SailBlogs
Bookmark and Share
Steen Rally
Follow us on our sailing adventure from France to Australia
Merry Christmas!
Voahangy
December 25, 2012,, Fort Lauderdale, FL, USA

It is a good time of the year to reflect upon one's blessings and as far as years go, 2012 has been one of the best for us.
Our trip has taken us to fantastic destinations in the Caribbean's and the United States, we've caught up with family and long lost friends, made fantastic new people along the way and most importantly have encountered very few problems with the boat (those of you who followed us on our previous voyage with the Lagoon 500 will appreciate how much that means to us!). Even home schooling went smoothly (well, relatively...), Anne and Marc performing very well. Of course, there have been moments when things didn't go as planned: delays in ports waiting for parts, the occasional bumpy passage, or the unexpectedly high marina fees... But these never stopped us from enjoying our travels and pale in comparison with the kind of suffering a lot of people in a world have to endure (easy internet access and Facebook ensure that we're always aware of other's lack of good fortune.)
Now that we know the world isn't ending, we'd like to wish all of you a Merry Christmas and the very best for the New Year. May 2013 bring you happiness, health and success.

Nous voilà à la période de l'année propice à la réflexion et appréciation de notre bonne fortune. En ce qui nous concerne, l'année 2012 a été un de nos meilleurs crus.
Notre voyage nous a mené dans des destinations merveilleuses aux Antilles et aux Etats Unis, permis de revoir la famille et des amis perdus de vue il y a longtemps, faits d'épatantes nouvelles rencontres et fait non négligeable, nous n'avons subi que très peu de soucis sur le bateau (ceux d'entre vous qui ont suivi pendant notre dernier parcours sur le Lagoon 500, apprécieront ce que cela signifie pour nous) Même l'école a bord s'est bien passée (relativement !), Anne et Marc passant dans la classe supérieure avec mention. Bien sûr, tout ne s'est pas toujours passe comme prévu : il y a eu les inévitables escales prolongées en attente de pièces, l'occasionnelle navigation musclée, ou encore les frais de marina auxquels on ne s'attendait pas... Mais rien qui ne soit assez sérieux pour nous empêcher de profiter de notre périple et certainement anodins compares à ce que d'autres subissent comme souffrance dans le monde (grâce à internet accessible partout et Facebook, on est toujours conscients de la mauvaise fortune des autres).
Maintenant que nous sommes surs que la fin du monde n'est pas pour demain, nous souhaitons vous souhaiter a tous un Joyeux Noel et tous nos vœux pour la Nouvelle Année. Que 2013 vous apporte beaucoup de bonheur, sante et succès.

Life on board - Vie a Bord
| | More
New York Part 1 - First impressions
Voahangy
November 27, 2012,, Fort Lauderdale, FL, USA

New York, July 15-30, 2012

Why do you want to come to NYC? This question was asked by NY residents to us. Well, I grew up with movies and books featuring New York (Breakfast at Tiffany's, West Side Story, When Harry met Sally, You've got mail, etc...) and to me the town was as romanticised as Paris is to Americans.

With great anticipation we sailed into New York harbor; well we actually motored, as we were surrounded by heavy traffic of barges, tankers, ferry boats, water taxis,...Terry thought he did the right thing staying in the middle of the channel, only to be called on the VHF and told by a barge operator to "get out of the way" and stay on the side. I could tell how tempted he was to reply in the same manner, but (I think) out of consideration for me he managed a "Sure, Welcome to New York!" short answer. Personally I wasn't going to let some New Yorker rudeness ruin our first moments here, and after circling around the Statue of Liberty, Ellis Island and Battery Park at the bottom of Manhattan, we headed up the Hudson River on the west side looking for our anchorage.

Our base for the next 2 weeks was to be 79th Street Boat Basin. The only municipal marina in Manhattan, it is the cheapest at $2.75 per foot if you tie up (everywhere else is between $3.20 and $7.00 a foot). On advice from cruising friends, we decided to anchor off for the first week (there is a huge mooring field, more than half empty, but not available to catamarans; which is just as well, as we witnessed a couple of buoys floating by with the strong current. ) We don't mind being at anchor, even if it means a long dinghy ride, as we are roughly at the same level as 100th Street and putting up with strong currents. But at least we have swinging room, and when the ferries and other power boats come past making huge wakes (no wake zone? Nahhhhh), we roll like mad but don't have to worry about damaging the boat against the wharf. The dinghy dock has to be the most expensive in the country ($25 a day), but hey, this is NYC and compared to the cost of staying in a hotel ashore, it is unbeatable value. The location is terrific: we are in the Upper West Side (UWS) and it reminds me of some Paris neighbourhood, very lively, with families, everyday shops. The food shopping is the best I've seen so far: Zabar, Fairways, Citarella...all old European-style delis and supermarkets offering so much choice, expensive though. Eating out is so tempting and easy: every 10 meters or 10 seconds, whichever comes first, there is either a restaurant, street vendor or take-away. We're 3 blocks away from Broadway and the subway station, minutes from the museums and shops, Central park...Riverside Park is alongside, great for Marc's jogging and Anne's cycling, and at the end of the day, we enjoy the most gorgeous sunsets over New Jersey. Frankly, we could not have found a better spot to visit New York.

We tied up to the marina's outside wall for the second week as we have guests and we prefer to make it easier for them to get on and off the boat (not mentioning the unlimited water supply!). However what we gained in convenience, we lost in peace of mind: the rolling from the passing boats' wakes means we slam into the wall, sometimes violently. We put our 9 fenders down, borrowed 2 others and ordered some more, it's that bad! Luckily, the rolling stops at night, when the ferries retire, and we organise ourselves to go ashore during the day.

Unlike Paris, NYC has very few monuments: I personally consider the Statue of Liberty the only site you can call a monument. The rest is made of tall buildings, but what buildings! While the city is not pretty in a Parisian sense, it is awe inspiring with its neck wrenching skyscrapers, daring architecture, and endless energy that seems to emanate from it. Between the Empire State Building, the Chrysler Building, the Woolworth Building, and so many others, you can't help wonder at the sense of "gigantism" and the "can-do" attitude NYC is synonym for. If Washington is the political "head" of America, NYC must be its heart, pumping blood into the system (or taking blood, depending on your point of view). Everyone here is busy making money from the traders in designer suits in Wall Street, to the waitress in a Greenwich Village restaurant, the tattooed heavy salesman at the camera shop in Times Square...If you're not buying, don't waste their time! Having said that, people in the street are very friendly, it only takes 20 seconds for us to stand outside with a map opened before someone will stop and ask if we need help with directions. Which we're grateful to accept, as we've walked millions of miles looking for landmarks of various types and got lost along the way! At least the Subway is easy to use, and in no time we found our way to Times Square, Fifth Avenue and Chinatown.

While our first week was busy getting ahead with school and getting our bearings around the city, our touring schedule is about to step up a notch with the arrival from Paris of my brother Lanto and his 16 year old daughter Julie. This second week is fashioned around a good old family catch up and exploration of the city led by Lanto and Julie's interests: Central Park, trendy teenage shops, Brooklyn Bridge, movies, Greenwich Village ...Lanto is lucky enough to know someone here ( Tremeur, a French expat running a social network centred around wine) who invited us to a wine tasting event. While Terry opted out and took the 3 kids to watch Spiderman instead, we enjoyed the evening meeting locals (who turned out to be expats from all over the world and long term NY residents, involved in fields as various as finance, fashion and food). All were generous with their advice and recommendations on what to do in the city, which reminded me that no matter how independent a traveller we try to be, it's the people that make a place special. Lanto teased me saying that I should network some more, it would add to our experience. I know one thing for sure: between walking, shopping, sightseeing, and eating, there are as many ways to enjoy New York as there are yellow cabs in the streets. Stay tuned for further detailed reports...

New York, 15-30 Juillet, 2012

Pourquoi voulez-vous tant venir à New York? C'est une question que pas mal de New Yorkais nous on pose ces temps-ci. Eh bien, quand on grandit comme moi en regardant des films ou lisant des bouquins avec New York en toile de fond (style Breakfast a Tiffany, West Side Story, Quand Harry rencontre Sally, Vous avez un message,...) c'est facile d'imaginer que cette ville a autant d'attrait que Paris en ait pour les Américains.

C'est donc avec beaucoup d'anticipation que nous avons approchés la rade de New York, au moteur, puisqu'il nous a fallu naviguer parmi les péniches, les tankers, ferries, navettes-taxis et autres... Terry pensait bien faire en restant au milieu du chenal, pour finalement se faire houspiller sur la VHF par un opérateur exigeant "Poussez-vous de la, mettez-vous sur le cote!". J'ai bien vu que Terry était tente de répondre de la meme façon, mais sans doute par égard pour moi il a juste émit un simple " Bien sûr, bienvenu a New York!" Personnellement , je n'allais pas laisser un New Yorkais désagréable gâcher ce moment tant attendu, et après plusieurs ronds dans l'eau autour de la Statue de la Liberté, Ellis Island et Battery Park a la pointe de Manhattan, nous avons entamé la remontée de l'Hudson a la recherché de notre mouillage sur la West Side (littéralement traduit par Rive Ouest, mais comme New York est définie par 2 secteurs, West Side & East Side, je m'en tiens au vocabulaire américain).

Pendant 2 semaines nous nous sommes poses au port de plaisance de la 79eme rue (79th St Boat Basin). La seule marina municipale a Manhattan, c'est également la moins chère, l'amarrage coutant $2.75 par pied par jour (les autres marinas prives sont entre $3.20 et $7.00 par pied). Sur le conseil de bateaux-amis, nous avons décidé de rester au mouillage la première semaine (il y a une énorme zone de bouées a moitie occupée, mais les catamarans sont considérés trop gros pour s'y amarrer, ce qui est d'autant mieux car nous avons vu quelques bouées lâcher et flotter dans le courant!) En fait on n'est pas mécontents d'être à l'ancre, même si cela implique un long trajet en annexe, vu que nous sommes au niveau de la 100eme rue et il faut affronter un sacre courant. Au moins nous avons de la place pour manœuvrer et quand les ferries et autres bateaux à moteur passent à toute vitesse provoquant des grosses vagues (quelle limitation de vitesse?), on roule beaucoup mais le bateau ne risque pas d'être endommage contre le quai. Le ponton des annexes est sans doute le plus cher dans tout le pays ($25 par jour), mais bon, nous sommes à New York et compare au tarif d'une chambre d'hôtel à terre, le prix est imbattable. L'emplacement est génial: nous sommes dans l'Upper West Side, un "neighbourhood" avec une certaine douceur de vivre, qui me rappelle un quartier parisien, cool et décontracté, plein de familles, une foule de boutiques destinées aux jeunes ainsi que des enseignes plus chics et des magasins "pour tous les jours". Faire les courses est un vrai plaisir ici, et cela fait longtemps que je n'ai pas flâné autant: Zabar, Fairways, Citarella,...tous ces traiteurs-épiceries fines a l'allure de supermarchés offrent un choix démesuré, a un prix tout aussi élevé il faut dire. Manger a l'extérieur est d'autant plus tentant que c'est facile: tous les 10 mètres ou 10 secondes (soit ce qui arrive en premier) on est sur de tomber sur un restaurant, un take away, ou encore un vendeur de sandwich ambulant. Nous sommes à 3 pates de maisons de Broadway (l'avenue) et la station de métro, à quelques minutes des musées et boutiques, Central Park... Riverside Park longe la rive, endroit idéal pour le jogging de Marc et la ballade en vélo d'Anne, et en fin de journée, nous apprécions tous les plus beaux couchers de soleil sur le New Jersey. Franchement, on n'aurait pas pu trouver mieux pour profiter de New York.

La deuxième semaine nous avons amarre au quai, vu que nous accueillons des invites et préférons faciliter les embarquements et desembarquements (sans compter l'accès illimite a l'eau!). Seulement ce que nous avons gagné en commodité, nous avons perdu en tranquillité d'esprit: le roulis cause par le sillage des bateaux fait que nous nous écrasons contre le ponton, parfois très violemment. Pour parer aux dégâts potentiels, nous avons sortis nos 9 pare-battages, en empruntées 2 et commandées d'autres au cas où. Heureusement que le roulis s'arrête la nuit, en même temps que les ferries; de jour on s'organise pour aller à terre!

Contrairement à Paris, New York a très peu de monuments. Personnellement, je considère la Statue de la Liberté le seul monument digne de ce nom. Le reste consiste de bâtiments plus hauts les uns que les autres, oui mais quels bâtiments! Si on ne peut pas dire que la ville est belle dans un sens parisien, elle n'en est pas moins impressionnante grâce à ses gratte-ciels à se donner le torticolis, son architecture audacieuse, et l'énergie inépuisable qui semble s'en émaner. Entre l'Empire State Building, le Chrysler Building, le Woolworth Building et bien d'autres, on ne peut s'empêcher de s'émerveiller de cet espèce de gigantisme et "can-do" attitude dont New York est le symbole. Si Washington est la "tête" politique des Etats-Unis, New York en est surement le cœur battant, alimentant le système avec du sang nouveau (ou en retirant, c'est selon les opinions). Tout le monde est là pour gagner de l'argent, que ce soit le trader en costume d'affaires à Wall Street, la serveuse dans un restau au Greenwich Village, ou encore le vendeur tatoue dans une boutique d'électronique à Times Square...Si vous n'achetez pas, dégagez, ne leur faites pas perdre leur temps! Ceci dit, les passants sont d'une gentillesse surprenante; il n'a fallu que 20 secondes au coin de la rue à inspecter une carte avant que quelqu'un ne s'arrête et nous offre son aide ou nous indiquant le chemin. Je dois avouer qu'après avoir marche des millions de kilomètres à la recherché de sites "incontournables" et nous être perdus plusieurs fois, nous apprécions beaucoup ces bons samaritains. Au moins le Subway est facile à utiliser, et en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, nous trouvons nos repères autour de Times Square, Fifth Avenue et Chinatown.

Alors que notre première semaine fut concentrée à l'école et l'orientation en ville, notre programme touristique est sur le point de décoller avec l'arrivée de mon frère Lanto et sa fille de 16 ans Julie, en provenance de Paris. Cette deuxième semaine est avant tout une réunion familiale et l'occasion de découvrir New York guides par les intérêts de Julie et Lanto: Central Park, grands temples de la mode casual ado, Brooklyn bridge, cinémas, Greenwich Village...Lanto a la chance de connaitre quelqu'un (Tremeur, un expat français qui gère un réseau social centre sur le vin) qui nous a invités à une dégustation. Alors que Terry a décliné et offert d'accompagner les enfants voir Spiderman au cinéma, nous autres avons passé une très bonne soirée en compagnie de gens du coin (un mélange d'expats du monde entier et des résidents de longue date, impliques dans des industries aussi variées que la finance, la mode ou la restauration). Tous ont généreusement partages des conseils et recommandations pour visiter la ville, ce qui me rappelle que même si on désire rester des voyageurs indépendants, ce sont les rencontres faites en cours qui marquent une escale. Lanto a plaisante (à moitié?) en me disant que je devrais faire plus de réseau (reseauter?), ça enrichirait mon expérience. En tout cas je sais une chose: que ce soit marcher, faire du shopping, visiter les monuments, ou manger, il y a autant de façons de découvrir New York que de taxis jaunes dans les rues. Restez à l'écoute pour en savoir plus...

Ports of Call - Escales - USA
| | More
Last of Washington DC: people and food!
Voahangy
November 14, 2012,, Fort Lauderdale, FL, USA

Washington, DC, June 24-July 8, 2012

The nation's capital is more than monuments, museums and government buildings. Like any city in the world it has its own identity, fashioned by the people who live and work there, and while I won't claim for one second that we captured the essence of the town we had fun mingling with the locals.

Take the Capital yacht Club (CYC). I mentioned before many of its members are live aboards, and must be the friendliest club we've ever encountered: we were welcomed with open arms and treated like some kind of celebrities (I must admit that our Australian flag and the mention of our round the world cruise always arises a lot of interest). We made friends with people from all walks of life: take writer Pat, defence force officer Phil, US coast guard Jodie, computer whizz Karla, and retired Idaho governor Dick; every one of them took the time to share a little insight in what it is to live in DC where probably half of the working population is in the government business (lobbying, grant seeking, representing the folks back home...) and the other half in the private business of servicing them! From detailed explanations on the functioning of the US Congress to how to tell when the POTUS is flying over (that's the President of the United States, if you wonder), it's been a real education. Marc could not get enough of the attention, especially when the CYC did him the honour of firing the canon, a Friday night tradition to declare the end of the week and the bar open for sunset! Anne had her own fun, with new girlfriends Katherine and Phoebe, from live aboard families, who showed us how to call the CYC home in so many ways: doing school in the mahogany lined library, enjoy a coffee anytime in the plush leather seats, join in for Friday BBQ, Saturday hot breakfast, 4th July cookout... With a major heatwave hitting the town that week, a lot of members and transients (the name for cruisers passing by) enjoyed the air-conditioned bar, which seemed to be THE place to congregate at the end of a full day of touring or schooling.

As you can tell, we didn't spend a lot of time on the boat, apart from sleeping. Even that was sometimes hampered by the incessant noise of helicopters flying over the anchorage, evidently carrying politicians commuting between the White House and the Pentagon, or as Terry suggested taking some to the nearby Reagan airport rather than drive in traffic. Still, it was a great game for Terry & Marc, who would guess the number of rotors & blades by the incoming rumble! The rest of us would try to work out the importance of the convoy. Locals said that three together, means it is likely the POTUS is on board! So we were all eyes ...

Dining on board became a rarity. Not only because the boat was transformed in a hot house, courtesy of temperatures in the 100F (near 40C), but also being at anchor in a river, we needed to be frugal with our water consumption (ask Marc who was in charge of daily dinghy trips to fill up our 20 litre jerricans). Not a conducive environment for gourmet cooking! Besides, with the money we saved thanks to the free museums, we figured we could afford to eat out. And so we embarked on a food quest, wanting to find out what else there is to American cuisine beyond burger and fries.
Our "research" took us to local hangouts such as downtown's Harry & Harriet's where I tasted my first pulled pork sandwich (pork shoulder slow cooked for hours, the meat then pulled into thin shreds and smothered with a tangy BBQ sauce, served on a bun). Harry's Smokehouse in the Pentagon City Mall dishes out a delicious BBQ beef brisket (similar cooking process as the pulled pork, but different sauce) but will be remembered as the first place we tried fried chicken and waffles. Yes, you read correctly: crunchy buttermilk fried chicken pieces, served on a waffle, with maple syrup and whipped butter! What looked abominable to me was declared a match made in heaven by Marc and Anne, like eating your main course and dessert at the same time. And to think that I tried to educate their palates all these years...Thank goodness it was a one-off occasion. In fact, most times Marc would order a burger, mainly because it was the least expensive item on the menu, and the most likely to fill him up. One exception was at Thunder Burgers, in upscale Georgetown, who serves gourmet burgers at gourmet prices. Ah, but these are special. Think Elk burger with heirloom tomatoes and goat cheese; bison burger with aioli; meat balls and mozzarella burger...not for the faint hearted but soooo good! I have only mentioned some of our "special" outings; the rest of the time we would grab a quick lunch at any of the Museums coffee shops, which mostly serve average and expensive sandwiches, except for the Mitsitam Café at the American Indian Museum whose menu features native dishes. The kids and I would return there time and time again to lunch on ceviche and chestnut and goose terrine (for me), buffalo chili and cheese fry bread (for Marc), cedar planked grilled salmon and chocolate coconut cookies (for Anne). But all this doesn't compare with the fresh seafood from the fish market only meters from the boat. Our best dining memory must be sitting on our back deck feasting on freshly shucked oysters and a pile of spicy steamed crabs, while watching the sun set over Washington DC. Cheers!!

Washington DC, 24 Juin - 8 Juillet 2012

La capitale de la nation a bien d'autres choses à offrir à part les monuments, musées et édifices publiques. Comme toutes les villes dans le monde, Washington a sa propre identité, formée par les gens qui y habitent et y travaillent ; et même si je ne vais pas prétendre avoir capture l'essentiel de la ville, nous avons eu beaucoup de plaisir à rencontrer les gens du coin.

Commençons par le Capital Yacht Club (CYC). J'ai déjà mentionne que beaucoup de ses membres vivent à bord, et ça doit être le club le plus chaleureux qu'on ait côtoyé jusque-là : on nous a accueilli à bras ouverts, traites comme des célébrités (il faut dire que notre pavillon australien et la mention de notre tour du monde attirent toujours beaucoup d'attention). Nous nous sommes lies d'amitié avec des gens de tous milieux : Pat l'écrivain, Phil un ancien militaire, Jodie des US Coast Guards, Karla une génie de l'informatique, Dick ex-gouverneur de l'Idaho...tous ont pris le temps de nous donner un aperçu de la vie quotidienne a DC ou la moitié de la population travaille pour le gouvernement (que ce soit lobbying, obtenir des subventions ou représenter un électorat...) et l'autre moitié dans le secteur prive passe son temps à « faire tourner la machine ». Entre les explications détaillées sur le fonctionnement du congrès américain, et comment repérer quand le POTUS (President Of The United States, pour les non-initiés) nous survole, c'est toute une éducation. Marc a adore tout l'intérêt qu'on lui a porte, surtout quand le CYC lui a fait l'honneur de tirer le canon, une tradition tous les vendredis pour déclarer le début du weekend end et l'ouverture du bar pour le couchant ! Anne n'est pas demeurée en reste, avec ses nouvelles copines, Katherine et Phoebe de familles locales, qui nous ont montré comment profiter du club à fond : en faisant la classe dans la bibliothèque meublée toute en acajou, sirotant un café dans les fauteuils douillets en cuir, nous joindre au BBQ du vendredi soir, le brunch du samedi, le buffet du 4 Juillet (fête nationale américaine)... Vu la canicule qui sévissait cette semaine, beaucoup de membres et de « voyageurs en transit » (c'est comme ça qu'ils appellent les plaisanciers de passage comme nous) ont profité du bar climatise, qui est devenu LE point de rassemblement après une journée de tourisme ou d'école.

Comme vous pouvez le constater, nous n'avons pas passe beaucoup de temps à bord, sauf la nuit. Et encore, le sommeil était dur à trouver parfois, du au bruit incessant des hélicoptères qui survolait le mouillage, manifestement transportant des VIP entre la Maison Blanche et le Pentagone, ou à la suggestion de Terry, moyens de transport préféré pour éviter les embouteillages. Ceci dit, Terry et Marc se sont inventes ce jeu ou il fallait deviner le nombre de rotors et de pales selon le bruit ! Un truc d'hommes quoi. Nous autres nous sommes amusées à comprendre l'importance des convois. D'après les gens du coins, 3 hélicoptères cela veut dire que le POTUS est à bord ! Tout le monde aux aguets...

Manger à bord est devenu une exception. Non seulement à cause de la canicule qui a transformé le bateau en vrai four, mais aussi dans le cadre d'une meilleure gestion de nos réservoirs d'eau. Etant au mouillage dans le fleuve, il nous était impossible de faire fonctionner le dessalinateur, et la consigne était d'être frugal avec notre consommation (demandez à Marc, charge de remplir les jerricans de 20 litres tous les jours !). Bref, c'est un environnement loin d'être propice à faire la cuisine. Et puis nous nous sommes dit qu'avec les économies qu'on faisait grâce aux musées gratuits, on pouvait se permettre de diner à l'extérieur. On s'est donc embarque dans une quête de la cuisine américaine, souhaitant découvrir d'autres choses que hamburgers et frites.
Notre « recherche » nous a menés dans des restaus typiques tels Harry & Harriet dans le centre-ville, ou j'ai goute mon premier « pulled pork sandwich », un burger sans doute inconnu en France, ou une épaule de porc est fumée pendant des heures à basse température, résultant en une viande qui s'effiloche. Servie avec une sauce BBQ vinaigrée, la viande est d'une tendresse incroyable. En parlant de viande fumée, mentionnons aussi Harry's Smokehouse au Pentagon City Mall, qui propose une délicieux BBQ beef brisket (de la poitrine de bœuf cuite lentement comme le porc, aussi servie avec une sauce BBQ) mais restera dans les annales pour son plat de « poulet frit et gaufres ». Oui, vous avez bien lu : de croustillants morceaux de poulet a la KFC, servi sur une gaufre, accompagnes de sirop d'érable et de beurre fouette ! Ce que j'ai trouvé abominable fut déclaré un parfait mélange de saveur par les enfants, c'était comme manger le plat et le dessert en même temps ils disent. Et dire que je m'échine depuis des années à éduquer leurs papilles...heureusement l'occasion ne s'est présentée qu'une fois. En fait, Marc a préféré commander des hamburgers la plupart du temps, non seulement car c'était ce qu'il y avait de moins cher au menu, mais le reste n'était pas assez nourrissant pour lui. Une exception notoire cependant, a Thunder Burger dans le quartier trendy de Georgetown, qui sert des burgers gastronomiques à un prix gastronomique. Ah, mais c'est qu'ils sont spéciaux quand même : imaginez un burger d'élan aux tomates et fromage de chèvre, un burger de bison a l'aïoli, un burger aux boulettes de viandes et mozzarella...a déconseiller pour ceux qui ont le cœur fragile, mais c'était tellement bons ! Je n'ai fait mention que de quelques endroits qu'on a particulièrement apprécié, le reste du temps nous nous sommes contentes d'un sandwich rapide dans les cafeterias des musées, ou tout est cher et médiocre a l'exception du café Mitsitam a l'American Indian Museum dont le menu propose des plats indigènes. Les enfants et moi y sont retournes maintes fois pour y déguster la ceviche ou la terrine d'oie et de châtaignes (pour moi), le chili de Buffalo et son pain au fromage frit (pour Marc), ou encore le saumon grille a la planche de cèdre et les cookies au chocolat et noix de coco (pour Anne). Et même après tout cela, il n'y aucune comparaison avec les fruits de mer frais du fish market à deux pas du bateau. Nos meilleurs moments ont sans doute été nos diners sur le pont, à attaquer des huitres fraichement ouvertes et une pile de crabes épicés, tout en admirant le coucher du soleil sur Washington DC. A la vôtre !!!

Ports of Call - Escales - USA
| | More

Newer ]  |  [ Older ]

 

 
Powered by SailBlogs