SailBlogs
Bookmark and Share
Steen Rally
Follow us on our sailing adventure from France to Australia
St Martin, Part 3 ( and final!)
Voahangy
May 5, 2012,, Nassau, Bahamas

St Martin - March 19-28, 2012

Cruising is a wonderful lifestyle but it can be hard work sometimes. This post is about the "behind-the-scenes" aspect of our trip, the work that needs to be done to keep our boat in top condition.

As you know, our summer destination is the East Coast of the US ( see our full itinerary here). Part of the plan was to stop in Florida first and carry out some work on the boat (some is warranty with Lagoon, some is improvement). In conjunction with the shipyard, we had organised ourselves to take the boat out of the water in Fort Lauderdale in May and have the maintenance done then. Well, as we were about to leave St Martin for the British Virgin Islands (BVI), we just got news from Lagoon that our repair stop in FL needs re-thinking as we can't access the marina we were planning to haul out due to an overhead electrical cable lower than our mast. Since neither Terry nor I have any desire to play Russian roulette and risk frying the boat, this news involved last minute change, organising an alternative shipyard in St Martin to lift the boat out of the water!

After consultation with Lagoon, it was agreed that any work requiring the boat taken out of the water, be done as emergency and the rest wait until FL. So here we are at Bobby's Megayard, a shipyard on the Dutch side. Why here and not the Bahamas or somewhere else in FL? Well, we've spent enough time in St Martin now, to be familiar with the marine professionals, and we figured it was easier to do it here while the yard could fit us in at such short notice, rather than take our chance along the way.

So, first thing to do was to clear out of the French side and clear into the Dutch side. I know, it sounds weird, when you know that you can travel around the island by dinghy or car at your leisure. The bureaucrats however, see yachts differently, so we didn't argue (well, Terry did a little) and paid our dues. Then we needed to enter the Simpson Bay lagoon, where all the yards and marine businesses are located. Only way in is thru the opening bridge, at a specific time of the day, and at a charge of course. Can you see now, why we stayed on the French side all this time?

Lifting the boat is fairly straight forward, thanks to the 150 tonnes travel lift. However securing it on land takes forever, as we need to make sure it sits level. This setting up process, called chocking, is quite technical and involves piling dozens of wooden block under the keels until everything looks right.
We had 3 jobs to do: fix some cracks in the transom, lower the bimini and repair the cover where the boom had damaged it, repair the fuel vents (which had been fitted with a non-return valve to prevent fuel overflowing, but ended up getting blocked thus stopping the fuel from filling in!). The last 2 items were dealt with quite swiftly, and all fixed in 3 days. The cracks in the transom however, turned into a nightmare: it appears that the edge of the bottom steps were not reinforced properly (like, one coat of fibreglass if any, instead of standard 3 or 4 layers), resulting in the gel coat to crack and allow water to infiltrate. Terry first noticed water seeping into the engine compartment 4 months ago, then we discovered the cracks around Christmas, and have covered the area with heavy duty tape in an effort to keep the water out. We thought we had it under control, but unfortunately, upon opening the damaged area it turns out that the polyester filler and plywood were so saturated with water, we had to cut out a good 10cm off the back step and rebuild it. As luck will have it, it kept raining for 3 days, slowing down everybody, and our planned 5 days in the shipyard ended being a 10 days ordeal.

Now for the fun part: let me tell you, taking the boat out of the water is a real pain in the neck.
We decided to stay on the boat, thinking we could survive a few days up in the air. It was forgetting about the fact that we could not use our showers, as the water would run along the hulls and ruin the fresh antifouling job (we solved the problem by using the hose when no one was around and showering in the cockpit, the only spot on the boat with a central drain). Going to the toilets was a challenge, luckily we have 4 holding tanks, but while they were sufficient to hold waste water for 6 days easily, things became trickier towards the end (let's say that we went out a lot and made use of bathroom facilities as much as we could!) Cooking was easy, but washing up was really inconvenient, using separate bowls for soap, rinse, then dispose of the dirty water over the side. We eventually resorted to either eating out or using disposable dinnerware. Add the heat and humidity, dirt and mud around the boat, mosquitoes at night (there never seems to be any on the water), and there you have it: your ultimate camping nightmare (it should come to no surprise to you that I dislike camping too!!). I try not to whinge too much though (chuckle from Terry here!), our friends on MIAOUSS are in the same situation, also hauling out to antifoul. But their boat is a 43ft Beneteau, definitely smaller than ours, so their camping experience must be really fun. One crew who decided not to camp, is IOD'L. Last seen in January in Tobago Cays, they just turned up at the shipyard, for a 5 day haul out. It only took Séverine and the 3 kids 5 minutes to decide a holiday from their Outremer 45 was in order, and book a suite at the local resort for the week. That way, Stephan can turn his boat upside down, without anyone complaining! Just to show, how people handle similar situations differently.

Back to VOAHANGY, the upside of the situation, was the fact that the kids had nothing else to do but school work. Though, with the heat, we'd try and study in the morning then use the afternoon to go out internet, shopping, visiting friends on the other side of the Lagoon. All our friends happened to be in Marigot (and yes, they're all French, not my fault if there is no English speaking family here. Terry ran into a couple of Aussie boats in the lagoon, but they're couples seemingly too busy leading the retired lifestyle, away from noisy kids!). Marc found himself a new (and expensive) hobby of paintballing and recruited anyone interested to play: it meant several dinghy trips across the lagoon to the French side for pick-ups and drop-offs, which he did by himself. I was a little worried at first, but it has done wonders for his driving skills and self- confidence.

While Terry supervised the work on the boat, I took the opportunity to carry out the final provisioning at Le Grand Marche, a supermarket near the shipyard. With a large mix of French, Dutch and American products, this is a good as we were going to get...being on the Dutch side, shopping is slightly cheaper ( you pay in US dollars), but the shops are nowhere near as charming at the French side: no boutiques, just warehouses, food sold in bulk, cheap souvenir clothes... Eating out certainly wasn't as nice: our experience has been limited to the St Maarten Yacht Club, the more upmarket Skipjack's, and a handful of cheap eateries for lunch around the lagoon; but everywhere they seem to serve the same kind of food: burgers, deep-fried anything, and more French fries we can possibly eat. I know I am biased, but after eating so well on the French side (mmmmm, the memory of fresh baguettes and pastries, bouillabaisse, fish and vegetable platters, flank steak with mushroom sauce and of course the cheese!!!), nothing compared here. Since Terry and the kids felt the same way, we ended up going to Marigot a couple of times for dinner, making an adventure out of a night dinghy ride across the shallow lagoon (which is unlit by the way!). What we would not do for a good meal!

When the work was finally completed, it was all systems go: travel lift came, picked us up, dropped us in the pond, and it was goodbye, let's head out of the lagoon. Hang on, the kids weren't on board! Since we'd had a couple of false alarms during the week, they had carried on with their social program onshore: Marc was busy playing paintball with friends, and Anne was splashing by the pool with IOD'Ls girls. So the last evening was spent dinghy riding, collecting and dropping off children, from one end of the lagoon to the other. And once the head count was completed, all safely on board, Terry announced a 4am departure the next day for the BVI! A month in St Martin is enough, he said, time to move along.

St Martin - 19-28 mars, 2012

C'est bien beau de naviguer, mais ça demande des efforts parfois. Laissez-moi vous raconter ce qui se passe « dans les coulisses », le travail nécessaire pour entretenir notre bateau.

Comme vous le savez, nous allons passer cet été sur la côte Est des Etats-Unis (voir notre itinéraire ici). La première escale devait être la Floride pour y effectuer des travaux sur le bateau (certains sous garantie, d'autres sont des modifications). En concertation avec le chantier, nous avions organisé la sortie du bateau de l'eau à Fort Lauderdale au mois de Mai afin de faire la maintenance. Eh bien, figurez-vous qu'au moment de notre départ pour les iles Vierges Britanniques (BVI), nous avons reçu des nouvelles de Lagoon, comme quoi l'accès a la marina ou l'on avait prévus de nous rendre était compromis à cause d'un câble électrique plus bas que notre mat. Comme ni Terry ni moi ne désirons prendre de risques, nous avons décidé de changer nos plans au dernier moment et trouver un chantier a St Martin pour sortir le bateau.

En accord avec Lagoon, on a donc décidé de faire en urgence les travaux nécessitant d'être en cale sèche, en attendant de faire le reste a Fort Lauderdale. Nous voilà donc à Bobby's Megayard, un chantier du cote hollandais. Pourquoi ici, et pas aux Bahamas ou autre part en Floride ? Disons que nous avons passé assez de temps à St Martin pour connaître la plupart des prestataires et on a préféré saisir notre chance pendant que le chantier pouvait nous prendre tout de suite.

La première chose à faire était donc de sortir du cote français pour rentrer cote hollandais. Je sais, ça parait bizarre, quand on peut se déplacer librement en annexe ou en voiture. Mais les bureaucrates considèrent les plaisanciers différemment, donc on n'a pas bronche (enfin, Terry un peu) et on a payé les droits qu'il fallait. Ensuite, il a fallu se rendre dans le lagon de Simpson Bay, ou se trouvent tous les chantiers et entreprises nautiques. Le seul moyen d'y accéder est par un pont levant, a des horaires détermines et des frais supplémentaires bien sûr. Vous comprenez pourquoi on a préféré rester cote français jusqu'à maintenant?

Grace a une travel-lift de 150 tonnes, lever le bateau n'est pas très complique. Par contre, le caler à terre prend des heures, car il faut s'assurer qu'il soit à niveau. Ca nécessite des douzaines de cales placées sous la quille pour le soutenir et le maintenir droit, on appelle ça mettre le bateau « sur tins ».
Nous avons 3 missions à accomplir : réparer des fissures dans les jupes arrières, rabaisser le bimini et recoudre la capote là où la bôme a frotte, modifier les évents de réservoir de gasoil (qui avait été installés avec une soupape pour empêcher le gasoil de déborder, mais quand la soupape s'est bloquée, impossible de faire le plein !). Les deux derniers problèmes ont été réglés rapidement en 3 jours. Les fissures par contre se sont révélées être un vrai cauchemar : le bord des jupes n'ayant pas été renforcé comme il fallait (avec une seule couche de fibre de verre, au lieu des 3 ou 4 qu'il faudrait), le gel coat s'est fendu et l'eau s'est infiltree. Terry a commencé à remarquer des entrées d'eau dans le compartiment moteur il y a 4 mois, puis les fissures a Noel, et depuis on a essayé de limiter les infiltrations en collant du scotch a résistance industrielle. On pensait limiter les dégâts, mais malheureusement, en ouvrant la section endommagée on a découvert que la mousse en polyester et le contreplaque était tellement satures, il a fallu couper et remplacer 10 bons centimètres. Comme par hasard, il n'a pas arrêté de pleuvoir pendant 3 jours, ce qui a ralenti tout le monde et notre chantier de 5 jours est devenu une épreuve de 10 jours !

Quant à la vie à bord, je peux vous dire que vivre a sec n'est pas une partie de plaisir.
Lorsqu'on a décidé de rester à bord, on s'est dit qu'on arriverait à supporter quelques jours en hauteur. Seulement, on avait oublié qu'on ne pouvait pas utiliser les douches, car l'eau coule le long des coques et abime l'antifouling tout neuf sur les carènes (on a résolu le problème en utilisant le tuyau dans le cockpit, le seul endroit a bord avec une évacuation centrale). Les toilettes étaient plus problématiques ; nous avons bien 4 réservoirs d'eaux noires, mais après 6 jours ça commençait à être juste (disons que nous sommes beaucoup sortis et avons profité des toilettes a l'extérieur !) Faire la cuisine était facile, mais pas la vaisselle par contre: utiliser des bacs différents, jeter l'eau sale par-dessus bord (en évitant de tremper les ouvriers en dessous !), quelle galère ! A la fin, on a mangé soit à l'extérieur ou dans des assiettes jetables. Imaginez en plus, la chaleur, l'humidité, la poussière et la boue autour du bateau, les moustiques la nuit (on n'a pas l'habitude sur l'eau), et voilà : la version idéale du camping ! Ceci dit, j'essaye de ne pas trop me plaindre (Terry ricane derrière moi !), car nos amis sur MIAOUSS sont dans la même situation, en cale sèche cote français pour refaire l'antifouling. A 5 sur un Beneteau 43, le camping doit être encore plus agreable ! Un équipage qui a refusé de camper, c'est IOD'L. La dernière fois qu'on les a vus c'était en Janvier aux Tobago Cays, et ils nous ont fait la surprise de débarquer au même chantier que nous pour 5 jours de maintenance. Séverine et les 3 enfants n'ont mis que 5 minutes pour décider de quitter leur Outremer 45 et réserver une chambre à l'hôtel du coin. Comme ça, Stephan peut mettre le bateau sens dessus dessous, et sans gêner qui que ce soit ! Juste pour dire que nous sommes tous dans le même bateau, mais on gère différemment.

Revenons-en à VOAHANGY. L'avantage de la situation, c'est que les enfants n'avaient rien d'autre à faire à part l'école. Par cette chaleur, on a donc essaye d'étudier le matin, et sortir l'après-midi, pour faire internet, les boutiques, ou rendre visite aux copains à l'autre bout du lagon. En fait tous nos potes sont à Marigot (et oui, ils sont français, ce n'est pas de ma faute si on n'a pas trouvé de familles anglo-saxonnes. Terry a bien fait la connaissance de quelques voiliers australiens, mais ce sont des couples de retraites qui sont bien trop affaires pour côtoyer des enfants !) Marc s'étant trouve une nouvelle passion, le « paintball », il n'a pas arrêté de recruter les autres gamins pour venir jouer avec lui, a coups de va et vient en annexe entre le cote hollandais et français. On a fini par le laisser conduire seul, et même si je m'inquiétais un peu au début, cette autonomie a fait des merveilles pour sa conduite et sa confiance en soi (s'il en avait besoin !)

Pendant que Terry surveillait les travaux à bord, j'en ai profité pour finir l'approvisionnement au Grand Marche, un supermarché à 2 pas du chantier. Avec une grande variété de produits français, hollandais, et américains, on ne pouvait pas trouver mieux. Cote hollandais, ça coute moins cher (on paye en dollars US), mais je dois dire que les magasins ont moins de charme que du cote français : des entrepôts au lieu de petites boutiques, de l'alimentation vendue en gros conditionnements, des vêtements pas chers,...Je ne parle même pas des restaus : notre expérience autour du lagon s'est limitée au Yacht Club, le plus haut de gamme Skip jack, et une demi-douzaine de snackbars pour midi. Le menu est le même partout : burgers, fritures, des frites à n' en plus finir ! Je sais, j'ai des préjugés, mais après avoir tellement bien mange cote français, on ne peut pas comparer. Même Terry et les enfants sont d'accord avec moi, à tel point qu'on s'est aventures à Marigot en annexe quelques fois pour aller dîner. Rien de mieux qu'une traversée du lagon en pleine nuit pour ouvrir l'appétit !

Une fois les travaux termines, la remise à l'eau s'est fait très rapidement : en 20 minutes la travail lift nous a récupéré, flotté, on a fait le plein de gasoil, et en s'apprêtant à quitter le lagon, on fait le compte et...les enfants n'étaient pas à bord ! En fait, après 2 jours de faux départs, ils ont continué leurs activités a terre, Marc faisait une partie de paintball, et Anne passait l'après-midi à la piscine avec les filles de IOD'L. Du coup, on a passé notre dernière soirée à jouer les taxis/annexe d'un bout à l'autre du lagon. Et une fois toute la famille a bord, Terry nous a annoncé un départ pour les BVI à 4h du matin !! Un mois à St Martin, c'est assez, grand temps de bouger.

Life on board - Vie a Bord
| | More
St Martin, Part 2
Voahangy
April 25, 2012,, Great Exuma, Bahamas

St Martin, March 14-18, 2012

Beside big marinas, shops, restaurants, what else is there to do in St Martin? Well, you have to go sailing, which is what we did this week.

With the weather improving, and the wind dying, we've decided to explore the eastern anchorages of Tintamarre and Ile Pinel. Both islands are part of the St Martin Natural Reserve, and feature crystal clear waters teeming with life: numerous schools of colourful fish swim around the boats, as well as barracudas, huge sea turtles, we've even seen manta rays leap out of the water. Both locations are only accessible by boat, and while crowded with day trippers during the day (Tintamarre seems to be a favourite picnic spot for nudist groups who show up by the dozens off charter boats wearing nothing but a hat), we pretty much have the bays to ourselves. Terry who's hard to impress, tells me it's not as good as Australia, but still, that's the best you get around here!

To kick off the week productively, our skipper organised a family dive with our brand new scuba gear. An easy one to test the equipment and ourselves, since Terry's and my last dive go back a few years now. The dive site Terry picked was...the hulls, which are covered with marine growth and in desperate need of scrubbing. So the 3 of us donned our full gear and had a great time scrubbing the bottom of the boat while practising our ascending and descending. I think we passed the scuba test, but we all ached from the efforts for days afterwards!

The rest of the week was more sedate, with our days filled with swims, snorkels, and beach walks. Since Anne is studying national parks for school, this was the perfect field study trip, while Marc busied himself testing his new GoPro camera underwater and up the mast. And yes, as challenging as this environment is, we still fit school in every day!!

So, nothing but happiness, glorious sunsets, even prettier sunrises, good company with MIAOUSS (the kids are inseparable)...It is hard to imagine that St Martin and its planeloads of tourists lies only a mere 10 minutes away. Check the photo gallery!

St Martin, 14-18 Mars 2012

A part les marinas, les boutiques et les restaurants, que faire d'autre à St Martin? Eh bien il faut aller en mer, ce qu'on a fait toute cette semaine.
Profitant d'une bonne fenêtre météo et d'un vent plus léger, nous avons décidé de partir à la découverte des mouillages de la côte est, Tintamarre et Ile Pinel. Ces deux iles font partie de la réserve naturelle de St Martin, les eaux y sont d'une limpidité exceptionnelle regorgeant de vie sous-marine : des bancs de poissons multicolores nagent autour du bateau, y compris les barracudas, des grosses tortues, on a même vu des rays mantas décoller. Impressionnant ! On ne peut y accéder que par bateau, et bien que les mouillages soient bondes pendant la journée (Tintamarre notamment a l'air d'être une destination favorite des naturistes qui débarquent juste équipés d'un chapeau), nous sommes presque seuls le reste du temps. Terry, comme d'habitude pense que l'Australie est plus belle, mais pour ici, on ne fait pas mieux !

On a commencé la semaine pleine d'enthousiasme, notre capitaine organisant une séance de plongée avec notre nouveau matos. Une séance facile donc pour tester non seulement l'équipement mais aussi l'équipage, puisque notre dernier plongeon a Terry et moi remonte à quelques années. Le site choisi par Terry, je vous le donne en mille...les coques, qui sont couvertes d'algues et ont grand besoin d'être nettoyées. Alors nous voilà tous les 3 avec Marc, bouteilles sur le dos, à frotter les coques tout en s'entrainant à monter et descendre dans 5 mètres d'eau. On a peut-être passe le test de plongée, mais je ne vous dit pas les courbatures après !

Le reste de la semaine a été moins laborieux, avec des journées passées à se baigner, du snorkelling, et ballades sur la plage. Comme Anne est en train d'étudier les parcs nationaux, c'est la parfaite excursion ; quant à Marc il s'affaire avec sa nouvelle camera Go Pro qu'il teste sous l'eau et en haut du mat. Et pour ceux qui se demandent : oui, même dans un tel environnement, on arrive à faire l'école tous les jours !

Donc, que du bonheur, des couchers de soleils splendides, des levers de soleils encore plus beaux, en compagnie des inséparables MIAOUSS...On ne croirait pas que St Martin et ses touristes sont à peine 10 minutes d'ici. Et les photos sont enfin mises à jour !

Life on board - Vie a Bord
| | More

Newer ]

 

 
Powered by SailBlogs