SailBlogs
Bookmark and Share
Steen Rally
Follow us on our sailing adventure from France to Australia
Fort Lauderdale, our last US port
Voahangy
July 13, 2013,, Puerto Aventuras, Mexico

Fort Lauderdale, Nov 10 - Dec 31, 2012

When we arrived in Fort Lauderdale last spring, we actually handed the boat to Multitech and took off on a road trip to Orlando and the west coast. This time around, no one felt like sight- seeing so far away. With school and paperwork to finalise, the next leg to prepare for, and of course the never ending boat repairs, we decided to stay put at the dock (we had so many lines and fenders out, even the prospect of a day sail was too daunting!)

On the upside, staying in one place for a while, meant that we could get a feel for how the locals live, and with the lead up to Thanksgiving and Christmas we were all looking forward to join in the festive atmosphere. I instantly spotted The Fresh Market and decided to experiment with all the holiday produce on offer. It didn't take long for the boat to smell of cinnamon and pumpkin spices, be littered with scented pine cones! Even Terry put our new BBQ to the test, roasting a 10-pound turkey for Thanksgiving. When in Rome...

We were lucky enough to meet up with the Australian cruising family on REMI DE, who we met and last saw in the Bahamas in the spring. Like us, they were "stuck" for a few weeks, waiting for parts and paperwork for their dogs, so we ended up spending a lot of time together, Anne and Remi becoming inseparable. I blame Toni, a more avid shopper than me, who thinks nothing of driving for 90 minutes to Miami to check out yet another Mall, for corrupting me and encouraging me to buy more than I needed (if she reads this post, she will know exactly what I mean!)Still, it was all well intended and between REMI DE and us, we are now floating supermarkets and cafes and dare I say we will be the most popular boats in any anchorage! All Terry and Bruce could do was drink beer on our back deck watching us girls returning from our "not again!" provisioning sessions. Many meals were shared between our two boats, from our reunion Thanksgiving dinner, to Boxing Day, New Year's Eve and countless last suppers!

Being delayed allowed us to catch up with Graeme and Terri Brown, good friends from Cairns, who happened to be in Fort Lauderdale to embark on a cruise ship holiday. We always enjoy sharing our lifestyle with "land" friends, and this was no exception. It was great to show them our "new" boat (they've known us on other boats in Australia) and catch up somewhere other than home.

When we weren't out shopping, we tried out the local restaurants, up and down market: Pelican Landing, Southport Raw Bar, Gilbert's Grill (voted the best burger joint in F.L), topped with China Grill for Christmas Eve, are the most memorable.

While it is not my favourite town in the US, Fort Lauderdale has the merit of being a fun place to enjoy the beach, shop and generally escape from the dreariness of winter. In the Broward County, this is (along with the counties of Palm Beach to the north and Miami-Dade to the south) the wealthy, opulent and decadent region of Florida.
Beside enjoying the facilities at the Hyatt, the kids were regulars at the local swimming pool practising their diving skills, Marc spent every day at the hotel gym working on his 6-pack and making friends with some of the guests...by the end of our stay, he had a small group going with whom to socialise. That was a relief, since Anne had company with Remi for weeks, it had been pretty lonely for him at the start. But once school was over and he met other teenagers on holidays, Fort Lauderdale became his favourite playground. The clubs and bars may not have let him in, but it didn't stop him from hanging out on the beach and take in the "cool vibes" (his words).

It is not all glamour however, the urban sprawl extends for miles from the ocean side, and it is fair to say that while the Intracoastal Waterway is lined with hundreds (no, thousands!) of luxury homes, the further west you travel, the shabbiest the neighbourhood. We passed thru these ordinary districts as we headed for the highway or looking for specialised shops, but mostly we stayed around the waterways. These harbour billions of dollars in houses, megayachts complete with oil paintings, flat screen TVs, captained by full time professionals....with everyone seemingly outdoing each other! We spent endless hours in the dinghy exploring the canals and gawking at the expensive real estate, but as entertaining as it may be, there is no denying that this is a difficult place for any cruiser on a budget: anchorages are limited, marinas are expensive, dinghy docks are near impossible to find, or expensive when you do (thank god for the Raw Bar, who will let you park your tender at their dock in exchange for a $10 credit to be spent in their bar). Being at the Pier 66 marina, we became a dinghy dock ourselves for REMI DE and a few others anchored in Lake Sylvia nearby. One of the very few anchorages available on the ICW here, Lake Sylvia can be quite challenging for some cruisers: in the middle of an incredibly exclusive neighbourhood, it is large enough to accommodate a dozen boats, but they have to move around once in a while, for fear of the home owners ashore complaining (which they do, if your laundry hanging out is offensive, your dogs bark or you just block their view...). The water police is constantly checking, ready to fine boats with faulty lights ( or just not turned on!) or exceeding the speed limit (particularly in Manatee Zones). We heard lots of stories of yachties being harassed, and experienced our own version of US coast guard bullying once. We were returning from a fantastic night on REMI DE watching the Winterfest (a pre-Christmas boat parade on the ICW), and had dropped off Terri and Graeme at their hotel in the Bahia Mar marina complex. As we were about to enter Lake Sylvia's anchorage (300 meters from the Hyatt marina, where our boat was tied up), we were stopped by fully armed coast guards stating our dinghy was not registered. "That's right, officer, it's part of a foreign registered boat, where tenders do not need their own registration" (in the US, every tender needs its own registration. Some yachts try to get away with it, but a lot get caught by the time they arrive in Florida. Hence the reason you'll see a yacht registered in New York, for example, and its dinghy bearing a Florida rego number!) Not happy to be rebuked so easily, the Coast Guard then proceeded to ask where our life jackets were. "In the forward compartment, sir, see?" "Not good enough, you have to wear them while in the boat" (lucky Anne was wearing hers, he would have gone to town with it otherwise!). "Oh, and you're missing a navigation light". " Really? The rules said you only need a white light at the stern or the bow". "Well, not in Florida, sir, you need a tricolour (white, red, green)." By then, Terry, who had had a couple of drinks, was becoming aggravated with all this show of force, and I could see a standoff happening where we would not come out favourably. So, I flashed my best smile, poked our captain in the ribs, promised we would be law abiding visiting cruisers from now on, and thanked them for letting us go. Once on the boat, we reflected on how strange we'd enjoyed our stay in America all these months only to have one encounter with the USCG ruin the moment. Everywhere we'd been so far had been great, with easy going locals, helpful officials...

Maybe it is a Florida thing. With so many people moving here (close to 1000 each day according to promoters), and one in 20 residents owning a boat, the waterways are choked with traffic. It is said that between personal watercraft (jet skis) and luxury yachts, more money is spent on boating in Florida than any other State. It is no surprise then to find that Florida has its own boating regulations and its marine patrol has the power to enforce the laws. And it was our cue that it was time to move on!

Fort Lauderdale, 10 Novembre au 31 Décembre 2012

Quand nous sommes arrivés à Fort Lauderdale au printemps dernier, nous avons laissé le bateau à Multitech et sommes partis en excursion à Orlando et sur la côte Ouest. Cette fois ci, aucun de nous n'avait envie de partir aussi loin. Entre l'école, l'intendance, la préparation pour la prochaine navigation, et bien sur les travaux qui n'en finissaient pas, nous avons décidé de rester à quai (et on était tellement bien amarrés que même sortir en mer pour une journée relevait du défi !)

L'avantage de rester au même endroit pour un certain temps, c'était qu'on allait enfin avoir l'occasion de vivre comme les gens du coin et avec la journée du Thanksgiving et Noel approchant, nous étions tous impatients de vivre les fêtes à l'Américaine. J'ai immédiatement repéré le supermarché The Fresh Market et commence mes expériences culinaires avec les produits locaux. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, le bateau sentait la cannelle et les épices pour potiron, et les comptoirs étaient couverts de pommes de pin parfumées ! Même Terry a teste notre nouveau BBQ, en y cuisinant une dinde de 5 kilos pour Thanksgiving. Quand on est à Rome,...

Par chance, nous avons retrouvé la famille australienne à bord de REMI DE, que nous avions rencontrée et quittée aux Bahamas en Mai dernier. Comme nous, ils étaient « coinces » ici pour plusieurs semaines, en attente de pièces détachées et de papiers administratifs pour leurs chiens, nous avons donc passes beaucoup de temps ensemble, surtout Anne et Remi qui sont devenues inséparables. La maman, Toni, aime faire du shopping encore plus que moi, et trouve tout à fait normal de faire 1h½ de route pour se promener dans un centre commercial à Miami. C'est donc elle que je blâme pour m'avoir corrompue et encouragée à acheter plus que nécessaire (si elle lit ce billet, elle saura de quoi je parle !) Une proie facile il faut dire, mais tout s'est fait dans la joie et la bonne humeur. Et entre REMI DE et nous, nous sommes maintenant de véritables supermarchés et cafés flottants, j'ose même dire que nous serons les bateaux les plus populaires dans nos prochains mouillages ! Terry et Bruce ne pouvaient que siroter leurs bières sur le pont, en nous regardant déballer nos provisions (encore ?!). Nous avons partage pas mal de repas entre nos deux bateaux, de notre dîner de retrouvailles le soir de Thanksgiving, a Boxing Day (le lendemain de Noel), le réveillon du jour de l'an et d'innombrables derniers soupers !

Etre retardes n'était pas si mal que ça. Nous avons pu revoir nos amis de Cairns, Graeme et Terri Brown, qui se trouvaient à Fort Lauderdale pour commencer leur croisière (dans un paquebot !) On prend toujours plaisir à partager notre style de vie avec nos amis terriens et c'était une très bonne occasion pour leur faire découvrir notre nouveau bateau (ils connaissaient nos embarcations précédentes en Australie) et passer de bons moments ensemble dans une autre partie du monde.

A part les boutiques, nous avons essayé pas mal de restaurants locaux, certains décontractés d'autres plus chics : Pelican Landing, Southport Raw Bar, Gilbert's Grill (élu le meilleur restau de Hamburger a Fort Lauderdale), couronnes par China Grill au réveillon de Noel resteront les plus mémorables.

Même si Fort Lauderdale n'est pas ma ville préférée aux Etats-Unis, elle a le mérite d'être l'endroit idéal pour profiter de la plage, du shopping et plus généralement échapper a la tristesse de l'hiver plus au nord. Située dans le Broward County, c'est la région de Floride la plus riche, opulente et décadente (avec les counties de Palm Beach plus au nord et Miami-Dade plus au Sud).
Non seulement les enfants ont pu profiter des installations du Hyatt, mais ils se sont rendus régulièrement à la piscine olympique pour des entrainements de plongée, Marc était à la salle de gym tous les jours pour travailler ses abdos et y rencontrer des amis...à la fin de notre séjour, il avait une petite bande de copains avec qui s'amuser. A notre grand soulagement il faut dire, car si Anne avait de la compagnie avec Remi pendant des semaines, Marc se sentait un peu seul au début. Mais une fois l'école finie, il a fait la connaissance d'autres jeunes en vacances, et Fort Lauderdale est devenu son terrain de jeu préféré. Certes, il ne pouvait pas entrer dans les clubs et les bars, mais ça ne l'a pas empêché de trainer à la plage et apprécier l'ambiance « cool » (ses mots).

Tout n'est pas aussi fascinant cependant, l'expansion urbaine s'étend sur des kilomètres a l'ouest du littoral, et je reconnais que alors que l'Intracoastal Waterway (ICW) est bordée de centaines (non, de milliers !) de propriétés de luxe, plus on se déplace vers l'intérieur, plus les quartiers deviennent miteux. On a traversé ces coins la pour rejoindre l'autoroute ou à la recherche de boutiques spécialisées, mais la plupart du temps on s'est cantonnes autour des canaux. Là on y trouve des milliards de dollars en immobilier, des megayachts meubles et décorés de tableaux, TVs a écran plat, sans compter les équipages professionnels...tout ce beau monde essayant de faire mieux les uns que les autres ! Nous avons ainsi passe des heures en annexe à explorer les canaux et admirer bouche bée ces maisons luxueuses, mais aussi divertissant que ce soit, il faut se rendre à l'évidence : ce n'est pas le meilleur endroit pour des plaisanciers au budget modeste. Les mouillages sont limites (en nombre et en taille), les marinas sont chères (surtout en hiver), les pontons pour annexes sont rares et hors de prix quand on en trouve (encore heureux, le Raw Bar accueille les annexes moyennant $10 que l'on peut échanger contre une boisson dans leur établissement). Etant à la marina Pier 66, nous-mêmes sommes devenus un ponton pour l'annexe de REMI DE et d'autres qui mouillaient pas loin de nous, dans le lac Sylvia. Ce lac est un des rares mouillages disponibles le long de l'ICW et peut présenter quelques problèmes pour certains bateaux : situe en plein milieu d'un voisinage ultra chic, il est assez large pour accommoder une dizaine de bateaux, mais ceux-ci doivent bouger de temps en temps, de peur de s'attirer les contrariétés des riverains (qui se plaignent souvent du linge qui pend sur les filières, des chiens qui aboient, ou simplement d'avoir leur vue bloquée..). La police maritime est constamment à l'affut, prête à coller des amendes pour des feux défaillants (ou simplement éteints !) ou des dépassements de limites de vitesse (surtout dans les zones a lamantins). Beaucoup de plaisanciers nous ont fait part de cas de harcèlements et nous avons eu nous-mêmes un petit accrochage avec les US Coast Guards un soir. De retour en annexe d'une soirée sur REMI DE a regarder la Winterfest (un défilé de bateau sur l'ICW avant Noel), on venait juste de déposer Terri et Graeme devant leur hôtel a la marina de Bahia Mar. Alors qu'on s'apprêtait à rentrer au mouillage dans le lac Sylvia (à 300 mètres du Hyatt ou on était amarres), voilà que les USCG nous arrêtent armes jusqu'aux dents, et déclarant que notre annexe n'était pas immatriculée. « C'est vrai, monsieur, car elle appartient à un bateau de pavillon étranger, qui n'a pas besoin d'immatriculation séparée » (aux Etats-Unis, toutes les annexes doivent avoir leur propre immatriculation. Certains bateaux essayent de contourner la loi, mais beaucoup se font prendre une fois arrives en Floride. C'est pour ça que vous voyez un voilier immatriculé a New York par exemple, et son annexe porte un numéro de Floride !). Le Guarde Cote, ne s'attendant pas à une repartie si facile, s'est alors intéressé a nos gilets de sauvetage, ou étaient-ils ? « Dans le compartiment à l'avant, les voilà, tout prêts, monsieur ! » « Ça ne suffit pas, il faut que vous les portiez quand vous êtes à bord » (heureusement qu'Anne portait le sien, ça aurait été une amende assurée !) « Oh, et il vous manque un feu de navigation » « Ah bon ? Le règlement dit qu'un feu blanc suffit, à l'avant ou à l'arrière » « Non, pas en Floride, monsieur, ici il vous faut les 3 couleurs (blanc, rouge et vert) » Entre temps Terry qui avait consomme quelques bières, commençait à s'exaspérer devant cette démonstration de force et j'ai pressenti un affrontement dont on ne serait pas sortis vainqueurs. J'ai donc affiche mon plus beau sourire, donne un coup de coude à notre skipper, promis qu'on serait des plaisanciers respectueux des règles a l'avenir et remercie ces messieurs de nous laisser rentrer. Une fois sur le bateau, on s'est fait la réflexion qu'après avoir passé des mois fantastiques en Amérique, il suffisait d'une rencontre malheureuse avec les USCG pour gâcher nos impressions. Jusque-là notre périple avait été sans histoire partout où nous sommes allés...

C'est sans doute particulier à la Floride. Tant de gens viennent s'y installer (1000 personnes par jour, selon les promoteurs), et avec 1 résident sur 20 possédant un bateau, les voies navigables sont bouchées le weekend. Apparemment, entre les jetskis, hors-bords et megayachts, les dépenses nautiques sont plus importantes en Floride que dans n'importe quel autre état. Ce n'est donc pas étonnant que la Floride ait sa propre règlementation et une police dument habilité à faire respecter la loi. Pour nous, c'est le signal qu'il est temps de partir !

Ports of Call - Escales - USA
| | More
Fort Lauderdale mini-refit again!
Voahangy
July 2, 2013,, Puerto Aventuras, Mexico

Fort Lauderdale, Nov 10 - Dec 31, 2012

Here we are, in Fort Lauderdale. After being on the move for a month, sitting out bad weather, freezing our pants off, we're back where we started 6 months ago. It's all familiar territory, as we're even parked in the same spot as last June, in Pier 66 at the Hyatt. Lagoon booked us in, as they agreed to carry out some repairs/improvements under warranty in exchange for us lending them the boat for the Annapolis Boat Show. With a list as long as Terry's arm, we fully expect to stay put for a few weeks, which is scaring the accountant that I am, since being high season, the marina fees have doubled to $2.70 per foot per day (same as NYC). That part hurts as it is not under warranty.

Still, we figured that it is our last opportunity to have things fixed on the boat by competent people while in the US and we're lucky to have the Multitech team available to us for a month! We know only too well that it will be a great blue yonder after that, not so easy to get parts or service while in the Pacific. So while Thierry, Rudy, and their boys set out to complete the jobs on the Lagoon list, the kids put in one last effort to finish the school year, the tax returns make it to the top of my list and Terry starts one of his own, seeking procurement of parts and equipment in anticipation of our next cruising leg.

Let's start with the jobs for Lagoon. None of them are crucial enough to stop us from going anywhere, but as I said, Florida is the last port where quality work can be done, not to mention the ease of sourcing parts. The biggest improvement has to be the replacement of our manual toilets with electric ones. I know, I sound like a spoilt child, but on a boat our size, with all the electronic gadgets around, it is quite odd to have to manually pump 3 out of 4 loos. Many of our guests have put on a brave face, while they struggled with the whole process ("how many times do I need to pump again, 4 or 5?" "Try more like 10 or 15!!!" And you can tell when the job isn't done properly: it stinks!) Ever since we've gone the electric path, I have had a whiff-free boat and relaxed crew. Next big job is to replace the starboard front window which has started to craze. It is a manufacturing defect and the whole panel had to be ordered from France. That has been a long drawn process, as the window didn't leave Europe until late November, then when it finally arrived here before Christmas, it rained for days, so we had to postpone the installation until the last few days.

I must say that the advantage of coming back to the same people, means that they are already familiar with our boat and don't need too much explanation. If something is still wrong after having been "checked" 6 months ago, then Rudy will work harder at finding the cause of the problem and fix it for good. As a results, we've had many insulation upgrades ( below the instrument consoles in the saloon, in the bilge around the generator pump and fuel pump...), ventilation upgrades (for the Eplex and E120 screens in the saloon), repairs to cracks that opened here and there, repairs to leaks and weird noises (boy, that took a lot of hard work cutting open the cockpit fly bridge ceiling!), sails recut for improved performance, modifications to the ceiling for better access to wiring, ... and I am only talking about what the shipyard agreed to cover.

As we will depart for more remote locations, Terry's own list includes essential spare parts, electronics upgrades (new sat phone, navigation software updates, ...), extra gas tanks and adaptors, cruising books, adding panels in the bilges for extra storage (mostly beer!), and replacing the Italian design chair at the nav station with something more practical and comfortable (check out the picture of the racing seat!). All that is needed for the boat of course, but as the work dragged on beyond the first month, due to delayed parts and bad weather, we (well Terry actually), out of boredom, started to look at things that we don't need but would be nice to have: coffee machine, breadmaker, stand up paddle boards, e-readers...In fairness, we ALL have become fierce consumers, despite our best efforts. Having too much free time isn't good in a place like America; the place has the ability to transform self-reliant people like us into mad shoppers suddenly realising we NEED not only the afore mentioned goods, but also remote helicopters, DJ mixing tables, dolls, cosmetics, shoes,... (I think I've covered everyone) I am ashamed to admit that we know every shop in Harbor Shops, The Galleria Mall and Sawgrass Mills. Terry is on a fist name basis with the staff at West Marine and Bluewater Books, not mentioning how he's become a valued customer of Amazon's. We do have an excuse though ( oh, OK, that's a strong word, let's say a good reason): things are so much cheaper than in Australia and with the exchange rate in our favour ($1.08) it would be a shame not to take advantage of it. And while our credit card is reaching burning point, we justify our spending with the notion that we will appreciate having all this stuff later, when we are in the middle of nowhere.

In the meantime, I am struggling to find storage space for the new appliances. The ample bench space I used to enjoy is now completely taken over, and I am only half-joking that the galley looks more and more like a science lab. Sure it is meant to save us time and effort, but I feel I've become a food handler rather than a cook these days. Terry sees it differently of course, and argues that at least we'll be able to eat decent bread (referring to my all-too- frequent failed breadmaking efforts at sea) and enjoy real coffee!
I have not mentioned the provisioning yet have I? Storing all the extras is an even bigger problem. Somehow we've ended up with far more than when we did the ARC provisioning, and I have broken the sacrosanct rule of keeping the bilges and guest room empty! ALL the bilges are full, so is the guest room. Well, at least we're set for a year: no need to shop for toilet paper, school supplies, canned tuna or even wine! The beer won't last that long though, and I'm sure we'll need a top up in Mexico and Panama...

So lots of work happening on the boat, but we can't complain, there are worst places we could be "stuck" in. Next post, I will tell you how Fort Lauderdale ended up being a lot of fun!

Fort Lauderdale, 10 Novembre au 31 Décembre 2012

Nous voilà à Fort Lauderdale. Apres 1 mois de navigation, à attendre des fenêtres météo, à mourir de froid, nous voilà de retour ou tout a commencé il y a 6 mois. Nous sommes en terrain de connaissance puisque nous sommes amarres exactement au même endroit qu'au mois de Juin, à Pier 66, au Hyatt. Lagoon a tout organise, ayant accepté d'effectuer des réparations/modifications sous garantie en échange du prêt du bateau pendant le salon nautique d'Annapolis. Vu la longue liste que Terry a rédigé, on sera la pendant plusieurs semaines, ce qui effraye un peu la comptable que je suis, car nous sommes maintenant en haute saison et les frais de marina ont doublé à $2.70 le pied par jour (comme à NYC). Cette partie-là est à notre charge.

Quand même, on pense que c'est notre dernière opportunité d'avoir des réparations effectuées par du personnel compètent pendant que nous sommes encore aux USA et en plus on a la chance d'avoir l'équipe de Multitech à notre disposition pour un mois ! On sait par expérience que c'est un grand océan la bas, et qu'une fois dans le Pacifique, c'est extrêmement complique de trouver quoi que ce soit. Donc pendant que Thierry, Rudy et leurs hommes s'attaquent à la liste Lagoon, les enfants mettent le collier pour finir l'année scolaire, je regarde enfin nos feuilles d'impôts, et Terry entame sa propre liste, a la recherche de pièces détachées et équipements divers en prévision de notre prochaine étape.

Commençons par les travaux pris en charge par Lagoon. Rien qui ne soit assez sérieux pour nous empêcher de continuer, mais comme je l'ai dit, la Floride est le meilleur endroit pour être en chantier, sans compter l'accès aux fournisseurs. La modification la plus importante est le remplacement de nos toilettes manuelles par des unités électriques. Oui je sais, j'ai l'air d'une enfant gâtée, mais sur un bateau de notre taille, avec tous les gadgets électroniques qu'on a bord, c'est plutôt bizarre d'avoir à pomper 3 de nos 4 toilettes. La plupart de nos invites ont fait bonne figure, tout en se démenant avec la machine (« il faut pomper combien de fois déjà, 4 ou 5 fois ? » « Essaye plutôt 10 ou 15 !!» Et on sait quand ce n'est pas fait correctement : ça pue !!!) Depuis que nous sommes passés au mode électrique, nous n'avons plus de mauvaises odeurs et l'équipage est de bien meilleure humeur. L'autre gros projet est de changer la fenêtre avant tribord qui a commencé à craqueler. C'est un défaut de fabrication et le panneau entier a du être commande en France. C'est un procédé qui traine en longueur, car la fenêtre n'a pas quitté l'Europe avant la fin Novembre pour finalement arriver ici la veille de Noel, au moment où il n'arrêtait pas de pleuvoir, donc il a fallu reporter l'installation jusqu'à ces derniers jours.

Je dois quand même admettre que l'avantage de revenir chez les mêmes personnes à Multitech, c'est qu'ils connaissent déjà le bateau donc on ne se perd pas en longues explications. Si quelque chose cloche encore après avoir été vérifiée 6 mois plus tôt, Rudy redouble d'effort pour trouver la cause du problème et le régler une fois pour toutes. C'est ainsi qu'on a réactualisé notre isolation (sous la console des instruments dans le carre, dans la cale autour de la pompe du GE et de la pompe de gasoil...), la ventilation (pour l'écran Eplex et E120 dans le carre), rebouche les fissures qui sont apparues ici et là, réparé quelques fuites et bruits bizarres (comme on a trime pour découper le plafond du cockpit !), retaille les voiles pour une meilleure performance, modifie le plafond dans le carre pour meilleur accès au circuits électriques...et je ne parle que de ce que le chantier prend en main.

Puisque nous nous apprêtons a partir dans des contrées plus isolées, la liste de Terry comprend des pièces détachées essentielles à la bonne marche du bateau, ainsi qu'une mise à neuf de l'électronique (un nouveau téléphone satellite, logiciels de navigation à jour...), des bombonnes de gaz supplémentaires et les adaptateurs nécessaires, guides de croisière, rajouter des planchers dans les cales pour plus de rangements (surtout la bière !), et remplacer le fauteuil design italien a la table a carte par une chaise plus pratique et plus confortable (regardez la photo du fauteuil de voiture de course !). Evidemment tout cela est nécessaire pour le bateau, mais comme les travaux trainent au-delà du premier mois, pour cause de retards de livraison et mauvais temps, nous (enfin Terry) trompons notre ennui en regardant des trucs dont on n'a pas besoin mais qu'il serait sympa d'avoir : machine à café, machine à pain, planches de surf, livres électroniques...Soyons justes, malgré nos efforts de modération nous sommes tous devenus des consommateurs acharnes. L'Amérique n'est pas un bon endroit pour ceux qui ont trop de temps libre : cette société a la capacité de transformer des gens relativement autonomes comme nous en acheteurs qui réalisent soudainement qu'ils ont besoin non seulement des marchandises citées plus haut, mais aussi d'un hélicoptère télécommandé, une table de mixing, des poupées, des cosmétiques, des chaussures...(je n'ai oublie personne ?) J'ai un peu honte d'admettre que nous connaissons tous les magasins aux centres commerciaux de Harbor Shops, Galleria, et Sawgrass Mills. Terry est un abonne de West marine et Bluewater Books, sans parler de son statut de client privilégié a Amazon. Ceci dit, nous avons une bonne excuse (ou au moins une bonne raison) : tout est vraiment moins cher qu'en Australie et avec le taux de change tellement favorable ($1.08) ce serait dommage de ne pas en profiter. Donc oui, pendant que notre carte de crédit souffre, on justifie nos dépenses avec l'idée qu'on sera bien contents de tout avoir sous la main quand on se retrouvera au milieu de nulle part.

Entre temps, j'ai du mal à trouver ou ranger tous ces nouveaux appareils. Les comptoirs spacieux auxquels j'étais habituée ont été complètement envahis, et je ne plaisante qu'à moitie quand je dis que ma cuisine ressemble de plus en plus à un laboratoire. C'est sûr, c'est pour me faire gagner du temps et faire moins d'effort, mais j'ai l'impression de manipuler les aliments plutôt que de faire la cuisine. Terry pense différemment bien sûr, soutenant qu'on pourra enfin manger du bon pain (une allusion à mes efforts de boulangère en mer, trop souvent tournes a l'échec !) et boire du vrai café !

Et je n'ai pas encore parle du ravitaillement ! Stocker toutes ces vivres est encore plus problématique. Je ne sais pas trop pourquoi, mais on s'est retrouves avec encore plus que lors de la transat, et il m'a fallu briser la règle sacro-sainte de garder les cales et la cabine des invites vides ! TOUTES les cales sont pleines à ras-bord ainsi que la cabine des invites. Bon au moins on est bon pour un an : papier toilette, fournitures scolaires, thon en boite, même le vin...nul besoin d'aller faire les courses pendant un moment ! La bière par contre, c'est une autre histoire. Malgré la quantité industrielle à bord, je suis sure qu'il faudra réapprovisionner au Mexique et au Panama...
Alors voilà, beaucoup de travail mais on ne se plaint pas, il y a pire comme escale. Mais assez du business, je vous parlerais du cote « plaisir » de Fort Lauderdale la prochaine fois.

Technical Stuff - Technique
| | More
Savannah
Voahangy
June 12, 2013,, Puerto Aventuras, Mexico

Savannah, Nov 3-7, 2012

Like Charleston, Savannah was on our list of places to visit, highly recommended by friends and part of our movie memories (yes, GWTW again, but also, the home of Forrest Gump, one of the kids' favourites). Unlike Charleston though, it's not a city easy to get to by boat. Located along the southern bank of the Savannah River, it is 15nm from the Atlantic Ocean. Access was thru Tybee Roads, the inlet that connects open sea to the river. Usually it is quite easy to navigate, but not the day we came. We left Charleston at 11pm expecting a straightforward overnighter, but the weather hadn't settled as much as we anticipated. So with 20 knots westerly winds hitting us on the beam and a 2.5 knots northbound current, it was a pretty bumpy ride. Our port side hatches leaked mysteriously, resulting in salt water all over the beds, and of course a grumpy crew! As we negotiated the chop, the current and the shifting sands at the entrance at dawn, there was no mention of the 2 hour navigation still ahead of us in the river itself, winding our way thru commercial traffic and strong currents. I know to keep my thoughts to myself when our skipper is stressed. But things improved, the sun came out, the chop disappeared, the commercial traffic was non-existent (maybe because it was week end) and it was indeed quite a pleasant river cruise thru the Georgian marshes.

Docking in the city is fairly limited, and most cruisers choose to stay at one of the marinas further south along the Intracoastal Waterway (ICW) and catch a bus or drive into Savannah. But the size of our boat prevented us to do that, so I called ahead and we were fortunate to arrange docking space on the waterfront at the River Street Markets. The privately owned dock there is usually full, but as it was being extended the power had been off for a few weeks, driving some boats away (you know, the megayachts for which one day spent running their generators cost as much as a day's docking). Charles, the owner operator, offered us a special rate, happy to have his facilities occupied. He also greeted us and handled our lines, which I was grateful for since the tidal ranges and swift currents made docking tricky.

Over our rough trip, it was time to explore. We had arrived on the first Saturday of the month, and that's when the city holds its "First Saturday on the River", a monthly family festival with dozens of stalls, and bands playing along the waterfront only meters away from us. With thousands of people in the streets, it was quite a contrast with subdued Charleston. That day, the city was also hosting the Rock'N'Roll Savannah marathon, benefiting the American Cancer Society, with 17000 entrants taking to the streets AND the final day of the Savannah Film festival. While we missed the actual running event and the movie, we mingled with the crowds afterwards, and enjoyed the festivities. We enjoyed a terrific "recovery" lunch at the Churchill's Pub, being served a southern version of British fare (think Roast beef and Yorkshire pudding coming out as giant prime rib and matching popover! Amazing!!!) Terry was in his element and thought it was the most civilised city in the US for serving drinks in a "to-go cup". You see, America has what they call Open Containers Law which rules drinking in public (also drinking while driving, but I won't go into that). Most States totally ban public drinking, except for Louisiana, Nevada, Missouri, Pennsylvania, Montana and Georgia. So in Savannah, it's legal to sip alcoholic beverages as you stroll in the historic district as long as they're in plastic cups smaller than 16 ounces (2 cups). Now that's a party town!

Founded in 1733 by English General Oglethorpe and 114 settlers beneficiaries of a land grant from King George II (him again!), Savannah and the greater State of Georgia were meant to be a buffer between Spanish-ruled Florida and South Carolina. Charleston was the jewel to be protected. As it turns out, Savannah was never attacked. Neither by the Spanish forces who didn't make it across the border, or the Union Forces during the Civil War. Legend has it that in 1864 General Sherman spared the city because it was too beautiful and offered it unmolested to President Abraham Lincoln as a Christmas gift. Oglethorpe laid out the city in a grid, with homes, churches and shops built around 24 squares, 21 of which survive. They function as handsome pocket parks, with statues, fountains, and benches shaded by oaks draped in Spanish moss. Covering over 2 square miles ( 5 ½ square kilometres), they form America's largest Historic District containing some 1200 notable buildings. It includes blocks of magnificent townhouses, many 19th century places of worship and other architecturally significant buildings. The best way to see them is on foot or on a trolley tour. We did both, getting a feel for the place nicknamed the Hostess City: Terry and I liked walking best, Anne preferred the trolley, and Marc stayed on board with schoolwork. Enough said.

I like to think of Savannah as Charleston's younger sister: both cities share the same colonial past and were historically on the same page, yet nowadays while Charleston is very gentle and dignified, we found Savannah to be funkier and more fun. Maybe it is due to the presence of thousands of art students attending the renowned Savannah College of Art and Design. They seem to inject their own energy and sense of imagination. Everywhere you look, old buildings are being restored and put to "adaptive reuse", art galleries abound with traditional and modern art on display, and there is a myriad of hip cafes and restaurants playing live music. Much like up north, the cuisine is Southern Comfort style, though I don't think Savannahians take themselves as seriously as Charlestonians. This is a city whose restaurants celebrated National Chili Month in October by offering Chili and Beer specials as the perfect fall combo. Unusual dishes (for US standards) such as chitterlings, pig's feet, crispy chicken livers, slawsa (a cross between coleslaw and salsa) or even BBQ frogs legs feature on menus along with more traditional offerings like fried green tomatoes, she-crab soup or pulled pork. They can be served refinely in some of the upmarket establishments or diner style at more casual places. The common thread though is local produce and a serious dose of sugar!

Sure, there is no shortage of tourist traps around: City Market, River Street (where we're docked, and we have front row seat over the 19th century brick warehouses now filled with bars, restaurants, gift shops...), Graveyard tours, Haunted Savannah Tours, Paula Deen shop (a southern cooking entrepreneur who made her name on the Food Network and whose restaurant The Lady and Sons attracts crowds fit for a rock star, though I must say we didn't eat there), the Pirate's House (opened as a seafarer's inn in 1753, with many small dining rooms and surprisingly nice food, we had lunch there), all greeting you with "welcome y'all"...But we had our share of touristy experiences, and much preferred exploring where the locals spend their time. That's how we discovered Forsyth's Park and its beautiful French inspired fountain, and Parker's Market, a 1930's gas station transformed into an upscale gourmet store. The latter became my favourite shop to provision when the weather suddenly turned chilly (again) and no one felt like eating out (yes, it sometimes happens!).
Besides, we met Joe, a wonderful gentleman on a Morgan 46 called Pixie Dust, who docked next to us. He is a retired marine, and as Marc's latest professional interest is the military, particularly Special Forces, we invited him for a curry dinner to share some of his experiences. He couldn't give us many details (top secret operations, you see), but certainly had very juicy stories and kept Marc fascinated all evening. It turns out Joe and Terry have a lot in common, and between the two of them, there is an adventure bestseller waiting! This was our last night in Savannah, and just like that, our focus switched from exploring America's old south to swapping information about cruising destinations as we were south bound to Florida and Joe was ultimately heading to Europe.

Savannah, du 3 au 7 Novembre 2012

Comme Charleston, Savannah figurait sur notre liste de villes à visiter, vivement recommandée par beaucoup et faisant partie de notre patrimoine cinématographique (eh oui, Autant en Emporte le Vent, encore, et aussi Forrest Gump, un des films préférés des enfants). A l'inverse de Charleston cependant, cette ville n'est pas aussi facile d'accès par bateau. Située le long de la berge du fleuve Savannah, elle est à 15 miles nautiques de l'océan Atlantique. On y accède par Tybee Roads, l'embouchure qui relie le fleuve et la haute mer. D'habitude la navigation y est assez facile, mais pas le jour de notre passage. On avait quitté Charleston à 23h la veille, nous attendant a une traversée assez pépère, mais la météo n'était pas aussi calme qu'on l'avait prévue. Entre un vent d'ouest de 20 nœuds de travers et le Gulf Stream contre nous à 2,5 nœuds, on s'est fait un peu secoues. Nos capots cote bâbord ont mystérieusement décidé de prendre l'eau, avec pour résultat des lits satures a l'eau de mer et bien sur un équipage plutôt grognon ! Quand il a fallu négocier le clapot, le courant et les bancs de sable à l'aube, personne n'a mentionné les 2 heures de navigation encore à faire sur le fleuve parmi les porte-conteneurs, les péniches et le courant assez fort. Je sais garder le silence quand notre skipper est stresse. Puis tout s'est amélioré, le soleil a fait son apparition, les eaux se sont calmées, il n'y avait même pas de trafic (à cause du weekend sans doute) et finalement ce fut une belle balade à travers les marais de la Géorgie.

Les places de quai sont rares et chères en ville, et la plupart des plaisanciers préfèrent rester dans une des marinas plus au sud le long de l'Intracoastal Waterway (ICW) quitte à se rendre à Savannah en voiture ou en bus. Malheureusement la taille de notre bateau limitant notre choix, j'ai appelé quelques jours à l'avance et réussi à obtenir un emplacement sur les quais juste en face des River Street Markets. D'ordinaire ces quais prives sont toujours au complet mais comme ils y faisaient des travaux ils avaient dû couper l'électricité depuis quelques semaines, repoussant beaucoup de clients (comme les megayachts pour qui faire marcher le groupe électrogène coute le même prix qu'une journée à quai). Le propriétaire Charles nous a fait un prix, trop content de voir ses installations enfin occupées. C'est lui-même qui nous a accueillis et aides à amarrer, ce dont je lui suis très reconnaissante car entre le courant et le marnage (amplitude des marées), le parking n'était pas évident.

Une fois remis de notre traversée sportive, il était temps de partir à la découverte. Nous sommes arrivés le premier samedi du mois, qui comme par hasard correspond au « Premier Samedi au bord de l'eau », festival mensuel organise par la ville, a l'ambiance très bonne enfant avec des dizaines de stands et des musiciens jouant le long des quais a quelques mètres du bateau. Toute cette animation et les rues bondées, étaient un réel contraste avec Charleston, qui nous a paru bien calme a cote. Ce jour-là, la ville accueillait également le marathon Rock'n'Roll de Savannah, au profit de l'American Cancer Society, et ses 17000 participants AINSI que le dernier jour du Festival du Film. Arrives trop tard pour le marathon ou le film, ça ne nous a pas empêché de nous joindre à la foule et de faire la fête. A commencer par un super déjeuner « pour récupérer » au Churchill's Pub, ou ils servent une version sudiste de plats typiquement british (imaginez Roast Beef et Yorkshire Pudding servi comme Côte de Bœuf et Popover, une sorte d'énorme souffle ! Délicieux !) Terry était dans son élément et a trouvé que Savannah était une ville très civilisée, permettant le service de boissons non seulement à emporter mais à consommer sur la voie publique. Car voyez-vous, les Etats-Unis ont une loi appelle Open Container Law qui gouverne la consommation de boissons alcoolisées en public (ainsi que dans les véhicules, mais ce n'est pas le sujet ici). C'est complètement interdit dans la plupart des Etats, sauf en Louisiane, dans le Nevada, le Missouri, la Pennsylvanie, le Montana et la Géorgie. C'est ainsi qu'à Savannah, c'est parfaitement légal de siroter de l'alcool tout en flânant dans le quartier historique, du moment que les boissons soient dans des verres en plastique d'une contenance de 50 cl maximum. Voilà une ville qui aime faire la fête !

Fondée en 1733 par le général anglais Oglethorpe et 114 colons à qui le roi George II avait octroyé des parcelles de terre, Savannah et l'Etat de Géorgie était censées être une région tampon entre la Floride, colonie espagnole, et la Caroline du Sud. Il fallait protéger le joyau qu'était Charleston. Finalement, Savannah n'a subi aucun assaut, que ce soit par les Espagnols qui n'ont jamais franchi la frontière ou les forces de l'union pendant la guerre de sécession. D'après la légende, le général Sherman en 1864 trouva la ville tellement belle qu'il l'épargna et l'offrit intacte au président Abraham Lincoln, comme cadeau de Noel. Oglethorpe conçu la ville en quadrille, ou les habitations, les églises et les commerces furent construits autour de 24 squares, dont 21 subsistent. Ils forment de très beaux parcs de taille humaine, chacun agrémentés de statues, fontaines et bancs places sous les ombrages de chênes centenaires couverts de mousse espagnole. Couvrant une superficie de 5 ½ kilomètres carres, c'est le plus grand quartier historique des Etats-Unis, avec presque 1200 bâtiments répertoriés. On y compte de magnifiques maisons d'époques, des lieux de culte remontant au 19e siècle et autres trésors architecturaux. Le mieux est de se promener à pied ou en trolley. Nous avons fait les deux, à la découverte de l'atmosphère de la ville surnomme « Hostess City » : Terry et moi avons préféré marcher, Anne le trolley pendant que Marc est reste à bord à faire l'école. Nul besoin d ;'en dire plus.

Pour moi Savannah, c'est la petite sœur de Charleston : les 2 villes partagent le même passe colonial, historiquement ont toujours suivi le même chemin, et pourtant maintenant nous trouvons Charleston très sage et digne, alors que Savannah est bien plus branche et « fun ». C'est peut être grâce à la présence des étudiants qui vont au très réputé Savannah College of Art and Design (SCAD). Ils semblent injecter une certaine énergie et un sens de l'imagination entrainant. Partout où vous regardez, les immeubles sont rénovés et réutilisés, les galeries d'art sont remplies d'art traditionnel et moderne, sans compter les dizaines de cafés et restaurants branches jouant de la musique live. Tout comme plus au nord, la gastronomie est axée sur le « Southern Comfort » (confort sudiste), mais je pense que les habitants de Savannah se prennent moins au sérieux que ceux de Charleston. Voici une ville ou les restaurants viennent de célébrer le mois national du Chili en Octobre en offrant des dégustations spéciales Chili & Bière, parfait pour l'automne. Des plats insolites (pour les Etats-Unis) tels que tripes, pieds de porc, fricassées de foies de volailles, slawsa (un mélange de salsa et de coleslaw) ou même des cuisses de grenouilles en BBQ figurent sur les menus au même titre que des mets plus traditionnels comme des tomates vertes frites, de la soupe de crabe, ou du porc rôti. Les préparations varient, d'un service très raffine dans les établissements chics au style « diner » dans des endroits plus relax. Mais les traits communs demeurent des produits locaux et une sacrée dose de sucre !

Bien sûr, la ville ne manque pas de pièges a touristes : City Market, River Street (ou nous sommes amarres, aux premières loges pour admirer les anciens entrepôts en briques qui ont été rénovés et reconvertis en bars, restaurants, boutiques de souvenirs...), Visite des cimetières, Visite des Maisons Hantées, la boutique de Paula Deen (une entrepreneuse locale qui s'est fait une réputation culinaire sur le Food Network, et dont le restaurant The Lady & Sons attire une foule digne d'une rock star, nous n'y avons pas mangé cependant), la Pirate's House (une auberge de marins datant de 1753, avec plein de petites salles à manger a l'intérieur et chose surprenante, une très bonne table, nous y avons déjeuné), tous vous saluant d'un « Welcome Y'all ! » (Bienvenue à Tous !). Mais finalement on a eu notre dose de visites touristiques et préféré découvrir le Savannah de tous les jours. C'est ainsi que nous nous sommes retrouves a Forsyth Park et sa superbe fontaine sortie tout droit d'un parc parisien, et au Parker's Market, une vieille station d'essence des années 30 maintenant transformée en un magasin de traiteur et épicerie fine. C'est là que j'ai fini par faire mes courses quand le temps s'est refroidi à nouveau et que personne ne voulait sortir pour dîner (eh oui, ça nous arrive parfois !)

En plus on venait juste de rencontrer notre nouveau voisin de ponton, Joe, un monsieur navigant solo sur son Morgan 461 au nom adorable de Pixie Dust (Poudre de fée). Un ancien « marine », nous l'avons invité à bord pour faire plus ample connaissance et donner quelques tuyaux a Marc, qui dernièrement considère l'armée comme débouché. C'est donc autour d'un curry qu'il a partagé certaines de ses expériences, sans tous les détails (c'est top secret quand même !) mais avec assez d'anecdotes juteuses pour nous divertir toute la soirée. Il s'avère que Joe et Terry ont pas mal de choses en commun, entre eux deux, on pourrait écrire un super livre d'aventures !! Ce fut notre dernière soirée à Savannah, et voilà comment nous sommes passés de la découverte du Vieux Sud à l'échange d'informations sur différents mouillages, Joe contemplant une transat vers l'Europe, et VOAHANGY faisant cap sur la Floride.

Ports of Call - Escales - USA
| | More

Newer ]  |  [ Older ]

 

 
Powered by SailBlogs