SailBlogs
Bookmark and Share
Steen Rally
Follow us on our sailing adventure from France to Australia
Last of Washington DC: people and food!
Voahangy
November 14, 2012,, Fort Lauderdale, FL, USA

Washington, DC, June 24-July 8, 2012

The nation's capital is more than monuments, museums and government buildings. Like any city in the world it has its own identity, fashioned by the people who live and work there, and while I won't claim for one second that we captured the essence of the town we had fun mingling with the locals.

Take the Capital yacht Club (CYC). I mentioned before many of its members are live aboards, and must be the friendliest club we've ever encountered: we were welcomed with open arms and treated like some kind of celebrities (I must admit that our Australian flag and the mention of our round the world cruise always arises a lot of interest). We made friends with people from all walks of life: take writer Pat, defence force officer Phil, US coast guard Jodie, computer whizz Karla, and retired Idaho governor Dick; every one of them took the time to share a little insight in what it is to live in DC where probably half of the working population is in the government business (lobbying, grant seeking, representing the folks back home...) and the other half in the private business of servicing them! From detailed explanations on the functioning of the US Congress to how to tell when the POTUS is flying over (that's the President of the United States, if you wonder), it's been a real education. Marc could not get enough of the attention, especially when the CYC did him the honour of firing the canon, a Friday night tradition to declare the end of the week and the bar open for sunset! Anne had her own fun, with new girlfriends Katherine and Phoebe, from live aboard families, who showed us how to call the CYC home in so many ways: doing school in the mahogany lined library, enjoy a coffee anytime in the plush leather seats, join in for Friday BBQ, Saturday hot breakfast, 4th July cookout... With a major heatwave hitting the town that week, a lot of members and transients (the name for cruisers passing by) enjoyed the air-conditioned bar, which seemed to be THE place to congregate at the end of a full day of touring or schooling.

As you can tell, we didn't spend a lot of time on the boat, apart from sleeping. Even that was sometimes hampered by the incessant noise of helicopters flying over the anchorage, evidently carrying politicians commuting between the White House and the Pentagon, or as Terry suggested taking some to the nearby Reagan airport rather than drive in traffic. Still, it was a great game for Terry & Marc, who would guess the number of rotors & blades by the incoming rumble! The rest of us would try to work out the importance of the convoy. Locals said that three together, means it is likely the POTUS is on board! So we were all eyes ...

Dining on board became a rarity. Not only because the boat was transformed in a hot house, courtesy of temperatures in the 100F (near 40C), but also being at anchor in a river, we needed to be frugal with our water consumption (ask Marc who was in charge of daily dinghy trips to fill up our 20 litre jerricans). Not a conducive environment for gourmet cooking! Besides, with the money we saved thanks to the free museums, we figured we could afford to eat out. And so we embarked on a food quest, wanting to find out what else there is to American cuisine beyond burger and fries.
Our "research" took us to local hangouts such as downtown's Harry & Harriet's where I tasted my first pulled pork sandwich (pork shoulder slow cooked for hours, the meat then pulled into thin shreds and smothered with a tangy BBQ sauce, served on a bun). Harry's Smokehouse in the Pentagon City Mall dishes out a delicious BBQ beef brisket (similar cooking process as the pulled pork, but different sauce) but will be remembered as the first place we tried fried chicken and waffles. Yes, you read correctly: crunchy buttermilk fried chicken pieces, served on a waffle, with maple syrup and whipped butter! What looked abominable to me was declared a match made in heaven by Marc and Anne, like eating your main course and dessert at the same time. And to think that I tried to educate their palates all these years...Thank goodness it was a one-off occasion. In fact, most times Marc would order a burger, mainly because it was the least expensive item on the menu, and the most likely to fill him up. One exception was at Thunder Burgers, in upscale Georgetown, who serves gourmet burgers at gourmet prices. Ah, but these are special. Think Elk burger with heirloom tomatoes and goat cheese; bison burger with aioli; meat balls and mozzarella burger...not for the faint hearted but soooo good! I have only mentioned some of our "special" outings; the rest of the time we would grab a quick lunch at any of the Museums coffee shops, which mostly serve average and expensive sandwiches, except for the Mitsitam Café at the American Indian Museum whose menu features native dishes. The kids and I would return there time and time again to lunch on ceviche and chestnut and goose terrine (for me), buffalo chili and cheese fry bread (for Marc), cedar planked grilled salmon and chocolate coconut cookies (for Anne). But all this doesn't compare with the fresh seafood from the fish market only meters from the boat. Our best dining memory must be sitting on our back deck feasting on freshly shucked oysters and a pile of spicy steamed crabs, while watching the sun set over Washington DC. Cheers!!

Washington DC, 24 Juin - 8 Juillet 2012

La capitale de la nation a bien d'autres choses à offrir à part les monuments, musées et édifices publiques. Comme toutes les villes dans le monde, Washington a sa propre identité, formée par les gens qui y habitent et y travaillent ; et même si je ne vais pas prétendre avoir capture l'essentiel de la ville, nous avons eu beaucoup de plaisir à rencontrer les gens du coin.

Commençons par le Capital Yacht Club (CYC). J'ai déjà mentionne que beaucoup de ses membres vivent à bord, et ça doit être le club le plus chaleureux qu'on ait côtoyé jusque-là : on nous a accueilli à bras ouverts, traites comme des célébrités (il faut dire que notre pavillon australien et la mention de notre tour du monde attirent toujours beaucoup d'attention). Nous nous sommes lies d'amitié avec des gens de tous milieux : Pat l'écrivain, Phil un ancien militaire, Jodie des US Coast Guards, Karla une génie de l'informatique, Dick ex-gouverneur de l'Idaho...tous ont pris le temps de nous donner un aperçu de la vie quotidienne a DC ou la moitié de la population travaille pour le gouvernement (que ce soit lobbying, obtenir des subventions ou représenter un électorat...) et l'autre moitié dans le secteur prive passe son temps à « faire tourner la machine ». Entre les explications détaillées sur le fonctionnement du congrès américain, et comment repérer quand le POTUS (President Of The United States, pour les non-initiés) nous survole, c'est toute une éducation. Marc a adore tout l'intérêt qu'on lui a porte, surtout quand le CYC lui a fait l'honneur de tirer le canon, une tradition tous les vendredis pour déclarer le début du weekend end et l'ouverture du bar pour le couchant ! Anne n'est pas demeurée en reste, avec ses nouvelles copines, Katherine et Phoebe de familles locales, qui nous ont montré comment profiter du club à fond : en faisant la classe dans la bibliothèque meublée toute en acajou, sirotant un café dans les fauteuils douillets en cuir, nous joindre au BBQ du vendredi soir, le brunch du samedi, le buffet du 4 Juillet (fête nationale américaine)... Vu la canicule qui sévissait cette semaine, beaucoup de membres et de « voyageurs en transit » (c'est comme ça qu'ils appellent les plaisanciers de passage comme nous) ont profité du bar climatise, qui est devenu LE point de rassemblement après une journée de tourisme ou d'école.

Comme vous pouvez le constater, nous n'avons pas passe beaucoup de temps à bord, sauf la nuit. Et encore, le sommeil était dur à trouver parfois, du au bruit incessant des hélicoptères qui survolait le mouillage, manifestement transportant des VIP entre la Maison Blanche et le Pentagone, ou à la suggestion de Terry, moyens de transport préféré pour éviter les embouteillages. Ceci dit, Terry et Marc se sont inventes ce jeu ou il fallait deviner le nombre de rotors et de pales selon le bruit ! Un truc d'hommes quoi. Nous autres nous sommes amusées à comprendre l'importance des convois. D'après les gens du coins, 3 hélicoptères cela veut dire que le POTUS est à bord ! Tout le monde aux aguets...

Manger à bord est devenu une exception. Non seulement à cause de la canicule qui a transformé le bateau en vrai four, mais aussi dans le cadre d'une meilleure gestion de nos réservoirs d'eau. Etant au mouillage dans le fleuve, il nous était impossible de faire fonctionner le dessalinateur, et la consigne était d'être frugal avec notre consommation (demandez à Marc, charge de remplir les jerricans de 20 litres tous les jours !). Bref, c'est un environnement loin d'être propice à faire la cuisine. Et puis nous nous sommes dit qu'avec les économies qu'on faisait grâce aux musées gratuits, on pouvait se permettre de diner à l'extérieur. On s'est donc embarque dans une quête de la cuisine américaine, souhaitant découvrir d'autres choses que hamburgers et frites.
Notre « recherche » nous a menés dans des restaus typiques tels Harry & Harriet dans le centre-ville, ou j'ai goute mon premier « pulled pork sandwich », un burger sans doute inconnu en France, ou une épaule de porc est fumée pendant des heures à basse température, résultant en une viande qui s'effiloche. Servie avec une sauce BBQ vinaigrée, la viande est d'une tendresse incroyable. En parlant de viande fumée, mentionnons aussi Harry's Smokehouse au Pentagon City Mall, qui propose une délicieux BBQ beef brisket (de la poitrine de bœuf cuite lentement comme le porc, aussi servie avec une sauce BBQ) mais restera dans les annales pour son plat de « poulet frit et gaufres ». Oui, vous avez bien lu : de croustillants morceaux de poulet a la KFC, servi sur une gaufre, accompagnes de sirop d'érable et de beurre fouette ! Ce que j'ai trouvé abominable fut déclaré un parfait mélange de saveur par les enfants, c'était comme manger le plat et le dessert en même temps ils disent. Et dire que je m'échine depuis des années à éduquer leurs papilles...heureusement l'occasion ne s'est présentée qu'une fois. En fait, Marc a préféré commander des hamburgers la plupart du temps, non seulement car c'était ce qu'il y avait de moins cher au menu, mais le reste n'était pas assez nourrissant pour lui. Une exception notoire cependant, a Thunder Burger dans le quartier trendy de Georgetown, qui sert des burgers gastronomiques à un prix gastronomique. Ah, mais c'est qu'ils sont spéciaux quand même : imaginez un burger d'élan aux tomates et fromage de chèvre, un burger de bison a l'aïoli, un burger aux boulettes de viandes et mozzarella...a déconseiller pour ceux qui ont le cœur fragile, mais c'était tellement bons ! Je n'ai fait mention que de quelques endroits qu'on a particulièrement apprécié, le reste du temps nous nous sommes contentes d'un sandwich rapide dans les cafeterias des musées, ou tout est cher et médiocre a l'exception du café Mitsitam a l'American Indian Museum dont le menu propose des plats indigènes. Les enfants et moi y sont retournes maintes fois pour y déguster la ceviche ou la terrine d'oie et de châtaignes (pour moi), le chili de Buffalo et son pain au fromage frit (pour Marc), ou encore le saumon grille a la planche de cèdre et les cookies au chocolat et noix de coco (pour Anne). Et même après tout cela, il n'y aucune comparaison avec les fruits de mer frais du fish market à deux pas du bateau. Nos meilleurs moments ont sans doute été nos diners sur le pont, à attaquer des huitres fraichement ouvertes et une pile de crabes épicés, tout en admirant le coucher du soleil sur Washington DC. A la vôtre !!!

Ports of Call - Escales - USA
| | More
Superstorm Sandy
Voahangy
November 11, 2012,, Fort Lauderdale

Charleston, Oct 24-Nov 2, 2012

For us cruisers, the key to safety is preparation. We take care of the boat with regular maintenance, scheduled refits, believing that it will take care of us in return (i.e. stay afloat and remain a comfortable home while taking us places). We also take great care of watching the weather, choosing routes according to the seasons and watching out for possible storms before setting sail. An eye on the sky and an ear to the weather radio!

Beside sight-seeing, one of the reasons we decided to spend the northern summer and fall cruising the United States' north east was to escape the Caribbean hurricane season. It typically lasts from June to November, the riskiest months being August and September. Occasionally a hurricane will travel as far north as New York (as hurricane Irene did last August) but that's pretty unusual. This year's summer has been exceptionally warm in the US and free of any major storms. We did experience a couple of severe thunderstorms in Washington DC and Newport RI, with winds gusting up to 70 knots, but in each case it only lasted 30 minutes and we were safely anchored, so were never in any danger.

As the season advances, the likelihood of a tropical storm decreases and with the temperatures dropping, we have shifted our focus more on cold frontal systems originating from the Mid-West. The general idea is to either sail south before a front reaches us, or stay put and ride the northwesterns behind it as high pressure builds along the coast.

We left Annapolis on Sunday Oct 21, when the weather was great, but Terry was worried about a cold front coming from the Midwest and we didn't want to get caught in that. It wasn't until we were half way down the Chesapeake Bay that we saw a tropical storm developing near Jamaica in the Caribbean's, and predicted to move slowly north towards Florida within a week. Dilemma was this: did we turn back and wait for the storm to pass and disappear out to sea as most tropical storms do, all the while risking running into the cold front we were trying to avoid, or did we keep going, pushing to the safest harbor while the weather was still good? We knew we had a 3 day window before conditions deteriorated and quickly looking at the charts, we established that we could make it to Charleston, South Carolina, in time. I called the Charleston Harbor Marina and booked a space, and decision was made to keep sailing.

The trip down was windless, sunny and beautiful, which felt weird considering that we were travelling between 2 big lows, we even caught fish (2 tuna fish and a sailfish we released as we don't enjoy eating protected species) so overall had a great time.

We arrived in Charleston on Wednesday Oct 24, a very warm day, welcomed by dolphins frolicking inside the marina (permanent residents we're told), and if it wasn't for the now never ending storm warnings on TV, you'd never have known something terrible was brewing. Sandy, as the storm was now called, was sitting outside Florida and moving north slowly towards the Carolinas. The wind gradually picked up and by the time it reached our latitudes on Saturday Oct 27, the barometer was down to 977mb, we experienced heavy rain and strong gusts, but as the storm was located some 300 miles out to sea we never saw anything over 40 knots.

Obviously we were glad to be in Charleston, had we stayed in Annapolis would have been more traumatic (though they experienced hurricane force winds and rain, our friends didn't suffer any damage I must say.) Most distressing was watching the damage caused by Sandy between New Jersey and Long Island, where other friends on land seriously coped it! To think that a lot of the places we enjoyed this summer have been smashed/wiped/buried is heart breaking. It will take a long time to clean up and recover, and we feel for the American people who have been touched by this tragedy. Thankfully, all our cruising friends in the US we've contacted were safe and counting themselves lucky the storm didn't reach them.

It's November 2nd, the after effects of Sandy here have been very strong and cold winds as frigid air from Canada has been sucked in all week. We've stayed put at the marina, unable to get off the boat for 2 days, as waters from the bay kept breaking over the floating jetty. Basically we're waiting for the gales to die down and the seas to settle enough for our next leg to Savannah, Georgia, 65nm south. I know, it is a short trip, nevertheless we're watching these weather grib files thoroughly, waiting for the perfect window. With less than a month to go until the official end of hurricane season, we like to think that Sandy was the last storm for the year; but one thing we never forget is that safety comes first (yes, before fun!) and we have to remain vigilant no matter what.

(*) Apologies for the delay between posts, I thought it best to mention our Sandy experience sooner rather than later.

Charleston, 24 Octobre-2 Novembre, 2012

Pour nous, naviguer en toute sécurité est une question de préparation. Nous bichonnons le bateau en l'entretenant régulièrement et renouvelant l'équipement en cas de besoin, nous assurant ainsi qu'il nous demeurera fidèle (non seulement en restant à flot et mais aussi un cocon confortable qui nous transporte d'un endroit a l'autre). On surveille également la météo, en choisissant notre route selon les saisons et gardant un œil sur les possibles tempêtes avant d'appareiller. L'œil rive sur le ciel et l'oreille collée a la radio !

A part le tourisme, une des raisons pour laquelle nous avons décidé de naviguer cet été et automne dans le Nord Est des Etats-Unis était d'éviter la saison des cyclones dans les Antilles. Elle dure normalement de Juin à Novembre, Aout et Septembre étant les mois les plus « à risque ». Occasionnellement un cyclone atteint jusqu'à New York (comme le cyclone Irène l'a prouvé en Aout dernier) mais c'est plutôt rare. Cet été il a fait très chaud aux Etats- Unis et les tempêtes se sont faites assez rares. On a fait l'expérience de 2 violents orages à Washington DC et Newport RI, avec des vents de près de 70 nœuds, mais dans les deux cas cela n'a duré qu'une demi-heure et nous étions mouilles en toute sécurité, donc jamais en danger.
Au fur et à mesure que la saison avance, la probabilité d'une tempête tropicale diminue et alors que l'air se refroidit, notre attention se porte plus sur les fronts froids qui se forment dans le Midwest. L'idée est ou de mettre le cap sur le Sud en mettant le plus de distance possible entre la dépression et nous, ou bien attendre qu'elle passe et profiter des vents de nord-ouest qui soufflent derrière résultant d'une zone de haute pression le long de la cote.

Nous avons quitté Annapolis le dimanche 21 Octobre, le temps était superbe, mais Terry s'est inquiété a la vue d'une de ces dépression provenant du Midwest et on ne voulait pas risquer de se faire prendre dedans. Ce n'est qu'une fois à mi-chemin dans la baie de Chesapeake qu'on a vu une tempête tropicale se développer près de la Jamaïque, les experts annonçant une lente trajectoire vers la Floride d'ici une semaine. Le dilemme était le suivant : faisions nous demi-tour et attendions que la tempête passe et disparaisse en mer comme les tempêtes tropicales le font d'habitude, tout en prenant le risque de rencontrer la dépression qu'on essaye d'éviter ; ou continuions nous en mettant le cap sur le port le plus sur pendant que la météo était encore bonne ? Avec 3 jours avant que les conditions ne se détériorent, on a calculé qu'on pouvait atteindre Charleston dans la Caroline du Sud a temps. Par chance on a pu réserver une place à la Charleston Harbor Marina, donc la décision fut prise : on continue droit devant !

Ce fut une navigation parfaite, calme et ensoleillée, ce qui était d'autant plus étrange qu'on se savait naviguer entre 2 grosses dépressions. Nous avons même pêché (2 thons et 1 voilier qu'on a relâché, vu que nous n'aimons pas consommer des espèces protégées), c'est pour dire !

Nous sommes arrivés à Charleston le mercredi 24 octobre, par un jour de grande chaleur, accueillis par des dauphins qui s'amusent dans la marina (des résidents permanents apparemment), et si ce n'était pas pour les avis de tempête en boucle a la télé, qui aurait deviné qu'un drame se profilait à l'horizon ? La tempête maintenant nommée Sandy, était située au large de la Floride et se déplaçait lentement vers la Caroline. Le vent s'est intensifie progressivement et lorsqu'il atteint nos latitudes le samedi 27 octobre, le baromètre avait chuté à 977mb, la pluie n'arrêtait pas de tomber, accompagnée de grosses rafales, mais la tempête demeurant à 300 miles au large, nous avons eu la chance de ne sentir pas plus de 40 nœuds de vent.

De toute évidence nous étions heureux d'être à Charleston, ça aurait été une toute autre histoire si nous étions reste à Annapolis (rassurez-vous, malgré les conditions cycloniques, nos amis la bas s'en sont bien tires). Le plus pénible a été de voir les dégâts causés par Sandy entre le New Jersey et Long Island, ou d'autres de nos amis à terre ont sérieusement souffert ! Ca nous fend le cœur de constater tous ces endroits où nous avons passé de bons moments cet été, détruits, ensevelis, rayes de la carte. Il leur faudra beaucoup de temps pour s'en remettre, et on compatit pour les Américains qui ont été affectés par cette tragédie. Les bateaux amis que nous avons contacté aux US sont tous sains et saufs et soulages de ne pas avoir été sur le passage de la tempête.

Nous sommes le 2 novembre, les séquelles de Sandy cette semaine ont été des vents très forts et froids, causes par l'aspiration d'un air glacial venant du Canada. On est restes à la marina, ne pouvant pas quitter le bateau pendant 2 jours, car les vagues n'arrêtent pas de déferler sur le ponton. En gros, nous attendons que le vent tombe et la mer se calme avant d'entamer notre prochaine navigation vers Savannah, Georgie. Ce n'est qu'une courte distance, 65 miles nautiques, mais on observe les fichiers grib scrupuleusement, guettant la bonne fenêtre météo. La saison des cyclones s'achève officiellement dans moins d'un mois, en théorie Sandy devrait donc être la dernière tempête tropicale cette année, mais n'oublions jamais que la sécurité compte avant tout et qu'il vaut mieux rester vigilants.

(*) Desolee pour le delai entre les billets, je pensais qu'il valait mieux mentionner notre experience Sandy maintenant plutot que dans quelques semaines.

Life on board - Vie a Bord
| | More
WAshington D.C: The largest history class...ever!
Voahangy
October 30, 2012,, Charleston, SC, USA

Washington, June 24 - July 8, 2012

Washington is the perfect example of how to combine home schooling and travel. For children and adults alike, the American capital is a living history book, an invitation to discover how the nation was born and what it has done to sustain itself for the past 250 years. Even though, American history is neither on Anne's or Marc's curriculum, we didn't want them to miss out on the educational opportunity. However, with their already heavy schedule (especially Marc's year 8), the challenge was to fit it into the existing program rather than make it another subject.

Anne happened to have an English unit involving finding facts and devising her own museum display. How lucky was that? Marc also had geography and science projects so we ended up "doing research" every day. We became members of the Smithsonian Institution, a research body founded by the bequest of English scientist James Smithson in the mid-1800's, which administers 19 museums here. As requested by the kids, we made multiple visits to the Natural History Museum (Marc was fascinated with bones and forensic anthropology, Anne spent hours in the insect zoo and ocean hall), and the Air and Space Museum ("because it's got awesome big stuff" said Marc). We didn't just do it for the kids though; Terry and I are museum fans and we thoroughly enjoyed the opportunity to wander around some of the best in the world. Honestly, with so much knowledge around, you can't help but feel like your brain is growing. Some museums are easy to understand as they deal with familiar concepts (Air& Space/Natural History/American History...) others are plain quirky ( Spy Museum, Newseum, Crime and Punishment Museum...) or mind bending for us (African Art/ some Asian Art at the Freer and Sackler Galleries/modern and contemporary Art at Hirshhorn Museum...) but we're forcing ourselves (well, I'm pushing the family really) to expand our horizons towards the unfamiliar, since it's all within easy reach. Never will we be surrounded by so much knowledge!

And I haven't even touched on the monuments and the government buildings. The children already knew of most of them, courtesy of international news and Hollywood movies ( the White House of course, the Capitol Building in Die Hard 4, the Library of Congress in National Treasure, or the Lincoln Memorial in Transformers ...) So walking around the landmarks for them is pretty much like wandering around a film set, learning a lot along the way about all the conflicts that fashioned this country: from the Revolutionary War to the Vietnam War, thru the Civil War, War of 1812 or the civil rights fights. I was a little worried at first that they would find these excursions boring, but they seemed to embrace the experience with as much enthusiasm as the rest of us which is a credit to them as we set up a fairly hectic schedule that first week. A typical day would run something like this: out at 9am, catch the metro to Capitol South, visit the Library of Congress (the largest in the world!), US Supreme Court, guided tour of Capitol Building, lunch at the Capitol cafeteria (amongst politicians and tourists!), afternoon at the Air and Space Museum, 8pm dinner at the fish market! On the occasions where we couldn't all agree on what to see, we'd split up. So while Terry and Marc travelled to the Steven F. Udvar-Hazy Center one day (what a name, but he's the sponsor of this offshoot of the Air and Space museum, located near Dulles Airport) to look at over 80 aircrafts and space memorabilia that couldn't fit in the Mall's museum (including the shuttle Challenger, no less), Anne and I had a girl's day. No manicure and high tea for us; instead I walked/she biked around the Tidal Basin, visiting 3 memorials ( Jefferson, FDR, MLK), we picnicked on the Mall, spent the afternoon at the National Art Gallery and the American Indian Museum.

It sounds like a busy time, and indeed it was, as we were also pushing the kids to complete their school work in the morning. Being in the height of summer holiday, the most popular sights were crowded and some required queuing for tickets (even though admission was free, tickets are still required, presumably for crowd control, sorry, management!) Still, both loved it, Marc wishing Australia had a place like this (I'm afraid Canberra doesn't compare!), and Anne thinking it must be cool to grow up here and go on school excursions all the time. When information overload struck, we changed tack and took the dinghy up to upscale Georgetown for a spot of shopping and a movie, or rode the metro across the Potomac to mingle with locals at the Pentagon City Mall (after dragging the troops to the Arlington Cemetery on the way!)

Our pace slowed down the second week mostly due to a severe heatwave which hit the eastern US. As no one was keen on venturing out by 40deg heat (the mercury hit 104F!), we settled for ½ days excursions choosing amongst the museums we hadn't yet seen. We lost ourselves in the myriads of rooms at the Museum of American Art and National Portrait Gallery; Anne and I were kept entertained for hours at the National Building Museum (her with Legos, I with an exhibition on residential architecture, I'm afraid Terry and Marc were bored); while Marc would not leave the Bureau of Engraving and Printing until the security guard escorted him out (all this money!!!). We spent our last sightseeing afternoon at the US Holocaust memorial Museum, the most unsettling museum in DC. Commonly taught in French schools, this tragic part of the world history was foreign to Marc and Anne (isn't it part of the history course in Australian schools?) and this was the perfect opportunity for them to discover. As heart wrenching as some of the exhibits are, they present a comprehensive history of the Holocaust which the children proved very keen on learning about. Both studied every photo, artifacts and films, and kept unusually quiet for a very long time.

And this wraps up our stay in DC. We came to Washington for its iconic status, wanting to get a taste of the magnitude of ideas on which America was formed. The Smithsonian museums were a big draw as well and we tried to fit in as many visits as we could. There are many more sights we didn't get to, but I don't think we could have taken in any more. I feel that our brains have been challenged enough, hopefully even grew a little.

Washington, 24 Juin - 8 Juillet, 2012

Washington est la parfaite occasion pour conjuguer voyage et école. Que l'on soit adulte ou enfant, la capitale américaine est un livre d'histoire vivante, une invitation à découvrir la naissance d'une nation et les moyens qu'elle se donne pour survivre depuis 250 ans. Même si l'histoire américaine ne fait pas partie du programme scolaire de Marc et Anne, on ne voulait pas qu'ils ratent cette opportunité pédagogique. Le challenge cependant était de trouver un créneau dans leur emploi du temps déjà charge (surtout Marc en 4eme).

Comme par hasard Anne avait un expose d'anglais nécessitant des recherches et la création de sa propre exposition de musée. Quelle chance non ? Marc aussi avait un projet de géographie et de science, on a donc fini par faire des recherches tous les jours. Nous avons adhéré à la Smithsonian Institution, un corps de recherche fonde suite au legs du scientifique anglais John Smithson dans les années 1800, et qui gère 19 musées ici.
A la demande des enfants, nous avons fait de multiples visites au musée d'Histoire naturelle (Marc était fascine par les os et l'anthropologie légale, Anne a passé des heures dans la section d'entomologie - les insectes- et océanographique) et au musée de l'Air et l'Espace (« à cause des énormes trucs géniaux » dit Marc). On ne l'a pas fait que pour les enfants, Terry et moi sommes des passionnés de musées et nous avons voulu profiter d'avoir accès aux meilleurs établissements dans le monde. Franchement, quand on est entourés par tant de connaissances, on ne peut s'empêcher de vouloir se cultiver. Certains musées traitant des sujets familiers sont faciles à aborder (Air et Espace, Histoire naturelle, Histoire Américaine...), certains sont originaux ( le musée de l'espionnage, le Newseum, le musée du crime et châtiment !) tandis que d'autres mettent nos méninges a l'épreuve ( Art Africain/ du très bel art asiatique aux galeries Freer et Sackler/ art moderne et contemporain au musée Hirshhorn...) ; mais on s'obstine (ou plutôt je force la famille) a étendre notre horizon intellectuel, surtout quand tant de savoir est a portée de main. Ça n'arrive pas tous les jours !

Et je n'ai pas encore mentionne les monuments et divers édifices publics. Les enfants connaissent la plupart d'entre eux, grâce aux nouvelles et aux films d'Hollywood ( la Maison Blanche évidemment, le Capitole dans Die Hard 4, la Bibliothèque du Congres dans National Treasure, ou bien le Lincoln Mémorial dans Transformers...) Pour eux, une ballade parmi les sites équivaut a une visite sur un plateau de cinéma, tout en apprenant les détails des conflits qui ont formé ce pays : de la guerre d'Independance a la guerre du Vietnam, en passant par la Guerre Civile, la Guerre de 1812, l'esclavage ou encore la lutte pour les droits civils. J'étais un peu inquiète au début, en pensant qu'ils trouveraient ces excursions ennuyeuses, mais ils ont eu l'air d'apprécier cette expérience avec autant d'enthousiasme que nous, ce qui est tout à leur honneur vu le rythme qu'on leur a imposé la première semaine. Rejoignez-nous pour une journée typique : dehors à 9h, métro jusqu'à Capitol South, visite de la Bibliothèque du Congrès (la plus grande au monde !), la Cour Suprême, visite guidée du Capitole, déjeuner a la cafeteria du Capitole (parmi les politiciens et les touristes), après-midi au musée de l'Air et de l'Espace, diner à 20h au Fish market. Les rares fois où on ne pouvait pas se mettre d'accord, on s'est divises en 2 groupes. Ainsi, quand Terry et Marc se sont rendus un jour au centre Steven F. Udvar-Hazy (oui, quel nom, mais c ;est le mécène de cette « succursale » du musée de l'Air et de L'espace située près de l'aéroport de Washington), qui abrite plus de 80 avions et des souvenirs de l'espace qui sont trop volumineux pour le musée du Mall ( y compris la navette Challenger !), Anne et moi avons passé une journée entre filles. Cependant, pas de manucure et salon de thé pour nous ; nous avons marche/fait du vélo autour du Tidal Basin, fait le tour de 3 mémorials (Jefferson, Franklin Delano Roosevelt, Martin Luther King), pique-nique sur le Mall, après-midi à la National Art Gallery et au American Indian Museum.

On a donc eu une période très chargée, d'autant plus que nous avons pousse les enfants à faire l'école tous les matins. Vu que nous sommes en pleine période estivale, les sites les plus fréquentés sont bondes et il faut faire la queue pour certains afin d'obtenir des billets d'entrée (même si l'admission est gratuite, les tickets d'entrée sont nécessaires pour contrôler- pardon, gérer- la foule !). Ils adorent quand même, Marc se demandant pourquoi l'Australie n'a pas une ville comme ça (Canberra ne compte pas), et Anne enviant les étudiants qui (elle pense) doivent sortir en excursions régulièrement. Et quand la surcharge d'information nous a frappé, on a changé de tactique et pris l'annexe pour une ballade a Georgetown pour un peu de shopping et un film, ou aussi traverse le Potomac en métro pour joindre les banlieusards au centre commercial du Pentagone (après avoir traine les troupes au cimetière d'Arlington en chemin !).
Notre rythme s'est ralenti la deuxième semaine, due notamment à une sévère canicule qui a frappé la côte est des USA. Comme personne n'était chaud (jeu de mot !) pour sortir par 40 degrés à l'ombre, nous avons opté pour des demi-journées passées dans des musées que nous n'avions pas encore visites. Nous nous sommes perdus dans les innombrables salles du musée d'Art Américain et la Galerie national des portraits ; Anne et moi nous sommes diverties pendant des heures au National Building Museum (elle avec des legos, moi dans une expo sur l'architecture résidentielle, j'ai bien peur que Marc et Terry se sont ennuyés) ; alors que Marc a refusé de quitter le Bureau of Engraving & Printing et s'est fait escorter par un agent de sécurité (tout cet argent !). Notre dernière après-midi s'est passées au US Holocauste Mémorial Museum, le musée le plus bouleversant dans tout DC. L'Holocauste est couramment enseigne dans les écoles françaises, bizarrement Marc et Anne en ont à peine entendu parler (ce n'est pas dans le programme australien ?), donc c'était la parfaite occasion pour eux d'étudier cette sombre période de l'histoire moderne. Aussi déchirantes qu'elles soient, les pièces exposées au musée retracent en détail l'histoire de l'Holocauste, de la montée du nazisme à la création de l'Etat d'Israël, qui a contre toute attente « fascine » les enfants. Tous les deux ont examiné toutes les photos, objets, et films, pendant des heures et sont restes bien calmes très longtemps après.

Voilà donc pour notre séjour culturel à Washington DC. Le statut légendaire de la ville nous a attiré, voulant découvrir pour nous-mêmes l'ampleur des idées qui ont formées l'Amérique. Les musées du Smithsonian étaient une attraction majeure et nous avons tentes d'en voir le plus possible. Il reste beaucoup d'autres choses à visiter, mais on ne peut pas tout faire. Notre cerveau a fait assez d'effort comme ça, j'aime même penser qu'on est un peu plus intelligents.

Ports of Call - Escales - USA
| | More

Newer ]  |  [ Older ]

 

 
Powered by SailBlogs