentionné qu'on se croirait sur la Côte d'Azur ? Je suis tout à fait d'accord, surtout en ce qui concerne la circulation. On a loue une voiture pour la journée, en espérant profiter de l'intérieur de l'ile. Je suis sure que Voahangy a apprécié la balade, moi par contre, j'étais bien trop occupe à éviter les fous du volants sur les routes étroites et sinueuses pour admirer le paysage. Et pendant qu'on y est, qui s'occupe de l'entretien des routes ? Vu le niveau de vie de la population, ils ont surement les moyens de combler tous les nids de poule et les bas-côtés douteux ! Les gens du coin on bien rigoles quand on a mentionné notre frustration sur la route, et tout le monde de dire « ça se voit que c'est votre première fois ici ! » Et pour finir, on se doutait bien que St Barth était une destination couteuse, mais pas à un tel point. Tout coute deux fois plus cher qu'ailleurs. Voahangy vient juste de revenir les bras charges de surprises australiennes qu'elle a déniché en ville : des bières Coopers et James Boag, des Tim-Tam, du NutriGrain et du Vegemite. Je n'ose même pas lui demander combien ça a couté ! Bon, on les appréciera quand même, mais honnêtement c'est la première fois qu'on se trouve dans un endroit où on se sent gênés de demander le prix. C'est comme si le simple fait de poser la question « c'est combien ? » nous fait faire figure d'intrus. Mais que dire d'une ville où l'on voit des équipages de megayachts promener le long du quai les caniches de leurs passagers ? On n'est vraiment pas à notre place.

Ports of Call - Escales - USA
| | More

Newer ]  |  [ Older ]

 

 
Powered by SailBlogs