SailBlogs
Bookmark and Share
Steen Rally
Follow us on our sailing adventure from France to Australia
Savannah
Voahangy
June 12, 2013,, Puerto Aventuras, Mexico

Savannah, Nov 3-7, 2012

Like Charleston, Savannah was on our list of places to visit, highly recommended by friends and part of our movie memories (yes, GWTW again, but also, the home of Forrest Gump, one of the kids' favourites). Unlike Charleston though, it's not a city easy to get to by boat. Located along the southern bank of the Savannah River, it is 15nm from the Atlantic Ocean. Access was thru Tybee Roads, the inlet that connects open sea to the river. Usually it is quite easy to navigate, but not the day we came. We left Charleston at 11pm expecting a straightforward overnighter, but the weather hadn't settled as much as we anticipated. So with 20 knots westerly winds hitting us on the beam and a 2.5 knots northbound current, it was a pretty bumpy ride. Our port side hatches leaked mysteriously, resulting in salt water all over the beds, and of course a grumpy crew! As we negotiated the chop, the current and the shifting sands at the entrance at dawn, there was no mention of the 2 hour navigation still ahead of us in the river itself, winding our way thru commercial traffic and strong currents. I know to keep my thoughts to myself when our skipper is stressed. But things improved, the sun came out, the chop disappeared, the commercial traffic was non-existent (maybe because it was week end) and it was indeed quite a pleasant river cruise thru the Georgian marshes.

Docking in the city is fairly limited, and most cruisers choose to stay at one of the marinas further south along the Intracoastal Waterway (ICW) and catch a bus or drive into Savannah. But the size of our boat prevented us to do that, so I called ahead and we were fortunate to arrange docking space on the waterfront at the River Street Markets. The privately owned dock there is usually full, but as it was being extended the power had been off for a few weeks, driving some boats away (you know, the megayachts for which one day spent running their generators cost as much as a day's docking). Charles, the owner operator, offered us a special rate, happy to have his facilities occupied. He also greeted us and handled our lines, which I was grateful for since the tidal ranges and swift currents made docking tricky.

Over our rough trip, it was time to explore. We had arrived on the first Saturday of the month, and that's when the city holds its "First Saturday on the River", a monthly family festival with dozens of stalls, and bands playing along the waterfront only meters away from us. With thousands of people in the streets, it was quite a contrast with subdued Charleston. That day, the city was also hosting the Rock'N'Roll Savannah marathon, benefiting the American Cancer Society, with 17000 entrants taking to the streets AND the final day of the Savannah Film festival. While we missed the actual running event and the movie, we mingled with the crowds afterwards, and enjoyed the festivities. We enjoyed a terrific "recovery" lunch at the Churchill's Pub, being served a southern version of British fare (think Roast beef and Yorkshire pudding coming out as giant prime rib and matching popover! Amazing!!!) Terry was in his element and thought it was the most civilised city in the US for serving drinks in a "to-go cup". You see, America has what they call Open Containers Law which rules drinking in public (also drinking while driving, but I won't go into that). Most States totally ban public drinking, except for Louisiana, Nevada, Missouri, Pennsylvania, Montana and Georgia. So in Savannah, it's legal to sip alcoholic beverages as you stroll in the historic district as long as they're in plastic cups smaller than 16 ounces (2 cups). Now that's a party town!

Founded in 1733 by English General Oglethorpe and 114 settlers beneficiaries of a land grant from King George II (him again!), Savannah and the greater State of Georgia were meant to be a buffer between Spanish-ruled Florida and South Carolina. Charleston was the jewel to be protected. As it turns out, Savannah was never attacked. Neither by the Spanish forces who didn't make it across the border, or the Union Forces during the Civil War. Legend has it that in 1864 General Sherman spared the city because it was too beautiful and offered it unmolested to President Abraham Lincoln as a Christmas gift. Oglethorpe laid out the city in a grid, with homes, churches and shops built around 24 squares, 21 of which survive. They function as handsome pocket parks, with statues, fountains, and benches shaded by oaks draped in Spanish moss. Covering over 2 square miles ( 5 ½ square kilometres), they form America's largest Historic District containing some 1200 notable buildings. It includes blocks of magnificent townhouses, many 19th century places of worship and other architecturally significant buildings. The best way to see them is on foot or on a trolley tour. We did both, getting a feel for the place nicknamed the Hostess City: Terry and I liked walking best, Anne preferred the trolley, and Marc stayed on board with schoolwork. Enough said.

I like to think of Savannah as Charleston's younger sister: both cities share the same colonial past and were historically on the same page, yet nowadays while Charleston is very gentle and dignified, we found Savannah to be funkier and more fun. Maybe it is due to the presence of thousands of art students attending the renowned Savannah College of Art and Design. They seem to inject their own energy and sense of imagination. Everywhere you look, old buildings are being restored and put to "adaptive reuse", art galleries abound with traditional and modern art on display, and there is a myriad of hip cafes and restaurants playing live music. Much like up north, the cuisine is Southern Comfort style, though I don't think Savannahians take themselves as seriously as Charlestonians. This is a city whose restaurants celebrated National Chili Month in October by offering Chili and Beer specials as the perfect fall combo. Unusual dishes (for US standards) such as chitterlings, pig's feet, crispy chicken livers, slawsa (a cross between coleslaw and salsa) or even BBQ frogs legs feature on menus along with more traditional offerings like fried green tomatoes, she-crab soup or pulled pork. They can be served refinely in some of the upmarket establishments or diner style at more casual places. The common thread though is local produce and a serious dose of sugar!

Sure, there is no shortage of tourist traps around: City Market, River Street (where we're docked, and we have front row seat over the 19th century brick warehouses now filled with bars, restaurants, gift shops...), Graveyard tours, Haunted Savannah Tours, Paula Deen shop (a southern cooking entrepreneur who made her name on the Food Network and whose restaurant The Lady and Sons attracts crowds fit for a rock star, though I must say we didn't eat there), the Pirate's House (opened as a seafarer's inn in 1753, with many small dining rooms and surprisingly nice food, we had lunch there), all greeting you with "welcome y'all"...But we had our share of touristy experiences, and much preferred exploring where the locals spend their time. That's how we discovered Forsyth's Park and its beautiful French inspired fountain, and Parker's Market, a 1930's gas station transformed into an upscale gourmet store. The latter became my favourite shop to provision when the weather suddenly turned chilly (again) and no one felt like eating out (yes, it sometimes happens!).
Besides, we met Joe, a wonderful gentleman on a Morgan 46 called Pixie Dust, who docked next to us. He is a retired marine, and as Marc's latest professional interest is the military, particularly Special Forces, we invited him for a curry dinner to share some of his experiences. He couldn't give us many details (top secret operations, you see), but certainly had very juicy stories and kept Marc fascinated all evening. It turns out Joe and Terry have a lot in common, and between the two of them, there is an adventure bestseller waiting! This was our last night in Savannah, and just like that, our focus switched from exploring America's old south to swapping information about cruising destinations as we were south bound to Florida and Joe was ultimately heading to Europe.

Savannah, du 3 au 7 Novembre 2012

Comme Charleston, Savannah figurait sur notre liste de villes à visiter, vivement recommandée par beaucoup et faisant partie de notre patrimoine cinématographique (eh oui, Autant en Emporte le Vent, encore, et aussi Forrest Gump, un des films préférés des enfants). A l'inverse de Charleston cependant, cette ville n'est pas aussi facile d'accès par bateau. Située le long de la berge du fleuve Savannah, elle est à 15 miles nautiques de l'océan Atlantique. On y accède par Tybee Roads, l'embouchure qui relie le fleuve et la haute mer. D'habitude la navigation y est assez facile, mais pas le jour de notre passage. On avait quitté Charleston à 23h la veille, nous attendant a une traversée assez pépère, mais la météo n'était pas aussi calme qu'on l'avait prévue. Entre un vent d'ouest de 20 nœuds de travers et le Gulf Stream contre nous à 2,5 nœuds, on s'est fait un peu secoues. Nos capots cote bâbord ont mystérieusement décidé de prendre l'eau, avec pour résultat des lits satures a l'eau de mer et bien sur un équipage plutôt grognon ! Quand il a fallu négocier le clapot, le courant et les bancs de sable à l'aube, personne n'a mentionné les 2 heures de navigation encore à faire sur le fleuve parmi les porte-conteneurs, les péniches et le courant assez fort. Je sais garder le silence quand notre skipper est stresse. Puis tout s'est amélioré, le soleil a fait son apparition, les eaux se sont calmées, il n'y avait même pas de trafic (à cause du weekend sans doute) et finalement ce fut une belle balade à travers les marais de la Géorgie.

Les places de quai sont rares et chères en ville, et la plupart des plaisanciers préfèrent rester dans une des marinas plus au sud le long de l'Intracoastal Waterway (ICW) quitte à se rendre à Savannah en voiture ou en bus. Malheureusement la taille de notre bateau limitant notre choix, j'ai appelé quelques jours à l'avance et réussi à obtenir un emplacement sur les quais juste en face des River Street Markets. D'ordinaire ces quais prives sont toujours au complet mais comme ils y faisaient des travaux ils avaient dû couper l'électricité depuis quelques semaines, repoussant beaucoup de clients (comme les megayachts pour qui faire marcher le groupe électrogène coute le même prix qu'une journée à quai). Le propriétaire Charles nous a fait un prix, trop content de voir ses installations enfin occupées. C'est lui-même qui nous a accueillis et aides à amarrer, ce dont je lui suis très reconnaissante car entre le courant et le marnage (amplitude des marées), le parking n'était pas évident.

Une fois remis de notre traversée sportive, il était temps de partir à la découverte. Nous sommes arrivés le premier samedi du mois, qui comme par hasard correspond au « Premier Samedi au bord de l'eau », festival mensuel organise par la ville, a l'ambiance très bonne enfant avec des dizaines de stands et des musiciens jouant le long des quais a quelques mètres du bateau. Toute cette animation et les rues bondées, étaient un réel contraste avec Charleston, qui nous a paru bien calme a cote. Ce jour-là, la ville accueillait également le marathon Rock'n'Roll de Savannah, au profit de l'American Cancer Society, et ses 17000 participants AINSI que le dernier jour du Festival du Film. Arrives trop tard pour le marathon ou le film, ça ne nous a pas empêché de nous joindre à la foule et de faire la fête. A commencer par un super déjeuner « pour récupérer » au Churchill's Pub, ou ils servent une version sudiste de plats typiquement british (imaginez Roast Beef et Yorkshire Pudding servi comme Côte de Bœuf et Popover, une sorte d'énorme souffle ! Délicieux !) Terry était dans son élément et a trouvé que Savannah était une ville très civilisée, permettant le service de boissons non seulement à emporter mais à consommer sur la voie publique. Car voyez-vous, les Etats-Unis ont une loi appelle Open Container Law qui gouverne la consommation de boissons alcoolisées en public (ainsi que dans les véhicules, mais ce n'est pas le sujet ici). C'est complètement interdit dans la plupart des Etats, sauf en Louisiane, dans le Nevada, le Missouri, la Pennsylvanie, le Montana et la Géorgie. C'est ainsi qu'à Savannah, c'est parfaitement légal de siroter de l'alcool tout en flânant dans le quartier historique, du moment que les boissons soient dans des verres en plastique d'une contenance de 50 cl maximum. Voilà une ville qui aime faire la fête !

Fondée en 1733 par le général anglais Oglethorpe et 114 colons à qui le roi George II avait octroyé des parcelles de terre, Savannah et l'Etat de Géorgie était censées être une région tampon entre la Floride, colonie espagnole, et la Caroline du Sud. Il fallait protéger le joyau qu'était Charleston. Finalement, Savannah n'a subi aucun assaut, que ce soit par les Espagnols qui n'ont jamais franchi la frontière ou les forces de l'union pendant la guerre de sécession. D'après la légende, le général Sherman en 1864 trouva la ville tellement belle qu'il l'épargna et l'offrit intacte au président Abraham Lincoln, comme cadeau de Noel. Oglethorpe conçu la ville en quadrille, ou les habitations, les églises et les commerces furent construits autour de 24 squares, dont 21 subsistent. Ils forment de très beaux parcs de taille humaine, chacun agrémentés de statues, fontaines et bancs places sous les ombrages de chênes centenaires couverts de mousse espagnole. Couvrant une superficie de 5 ½ kilomètres carres, c'est le plus grand quartier historique des Etats-Unis, avec presque 1200 bâtiments répertoriés. On y compte de magnifiques maisons d'époques, des lieux de culte remontant au 19e siècle et autres trésors architecturaux. Le mieux est de se promener à pied ou en trolley. Nous avons fait les deux, à la découverte de l'atmosphère de la ville surnomme « Hostess City » : Terry et moi avons préféré marcher, Anne le trolley pendant que Marc est reste à bord à faire l'école. Nul besoin d ;'en dire plus.

Pour moi Savannah, c'est la petite sœur de Charleston : les 2 villes partagent le même passe colonial, historiquement ont toujours suivi le même chemin, et pourtant maintenant nous trouvons Charleston très sage et digne, alors que Savannah est bien plus branche et « fun ». C'est peut être grâce à la présence des étudiants qui vont au très réputé Savannah College of Art and Design (SCAD). Ils semblent injecter une certaine énergie et un sens de l'imagination entrainant. Partout où vous regardez, les immeubles sont rénovés et réutilisés, les galeries d'art sont remplies d'art traditionnel et moderne, sans compter les dizaines de cafés et restaurants branches jouant de la musique live. Tout comme plus au nord, la gastronomie est axée sur le « Southern Comfort » (confort sudiste), mais je pense que les habitants de Savannah se prennent moins au sérieux que ceux de Charleston. Voici une ville ou les restaurants viennent de célébrer le mois national du Chili en Octobre en offrant des dégustations spéciales Chili & Bière, parfait pour l'automne. Des plats insolites (pour les Etats-Unis) tels que tripes, pieds de porc, fricassées de foies de volailles, slawsa (un mélange de salsa et de coleslaw) ou même des cuisses de grenouilles en BBQ figurent sur les menus au même titre que des mets plus traditionnels comme des tomates vertes frites, de la soupe de crabe, ou du porc rôti. Les préparations varient, d'un service très raffine dans les établissements chics au style « diner » dans des endroits plus relax. Mais les traits communs demeurent des produits locaux et une sacrée dose de sucre !

Bien sûr, la ville ne manque pas de pièges a touristes : City Market, River Street (ou nous sommes amarres, aux premières loges pour admirer les anciens entrepôts en briques qui ont été rénovés et reconvertis en bars, restaurants, boutiques de souvenirs...), Visite des cimetières, Visite des Maisons Hantées, la boutique de Paula Deen (une entrepreneuse locale qui s'est fait une réputation culinaire sur le Food Network, et dont le restaurant The Lady & Sons attire une foule digne d'une rock star, nous n'y avons pas mangé cependant), la Pirate's House (une auberge de marins datant de 1753, avec plein de petites salles à manger a l'intérieur et chose surprenante, une très bonne table, nous y avons déjeuné), tous vous saluant d'un « Welcome Y'all ! » (Bienvenue à Tous !). Mais finalement on a eu notre dose de visites touristiques et préféré découvrir le Savannah de tous les jours. C'est ainsi que nous nous sommes retrouves a Forsyth Park et sa superbe fontaine sortie tout droit d'un parc parisien, et au Parker's Market, une vieille station d'essence des années 30 maintenant transformée en un magasin de traiteur et épicerie fine. C'est là que j'ai fini par faire mes courses quand le temps s'est refroidi à nouveau et que personne ne voulait sortir pour dîner (eh oui, ça nous arrive parfois !)

En plus on venait juste de rencontrer notre nouveau voisin de ponton, Joe, un monsieur navigant solo sur son Morgan 461 au nom adorable de Pixie Dust (Poudre de fée). Un ancien « marine », nous l'avons invité à bord pour faire plus ample connaissance et donner quelques tuyaux a Marc, qui dernièrement considère l'armée comme débouché. C'est donc autour d'un curry qu'il a partagé certaines de ses expériences, sans tous les détails (c'est top secret quand même !) mais avec assez d'anecdotes juteuses pour nous divertir toute la soirée. Il s'avère que Joe et Terry ont pas mal de choses en commun, entre eux deux, on pourrait écrire un super livre d'aventures !! Ce fut notre dernière soirée à Savannah, et voilà comment nous sommes passés de la découverte du Vieux Sud à l'échange d'informations sur différents mouillages, Joe contemplant une transat vers l'Europe, et VOAHANGY faisant cap sur la Floride.

Ports of Call - Escales - USA
| | More
Doing the Charleston
Voahangy
June 3, 2013,, Puerto Aventuras, Mexico

Charleston, Oct 24-Nov 2, 2012

Gone With the Wind (GWTW). My absolute favourite movie since I saw it when I was a teenager. Everything about it was epic: being shown in its original version on French TV, the full uninterrupted 3 1/2 hours ( super lengthy films like Harry Potter didn't exist back then), romance ( Scarlett & Rhett, Ahhhh, why oh why couldn't they make it work???), tragedy, comedy, history , ...the costumes and most importantly the sets. I am sure my interest in American History started then. Most of the movie takes place in Atlanta and plantation Tara (actually it was shot in Hollywood, but the illusion worked for me, and it has always made me want to visit Georgia), with small reference to the coastal towns of Charleston and Savannah. The former was Rhett's home town and the latter saved from the flames from General Sherman during the Civil war for being too beautiful to burn! So while visiting inland Atlanta was out of bounds, stopping off in the Lowcountry cities was a must on my list. Terry, who doesn't like the movie (can't stand the characters, thinks she's an obnoxious manipulative b***h and he's plain arrogant. All true!) wasn't so keen on these side trips but Mother Nature connived with me. With Hurricane Sandy threatening further south, shortly after our departure from Annapolis, we were "forced" to find shelter in Charleston.

The harbour entrance is quite wide and easy to navigate, and as we sailed past Fort Sumter where the Civil War is said to have begun, the city appeared on the horizon, easily recognisable with its church-filled skyline. Charleston sits at the end of a peninsula, with a few good marinas to choose from. It must be noted that none of them are within walking distance to downtown, however they all offer a courtesy shuttle service, so it's a matter of deciding which side of town you prefer. We headed north, to Charleston Harbor Resort and Marina, after reading good reviews and being offered a discount (every bit helps!). It's located across the Cooper river, overlooking the city which is 15mn away thanks to the hourly shuttle. The facilities include a swimming pool, which was great for Anne as it was quite a warm day when we arrived. Of particular interest to Terry was the adjoining Patriot Point Naval and Maritime Museum, with the aircraft carrier USS Yorktown and a couple of other ships on display.

Charleston was founded in 1670, after Charles II of England granted vast tracts of land in the New World to 8 Lords Proprietors as a gift for their loyalty. Some of them had lived in and prospered in Barbados owning plantations, and convinced their associates to replicate a similar society using slaves. Over the years more colonists and their slaves came, putting thousands of acres under cultivation with rice, indigo and cotton. A wave of wealth followed, producing a small thriving "gentry" living in a state of affluence and refinement. By the end of the 1800's, the city had the highest per-capita wealth among whites and the largest number of enslaved blacks in the USA. It became a melting pot of religious and ethnic diversity, attracting migrants from Europe as well as the ports trading partners in the Bermuda and the Caribbean's. Economically powerful, Charleston resisted England during the Revolutionary war and unsurprisingly became the first state to secede from the union after Abraham Lincoln was elected president. We all know the unfavourable outcome of the Civil War on the city and its subsequent decline (for those of you who don't there are hundreds of historical websites on the internet, and for sheer entertainment you can always watch GWTW...), but fast forward to the 20th century and the influx of tourism, and Charleston is on everyone's list as the most intact colonial city in America. A lot of cruising friends certainly recommended it as a worthwhile stop, so armed with dozens of brochures, I started to formulate a plan.

I tell you, the choice of activities is mind-boggling for a town that size: from city walking tours, to plantations visits, wineries, museums, antique malls, fitness parks, shops, and restaurants...Marc bailed out from the start, declaring he had too much school work to wander around old houses. I tried to lure him with the prospect of a Ghost Hunt of the Old City Jail or even a walking movie tour, but nope, he'd guard the boat for us instead.

A plantation visit was high on my list, and since the largest and most popular ones are a fair way out of town, I initially organised a car to drive there. But that was forgetting there was a storm out there, and while Sandy passed us a good 300 kilometres offshore, we still felt strong winds and a lot of rain. Terry thought it more prudent to stay and watch the boat, Anne said she'd rather go to the South Carolina Aquarium and see its Madagascar exhibition instead, so you guessed it: no plantations!

We did spend a whole day walking around the very well preserved historic district, passing beautiful churches, horse drawn carriages (full of tourists), many homes of grand colonial design ( temporarily open to the public during the Fall Tours of Homes and Gardens, an event hosted by the Preservation Society of Charleston), and open air markets. This week happened to be Halloween, and some of the residents went to town decorating their homes with gruesome skeletons hanging off the balconies, or fake-chopped arms sticking out of windows, reaching out for unaware passers-by...all to the delight of Anne, who wished she had worn her witch costume! What blew me away however was the shopping precinct spreading out from the old city market: unusual knick-knacks, typical sweetgrass baskets woven by African American women, gorgeous antiques, historical book shops and my personal favourites, kitchenware and gourmet shops. I managed to spend 2 hours and a few dollars in a store called Charleston Cooks!, trying to crash into one of their " Taste of the Low Country" class held in their test kitchen.

I completely forgot about museums and galleries afterwards, and decided to experience the Low Country lifestyle a way closer to my heart, thru its cuisine. The night we arrived we had dinner at the marina lounge, the Reel Bar, where I tasted Shrimps and Grits for the first time. What are grits, I hear you ask? It's ground corn that has been mashed, a bit like polenta, though you'll be shot down in flames in Charleston for calling it that! A staple of the local diet, it features on every restaurant's menu, served mainly with juicy South Carolina shrimps and various additions like sausages, cheese, spinach...depending on the cook. If and when I start a food blog I'll tell you more about it, but let's just say that I've become obsessed with it and other Low Country dishes. So much so that I took Anne along for a Culinary Tour of Charleston: a whole afternoon spent walking around town, sampling local from 4 or 5 venues: grits, sweet potato cakes and iced tea from Dixies, BBQ pork and collard greens from Nick's BBQ, fudge and pralines from River Street Sweets... Anne loved the food and was a trooper with the walking. Of course it was extremely filling, and when Terry and Marc joined us for a seafood dinner at A.W Shuck's that night all I could manage was a plate of oysters and a bowl of she-crab soup!

It turns out Charleston is a real foodie destination. Which was a blessing, because besides touring the historical district and the old homes, there was not much else to do. The city itself is very quiet, and apart from the crowds coming out of the cruise ships, we often wondered if any locals lived here. But come dinner time, it seems all of Charleston is out. I have never seen so many full restaurants (except in NYC), and I mean "proper" sit-down restaurants, not the average chain-style (fast food or otherwise). Had it not been for Sandy, we would have eaten out every day. However once the storm passed us by, the wind picked up even more (I know, weird right?) and the temperature dropped to near freezing. That meant a few days spent cooped on the boat, the kids busy with school work and me experimenting with newly found ingredients: river shrimps, pecan nuts, Carolina duck, grits...inspired by the delicious meals we sampled in town. I finally realised why it's called comfort food.

And it's not just the food. The whole place surprisingly grows on you with everybody being ... well, nice! We will remember Charleston as a delightful town to hang out where you will never go hungry!!

Charleston, 24 Octobre au 2 Novembre 2012

Autant en emporte le vent. C'est mon film favori depuis mon adolescence. Tout y est épique : le fait qu'il était diffuse en V.O a la télé française, les 3 heures ½ ininterrompues (une rareté à l'époque, Harry Potter n'était pas encore sorti), un amour impossible (oh, Scarlett & Rhett, pourquoi ça n'a jamais marche entre vous ??), tragédie à tous les tournants, comédie, histoire...les costumes et surtout les décors. C'est à cette période-là que j'ai commencé à m'intéresser a l'histoire américaine, j'en suis sure. Une grande partie du film se déroule à Atlanta et à la plantation de Tara (en fait, le tournage s'est fait à Hollywood, mais l'illusion a tellement bien fonctionné, que c'a ma toujours envie de visiter la Géorgie aux USA), avec quelques références aux villes portuaires de Charleston et Savannah. La première était la ville de Rhett dans le film, et la seconde fut épargnée par le General Sherman pendant la guerre civile, après avoir été déclarée « trop belle pour la bruler » ! Puisqu'une visite dans l'intérieur à Atlanta était hors de question, une escale dans les villes de la Terre Basse figurait au sommet de ma liste. Terry, qui n'aime pas le film (il ne supporte ni Scarlett ni Rhett, jugeant l'une une manipulatrice insupportable et l'autre tout simplement arrogant. Ce qui est vrai !), n'était pas très chaud pour faire étape, mais la Nature s'est mis de connivence avec moi. Menaces par la tempête Sandy plus au sud, après notre départ d'Annapolis, on a été « obliges » de trouver refuge à Charleston.

L'entrée de la baie est assez large et facile d'accès, et une fois passes devant Fort Sumter ou la guerre civile a commencé, la ville est apparue à l'horizon, impossible de se méprendre grâce à la silhouette des clochers d'églises. Charleston est située au bout d'une péninsule, offrant un bon choix de marinas. Il faut préciser qu'aucunes ne sont proches de la ville, cependant toutes offrent un service de navette gratuites, il suffit donc de choisir quel cote de la ville on préfère. On s'est dirigés côte nord, ayant choisi la Charleston Harbour Resort et Marina, après avoir lu quelques impressions positives et une offre spéciale (ça aide beaucoup !). Elle se trouve de l'autre cote de Cooper River, avec vue sur la ville, qui n'est qu'à ¼ heure en navette. Les installations comprennent une piscine, au grand plaisir d'Anne car il faisait assez chaud le jour de notre arrivée. Quant à Terry, il a trouvé ce qui lui plait juste a cote, avec le Musee de la Marine a Patriot Point, qui expose le porte-avion USS Yorktown et quelques autres bateaux de guerre.

Charleston a été fondee en 1670, lorsque Charles II d'Angleterre accorda de vastes parcelles de terre dans le Nouveau Monde a 8 membres de la haute noblesse, pour les remercier de leur loyauté. Certains d'entre eux, ayant vécu et fait fortune aux iles Barbade en tant que propriétaires de plantations, convainquirent leurs collègues de reproduire un système de société similaire en utilisant des esclaves. Au fil des ans plus de colons et leurs esclaves sont arrivés, exploitant des milliers d'hectares de cultures de riz, d'indigo et de coton. Une vague de prospérité suivit, donnant naissance à une florissante noblesse terrienne au train de vie grandiose et raffine. A la fin du 19e siècle, la ville possédait les plus riches individus (blancs) des Etats-Unis ainsi que le plus grand nombre d'esclaves (noirs). On y trouvait un véritable mélange de cultures, religieuses et ethniques, grâce aux immigrants venus d'Europe ainsi que d'autres comptoirs commerciaux comme les Bermudes et les Antilles. Une puissance économique, Charleston a résisté aux Anglais pendant la Guerre d'Indépendance et la caroline du Sud fut le premier Etat à faire sécession avec l'Union quand Abraham Lincoln fut élu président. Tout le monde connait les désastreuses conséquences de la Guerre de Sécession sur la ville et son déclin par la suite (pour ceux que ça intéresse, il y a des centaines de sites d'histoire sur le net, et pour vous divertir, il y a toujours Autant en Emporte le Vent !), mais passons au 20e siècle et l'afflux du tourisme, et Charleston est maintenant une destination prisée comme la ville coloniale la mieux préservée des Etats- Unis. Pas mal d'amis navigateurs nous ayant conseillé d'y faire escale, c'est donc armée de brochures que j'ai commencé à élaborer un plan d'attaque.

Laissez-moi vous dire que pour une ville de taille moyenne, le choix d'activités est époustouflant : entre les randonnées en ville, visites guidées des plantations, vignobles, musées, magasins d'antiquités, parcs, boutiques et restaus...Marc s'est désisté dès le début, déclarant qu'il avait trop de devoirs à faire pour passer son temps à visiter des vieilles baraques. J'ai bien essaye de l'attirer avec une chasse aux fantômes dans la vielle prison ou même une visite de scènes de tournage, mais neni, il a décidé de garder le bateau.

J'avais envie de visiter au moins une plantation, et comme les plus belles sont loin de la ville, il a fallu organiser une location de voiture. Mais c'était sans compter sur la tempête au large, et bien que Sandy soit à 300 kilomètres de nous, on essuyait quand même beaucoup de vent et de pluie. Terry a joue la prudence et préféré garder un œil sur le bateau avec Marc, Anne a traine des pieds, demandant plutôt à visiter l'Aquarium de Caroline du Sud qui présentait une exposition sur Madagascar, donc vous avez deviné : pas de plantations !

On a quand même passe une très bonne journée à déambuler dans le quartier historique, très bien restore, avec ses belles églises, ses carrosses (pleins de touristes), beaucoup de grandes demeures remontant à l'époque coloniale (certaines sont ouvertes au public pendant le festival d'Automne des Maisons et Jardins, organise par la Preservation Society of Charleston), et les marches en plein air. Nous étions la semaine d'Halloween, et certains des habitants avaient mis le paquet en décorant leurs maisons de squelettes pendant des balcons, ou bien de faux-bras ensanglantes sortant de fenêtres pour attraper des passants insouciants...au la grande joie d'Anne, qui a regretté de ne pas porter son costume de sorcière ! Mais ce qui m'a épaté c'est le quartier des boutiques autour du vieux marche : des brocantes vendant des bric-à-brac insolites, des paniers en feuilles de palme tressées par des Africaines-Américaines, des antiques splendides, des librairies spécialisées dans l'histoire locale et mes préférées, des boutiques d'art de la table et épiceries. J'ai bien réussi à passer 2 heures et dépensé quelques dollars dans un magasin appelé Charleston Cooks !, essayant (en vain) de joindre une classe de cuisine ayant pour thème « Saveurs de la terre basse » qui se déroulait dans leur cuisine test.

Du coup, oublies les musées et les galeries, j'ai décidé de gouter à la vie dans le Lowcountry de la façon qui me plait le plus : à table !!! Le soir de notre arrivée, nous avons dine au Reel Bar à la marina, ou j'ai mangé pour la première fois un plat de Crevettes et gruau. Le gruau, c'est quoi ? C'est du mais moulu qu'on cuisine en purée, un peu comme la polenta, mais ne le comparez pas à la polenta ici au risque de vous faire allumer. Un aliment de base dans la région, tous les restaurants offrent leur version : servi généralement avec des crevettes locales bien juteuses, avec l'ajout de saucisses, fromage ou épinards...ca dépend du cuisinier(e). Le jour où je commencerais un blog de cuisine je m'étendrais plus sur le sujet, mais disons juste que ce plat est devenu une obsession ainsi que d'autres spécialités du Lowcountry. A tel point que je nous ai inscrites Anne et moi pour un Tour Culinaire de Charleston, une après-midi entière passée à nous balader dans la ville ponctuée par des arrêts dégustations dans 4 ou 5 établissements. Gruau, gâteau de patates douces et the glace chez Dixie's, BBQ porc et blettes a Nick's BBQ, caramels et pralines à River Street Sweets...Anne a adore la cuisine et ne s'est pas plaint une minute de marcher autant. Inutile de dire que nous étions repues, et quand Terry et Marc nous ont rejoints a A.W Shuck's pour un diner de fruits de mer je n'ai commande que des huitres et un bol de soupe au crabe !

Charleston s'avère être une top destination pour les foodies. D'autant mieux, car à part la promenade dans le quartier historique et les visites de maisons anciennes, on en a vite fait le tour. La ville elle-même est très calme, à part la foule de touristes descendant des paquebots, on s'est d'ailleurs demande ou étaient les habitants. Il faut attendre la tombée de la nuit et là, on dirait que tout Charleston sort pour dîner. Je n'ai jamais vu autant de restaurants affichant complet (à part NYC), et je parle de restaus de bonne qualité, pas des chaines (fast food ou autres). Si ce n'était à cause de Sandy, on aurait dine a l'extérieur tous les soirs. Malheureusement, la tempête a laissé quelque séquelles, entre autre des vents encore plus violents (bizarre non ?) et des températures glaciales. Résultat, on s'est retrouve cloitres à bord pendant quelques jours, les enfants faisant l'école et moi expérimentant avec de nouveaux ingrédients : crevettes, noix de pecan, canard de Caroline, gruau...inspirée par les plats auxquels nous avons goute en ville. J'ai enfin compris pourquoi on appelle cela « comfort food ».

Mais Charleston ne doit pas son charme uniquement à ses bonnes tables. C'est une ville à laquelle on se fait, ou les gens sont aimables et gentils. Non seulement on ne risque pas d'y mourir de faim, mais la vie y est d'une infinie douceur !

Ports of Call - Escales - USA
| | More
On the Country Roads of Virginia and North Carolina
Voahangy
May 25, 2013,, Puerto Aventuras, Mexico

Shore leave - Sept 26-Oct 8, 2012

Where to spend our few days off the boat, but as far away from the sea as we can. Up the mountains, said Anne. Terry thinks a scenic drive would be nice. Well, we're in luck: less than a hundred miles west of Annapolis lays the Shenandoah National Park, with the Skyline Drive as its centrepiece, a 105 miles scenic road which runs high atop the Blue Ridge Mountains in the state of Virginia. The 75 overlooks have views over the Appalachian Mountains and the Shenandoah Valley, and while some people may tire of it after the first 70, we can't get enough of the endless variations on the colour green, red and yellow. It is such an enchanting change from our blue surroundings on the boat!

Our base for 3 nights is the Skyland resort, sitting on the highest peak of the NP, at 3,680 feet. Built in the late 1800's by a local businessman as a summer retreat, it has hosted many urbanites since and is the gateway to many hikes and rides across the park.

Anne got excited about the Junior Ranger program on offer and dragged us on a couple of Ranger walks (Ancient Volcano Hike, Bear Necessities). Between geological lessons and studying for signs of bear activities, we still took the time to admire the scenery and breathe in! I don't want to bore anyone with a detailed report of our little excursions, but here is some of what I remember, in short hands: Acorn. Birch. Bears. Big Meadow. Cubs. Civilian Conservation Corps. Dark Hollow Falls. Deers. Evening primrose. Finch. Fungus. Groundhog. Goldenrod. Harebells. Hiking trails. Ice age. Juniper berries. Lichen. Maple leaves. Metamorphic rocks. Monarch butterflies. New Deal. Oak. Pileated woodpecker. Quaint. Quiet. Raccoon. Skyline. Squirrels. TV-free. Turkey Vulture. Unspoiled. Virginia. White snakeroots. Waterfalls. Zillions years old.

As you can tell, lots of hiking. And the reward for all this was breakfast, lunch and dinner in the great big sleek dining room overlooking the valley!! There is nothing like a big bowl of blueberry granola to set you off on a crisp morning, a warm pot pie to keep you going at noon, and a dainty plate of rainbow trout with dill butter for dinner. Of course Terry and Anne could not finish these warm evenings by the fire without some good old country desserts, while one sampled the blackberry ice cream pie (local speciality), the other gorged on hot fudge sundae. And don't get me started on Shenandoah White, my personal favourite (perfect match with the rainbow trout).

3 days with the heads in the clouds was enough for Terry, who could hear the sea calling (already?) So we proceeded down the range and east, for an overnight stop in Charlottesville. Now, I normally research every place we visit, except in this case, as we winged it at the last minute. So imagine my surprise when I discovered from the "Charlottesville Welcome Book" (you know the one, conveniently placed on the hotel room bedside table, right next to the Bible!) that this college town was voted #1 Best Place to Live in 2011 by Sperling's Best Places ( whose ever heard of them?) and #2 Place to Retire Young by US Money Magazine (I think after 55 means you're still young). More of interest to me is its status of "Locavore" capital of the world awarded by none other than Forbes Magazine: with dozens of local restaurants offering a "farm to table" experience, I really wished I'd known about this before having a pretty average dinner at chain-restaurant Chili's. Still, after realising that the area is rich in history with Thomas Jefferson's Monticello and his renowned University of Virginia, James Monroe's home Ash Lawn-Highland and James Madison's Montpelier home, I tried to convince Terry and Anne to visit at least one of the sites. Unfortunately all this talk of presidential estates didn't impress them, they had seen enough historical homes and gardens in the past 3 months, and just wanted to see something different.

So we drove across to the Outer Banks in North Carolina, 370 miles away. The glory of fall foliage in the Piedmont was slowly replaced by flat land and expansive fields of cotton, pumpkins and sweet potatoes. In sharp contrast to the brilliant blue skies in Virginia, the weather progressively turned bleak, a grey canopy of clouds only brightened by sand dunes as we approached the coast. We've always found the beach uplifting, but not on this occasion. With most of the tourists gone, the businesses were starting to shut down for the winter: beach supplies were 50% off, hotels half full (if that!), restaurants very quiet. The local food was uninspiring ( why do they fry/batter their seafood so much? Can I have a grilled fish please?) and the ocean looked unfriendly. I am sure the place is great in summer, it was just looking sad and forlorn this week. So why were we here? This was Terry's pick, for 2 reasons: Cape Hatteras and the Wright Brothers National Memorial.

Sailing offshore, Cape Hatteras is one of the landmarks we stay well away from. With Cape Fear and Cape Lookout to the south, the Outer Banks (sandy islands with no reefs, rocks, or ledges to hold on to) shift so often that the shoals are notoriously called "the graveyard of the Atlantic". Now that we're on land, it was natural to check out the candy stripped tallest brick lighthouse in the country and the 75 miles seashore. Hailed as some of the most beautiful beaches in the country, I have to confess that instead of making me feel peaceful, they filled me with a sense of foreboding. Must have been the predominant steel grey all around!

More uplifting was the Wright Brothers' Memorial in Kitty Hawk. Anyone interested in aviation history will know about Orville and Wilbur Wright, the inventors of the first self-propelled airplane . I thought we learnt enough about them in the Air and Space Museum in Washington DC, but it was something else to see where this exploit actually happened: to stand on Kill Devil Hill and run the 852 feet (258 meters) which mark the length of the 4th and final flight of the brother's machine, makes you realise how far the aviation industry has progressed. 110 years later, we've flown men to the moon, around the earth , jet travel is a daily occurrence, Richard Branson will now fly tourists into space...and it all started on this remote, windblown, sandy patch! Amazing.

Continuing north to coastal Virginia and Maryland's eastern shore, the highlight is probably crossing the Chesapeake Bay bridge-tunnel: considered the largest bridge-tunnel complex in the world, it was built in the early 1960's and consists of 12 miles of trestle roadways, two mile-long tunnels, two bridges, four man made islands, almost 2 miles of causeway and 5 ½ miles of approach roads. Joining densely populated Virginia Beach at the south end to the more peaceful eastern shore at the north end, it measures nearly 18 miles across the mouth of the bay which we sailed thru back in June. At that time, I remember sailing thru the Chesapeake Channel (which turns out to be the location of the tunnel linking islands 3 and 4) unable to see the shores from the boat. Small wonder. The Eastern Shore 's scenery is extremely pretty, but it would take more than a day's drive to appreciate the marshes, creeks, migrating birds, etc...Unfortunately, a day is all we had as we were heading for Annapolis to meet the Lagoon team who was setting up for the annual Sailboat show.

The rest of our shore leave was spent in Annapolis, you can read about it here, with a brief interlude in Washington DC where we picked up Marc on his return from Australia. The very little time we had only allowed us to squeeze in a walk around the upmarket area of Dupont Circle and one final peak at the White House. Apart from me, no one was in the mood for a gallery visit, however brief, but we all agreed that we had to have brunch one last time at the Mitsima Café (at the American Indian Museum), so Terry could taste the buffalo chili and fry bread Marc kept raving about. People say that you should never return to a destination you enjoyed so much the first time, for fear of being disappointed. Disappointment would be an overstatement, but I must say that visiting Washington DC by car and staying in a hotel, felt very different to our July stay on the boat. It certainly was easier back then. Still, it remains one of our favourite cities and I could return there in a heartbeat (though if you're not a tourist, your only option is to work for the government somehow, so my chances are pretty slim!).

Virginie et Caroline (du Nord) - 26 Septembre au 8 Octobre, 2012

Ou passer nos quelques jours à terre, si ce n'est le plus loin possible de la mer. Anne veut aller à la montagne. Terry aimerait bien une route touristique. Eh bien on a de la chance : a moins de 100 miles (160 kilomètres) à l'ouest d'Annapolis se situe le Shenandoah National Park, qui a pour attraction principale le Skyline Drive, une route pittoresque qui pendant 105 miles sillonne le plateau des montagnes Blue Ridge dans l'état de Virginie. 75 points de vue permettent d'admirer les montagnes des Appalaches ainsi que la vallée de Shenandoah, et quand bien même certains seraient blases après les premiers 70 panoramas, nous ne nous lassons pas des variations infinies de vert, rouge et jaune. Cela nous change tellement de notre environnement bleu en mer !

Nous restons pour 3 nuits au Skyland Resort, hôtel perche au point le plus haut du parc national, à 3,680 pieds (1200 mètres). Construit à la fin du 19e siècle par un promoteur local comme résidence d'été, cet établissement a depuis accueillis beaucoup de citadins et reste le point de départ pour la plupart des randonnées dans le parc.
Anne s'est emballée pour le programme des Juniors Rangers et nous a traines dans des randonnées guidées (les anciens volcans, a la recherche des ours). Entre les leçons de géologie et l'étude d'activités animalières, on en quand même profite pour admirer le paysage et surtout prendre un bon bol d'air ! Je ne veux pas vous ennuyer avec les menus détails de nos excursions, donc ne voilà qu'un échantillon de mes notes : Glands. Bouleau. Ours. Grand pré. Oursons. Civilian Conservation Corps. Chutes de Dark Hollow. Daims. Primevères. Chardonnerets. Champignons. Marmottes. Goldenrod. Campanule. Chemins de randonnée. Age de glace. Baies de genièvre. Lichen. Feuilles d'érable. Roche métamorphique. Papillon monarque. New Deal. Chêne. Pivert. Adorable. Calme. Ratons laveurs. Horizon. Ecureuils. No TV. Vautours. Naturel. Virginie. White Snakeroot. Cascades.

Comme vous vous en doutez, de la marche on en a fait. Et la récompense après tous ces efforts était 3 repas par jour dans une immense et belle salle à manger donnant vue sur la vallée ! Rien de tel qu'un grand bol de muesli au myrtilles pour démarrer ces matins frisquets, une tourte a la viande bien chaude pour le midi et une fine assiette de truite au beurre d'aneth pour le diner. Bien sûr, Terry et Anne ne pouvait pas finir leur soirées au coin du feu sans un bon dessert, alors pendant que l'un s'attaquait a la tarte glacée aux mures (spécialité régionale), l'autre s'est jetée sur le Sundae au caramel. Quant à moi, mes papilles se souviennent encore du Shenandoah White, vin blanc local qui se marie très bien avec la truite.

Mais 3 jours, la tête dans les nuages, ça a suffi à Terry, à qui la mer manquait déjà. Nous avons donc entame la descente vers l'est, et avons fait étape a Charlottesville pour la nuit. Habituellement je me renseigne un peu à l'avance sur nos escales, sauf dans le cas présent on nous avons improvise au dernier moment. Imaginez donc ma surprise quand en parcourant le « Guide de Bienvenue a Charlottesville » (vous savez, celui qui est toujours place en proéminence dans les chambres d'hôtel, juste à cote de la Bible !) on a découvert que cette ville universitaire fut votée en 2011 le meilleur endroit où il fait bon vivre par Sperling's Best Places ( jamais entendu parler, et vous ?) and No 2 pour y prendre sa retraite « jeune » d'après Money Magazine (« jeune retraite » à l'américaine ça veut dire 55 ans). Mais encore plus intéressant pour moi, c'est le statut de Capitale Mondiale des « Locavore » attribue par le fameux Forbes Magazine : locavore est un terme relativement nouveau, décrivant un mouvement prônant la consommation de nourriture produite dans un rayon assez réduit de son domicile. Avec des dizaines de restaurants locaux offrant une expérience « de la ferme à la table », c'est une information que j'aurais bien aimé avoir en main AVANT notre diner plutôt banal a Chili's (chaine de restaurant tex-mex). Dommage, mais ce sera pour la prochaine fois. Entre temps, après avoir lu que la région est riche en histoire avec Monticello, demeure de Thomas Jefferson et son Université de Virginie, Ash Lawn-Highland, domaine de James Monroe et la propriété de James Madison, Montpelier ; j'ai essayé de convaincre Terry et Anne de visiter au moins un de ces sites. Malheureusement, ni l'un ni l'autre n'était intéressés par ces résidences présidentielles, déclarant qu'ils en avaient vu assez ces derniers mois, et voulaient passer à autre chose.

Nous voilà donc en route pour les Outer Banks en Caroline du Nord, 600 kilomètres plus loin. La chaleur des feuillages d'automne dans le Piedmont a été remplacée progressivement par des champs a n'en plus finir de coton, potirons et patates douces. Au lieu des intenses cieux bleus de Virginie, le temps a tourné au gris, avec un plafond de nuages moroses égayé uniquement par les dunes de sable en approchant la cote. Le bord de mer nous a toujours remonte le moral, mais pas cette fois. La plupart des touristes sont partis, les commerces se préparent à fermer pour l'hiver : tout est brade à moitié prix, les hôtels sont à peine occupes, les restaurants très calmes. La gastronomie locale n'est guère inspirante (pourquoi servent-ils tant de fritures ? Impossible de commander un simple poisson grille !) Et l'océan d'une étrange froideur. Je suis sure que cette station balnéaire est magnifique en été (toutes les brochures le disent) mais cette semaine, c'est vraiment trop triste et désolé. Alors, pourquoi sommes-nous la ? C'est le choix de Terry figurez-vous, pour 2 raisons : Cape Hatteras et le monument érigé en l'honneur des frères Wright.

Quand on a croise Cape Hatteras lors de notre dernière navigation, nous avons garde nos distances. Commençant par Cape Fear et Cape Lookout plus au sud, les Outer Banks (iles-barrières de sable sans aucun récif, rochers ou haut fond sur lequel s'accrocher) bougent si souvent que dans le milieu nautique ces bancs de sables sont notoirement reconnus comme « le cimetière de l'Atlantique ». Etant à terre, on en profite pour inspecter « la bête », constituée de 120 kilomètres de plages (plus ou moins) sauvages et un phare en briques (le plus haut du pays !) aux rayures noires et blanches dignes de celle que l'on pourrait trouver sur une friandise. Considérées comme parmi les plus belles plages du pays, je dois avouer qu'au lieu de m'y sentir en admiration et en paix, j'étais plutôt prise d'un sentiment d'appréhension. Ca a du être l'effet ciel gris !

Heureusement qu'il y avait le monument en l'honneur des frères Wright a Kitty Hawk pour nous remonter le moral. Toute personne qui s'intéresse à l'aéronautique connait Orville et Wilbur Wright, les inventeurs du premier avion autopropulsé. Je pensais en avoir appris assez au Musée de l'Air et de l'Espace à Washington DC (ou leur machine est exposée), mais c'est une toute autre chose de découvrir l'endroit même où cet exploit s'est déroulé : le fait d'être à Kill Devil Hill et courir les 852 pieds (258 mètres), la distance parcourue pour la 4eme et dernière fois par l'appareil des frères, vous fait réaliser les énormes progrès faits en aviation. Nous voilà 110 années plus tard, des hommes sont partis sur la lune, d'autres tournent en orbite autour de la terre, des millions prennent l'avion tous les jours, et maintenant Richard Branson est prêt à emmener des touristes dans l'espace....et tout a commencé ici, sur cette dune de sable, fouettée par le vent et isolée de tous. Incroyable !

Continuant notre périple le long de la côte nord de la Virginie et la rive est du Maryland, le point fort a sans doute été la traversée du Pont-Tunnel de Chesapeake Bay : considéré le plus grand complexe de ce type dans le monde, il a été construit dans les années 1960 et consiste en 20 kilomètres de routes sur tréteaux, 2 tunnels d'un mile chacun, 2 ponts, quatre iles artificielles, près de 3 kilomètres de chaussées et 9 kilomètres de routes d'approches. Joignant la région fortement peuplée de Virginia Beach côte sud à la plus rurale Eastern Shore côte nord, l'installation traverse l'embouchure de la baie de Chesapeake pendant près de 29 kilomètres. Lorsque nous y avons navigue en Juin, je me rappelle être passes par le chenal nord de Chesapeake, qui s'avère passer au- dessus du tunnel qui relie les iles numéros 3 et 4, et m'étonner de ne pas pouvoir discerner les rives. Maintenant je sais pourquoi. Le paysage de l'Eastern Shore est très pittoresque, mais il faudrait plus d'une journée en voiture pour apprécier les marais, les rivières, les oiseaux migrateurs, et autres ...Malheureusement, un jour, c'est tout ce qu'on avait car il nous fallait rejoindre Annapolis pour retrouver l'équipe de Lagoon, venue de France pour participer au Salon Nautique.

Nous avons passé le reste de notre « permission à terre » à Annapolis, et vous trouverez les détails ICI, avec une brève escapade à Washington DC pour aller chercher Marc, de retour d'Australie. Le peu de temps dont nous disposions ne nous a permis qu'une ballade dans le quartier branche de Dupont Circle (occupe par beaucoup d'ambassades également), et un dernier tour en face de la Maison Blanche. A part moi, personne n'était d'humeur pour une visite dans les musées (aussi brève soit elle), mais on s'est tous mis d'accord pour un ultime brunch au Mitsima Cafe, au musee des American Indian, afin que Terry puisse gouter au chili de buffalo et le pain beignet dont Marc n'arrête pas de parler. Certains disent qu'il ne faut jamais revenir à une destination qu'on a appréciée la première fois, au risque d'être déçu. Déçu est un bien grand mot, mais je dois dire que visiter Washington DC en voiture et à l'hôtel était très diffèrent de notre séjour en Juillet sur le bateau. C'était bien plus facile sur l'eau. Ceci dit, la ville reste une de nos favorites et on est tous prêts à y revenir à la première occasion (bien qu'a moins d'être un touriste, la seule option est de bosser pour le gouvernement, ce qui n'est pas demain la veille !!)

Ports of Call - Escales - USA
| | More

Newer ]  |  [ Older ]

 

 
Powered by SailBlogs