SailBlogs
Bookmark and Share
Steen Rally
Follow us on our sailing adventure from France to Australia
Some "how and why" about cruising up the US East Coast
Voahangy
July 23, 2013,, Puerto Aventuras, Mexico

Fort Lauderdale, January 2, 2013

Yes, I know, we're supposed to have left. We had all intentions to do so, after one last celebration with REMI DE on New Year's Eve.

Then Terry woke up with a sore back, not sure how it happened, but it certainly affected his mobility. I saw it as a sign that maybe we should delay our departure for a couple of days, but skipper was in a "let's go" mood and could not be talked out of it. He suggested that the least we could do was to move to the fuel dock to pick up some diesel and see if the dockmaster would allow us to stay overnight (hopefully free of charge) before heading out early the next morning. I was pretty nervous about the idea, considering the crossing to Cuba would take 2 days and even though the weather forecast was for mild winds, I didn't fancy arriving in a foreign port with a sick crew (it's happened before in North Africa, an experience I do not wish to renew). Anyway, Mother Nature intervened when we approached the fuel wharf, contrary winds and currents side swept us sending the boat crashing into the poles (we had fenders near the bow and the stern, but not amidship where we hit, of course!) Do I need to describe the screaming match that followed? No, I'll spare you. The damage was small, but bad enough to require repairs. An emergency email was sent to Thierry from Multitech, who to my relief responded immediately (on New Year's Day!!!), we came back to our marina berth, and Rudy and his crew were there the next morning taking the mickey out of me "Voahangy, what have you done?". They worked brilliantly, fixing the cracks in the fibreglass and painting over like new, having us ready to go again 2 days later. How I love these guys!

We are now clear to go, and this being my last post from America, I'd like to answer some of the questions people have asked us most in the past 7 months.

How do you arrive in America by boat?

Up until we reached the USA, we didn't need a visa to enter any countries. Most of the Caribbean's will issue an entry visa on arrival, provided you have a valid passport. America is different; you don't just show up on shore and hope for a stamp. We tried that back in 1999, when we sailed from Tonga to Hawaii: after 2 weeks at sea, we met a very unhappy immigration officer who threatened us with sending us back and a heavy fine. Fortunately we had local friends who helped smooth things out and be granted the correct paperwork. Looking back, it was indeed very lucky, nowadays US authorities are much stricter. There are 2 issues to consider here: the boat and the crew.

First, the boat: as a private foreign vessel, you must call US Customs and Border Protection immediately upon arrival in US waters (phone numbers and contact details are available on their internet sites Your text to link... ). You will be issued a reference number and given 48 hours to report to the local Customs Office for proper inbound clearance. The Fort Lauderdale's office was a 15 minute drive to Port Everglades, and the procedure was handled very swiftly. Once cleared in, you must apply for a cruising license ($US19), which allows the boat to navigate in US waters for 12 months. The only requirement afterwards is to call the local customs office, whenever you move to a new customs zone: some states are easy (Maryland is one big customs zone); others are a pain in the neck (New York and Florida's customs zone change from one city to the next, for example from Fort Lauderdale to Miami!). And don't think they let you forget, we've been checked twice: once in Mystic, CT where everything was in order, and the other in NYC, where we had forgotten to check in (we got away with a warning, next time will be a $US500 fine!). Other than that, the boat is free to go! Strictly speaking, there should also be a quarantine inspection, but I can't comment on that since no one from the department of Agriculture came down to the boat. It could be that the authorities had enough on their hands with big megayachts (Steven Spielberg's was in town) and cruise ship, and we were lucky. I heard from other cruisers who checked in other US ports, were boarded by US quarantine and had all fresh food confiscated.

Second, the crew: There is a misconception that you can come in under the Visa Waiver program, i.e. being issued a 90-day stay on arrival, but that only applies to passengers coming in on an approved carrier such as a commercial airlines, cruise ship or even a ferry service. ALL crew entering on a private vessel MUST have a valid B1/B2 visitor visa, which can only be obtained outside of the USA. So yes, it takes a little bit of planning: applying online, interview in person at the US embassy (in Sydney in our case), paying $US160 each, but in the end, you will be granted a 10-year multi-entry visa (if you're French, for some reason the Australians are only granted a 5-year visa, go figure) which allows you to stay for 6 months at a time. If you know you're going to visit America by boat at some point and for longer than 90 days it is well worth the effort.

Why didn't you cruise up the Intracoastal Waterway (ICW) instead of sailing offshore?

Ever since we cruised down the US west coast in 2000-2001, we've always dreamed of trying the ICW on the East coast. Unlike the Pacific side, which offers very little in terms of protected coastline, the Atlantic side was more attractive for its managed inland passage, allowing for safer travel and the opportunity to stop in many historical towns. It is maintained by a fleet of dredges, well marked with dayboards, buoys and range markers and punctuated by 7 types of bridges. The general minimum clearance height of the fixed bridges are 65 feet and of course there are many sections with opening bridges (80 of them between Norfolk, VA and Biscayne Bay, FL) that you can go through. But that was then, when our boat was a solid 70ft aluminium motorsailer with a 56ft mast clearance, and we were prepared to dredge our own channel if necessary or occasionally "go outside" when a fixed bridge would force us to.

The mast on our LAGOON 560 measures 100ft, so even if we were prepared to put up with the opening bridges schedules, with 60 fixed bridges remaining ahead, we would be forced to "go outside" anyway. That meant paying more attention to the weather, as the conditions outside the Waterway are always rougher than behind the barrier islands, but also catch big fish!

Even without the mast problems, Terry decided from the start that we would not travel this route as in addition to being very slow, winding, with delays waiting for the bridges to open, lots of shallow water areas are uncharted and it is much too dirty to see the bottom, let alone run the watermaker. Add to this no fish and fairly expensive marinas, and offshore passages looked like the best way to go.
We did not miss much on the coastal route as we managed to stop in a lot of places (Port Canaveral, Charleston, Savannah...) and once we reached the Chesapeake we could go all the way to Washington (one of our favourite stops) and then continue up the Chesapeake, through the Delaware canal (mast clearance 100+ feet) then down Delaware bay to the ocean and up to New York. After that you can travel up Long Island Sound and through the Cape Cod Canal up to Boston and Maine etc....and do the same in reverse when the deck starts to ice up!

There is of course the possibility to remove the mast to solve the bridge issues. We had to remove our mast in Salvador (Brazil) for repairs and it is not an easy job. As it is longer than the boat, then you have to transport it, because if you take it on the deck it definitely rules out being able to stop at any marinas and manoeuvring in any close quarters on the waterway will have its problems. So our advice is to leave the mast on, stop at the places you can reach and hire a car to see the rest.

Having said all that, we know lots of people who have cruised the ICW happily. It just wouldn't have worked for us.

Fort Lauderdale, 3 janvier 2013

Oui, je sais, on devrait être partis. C'était bien notre intention après avoir fêté le réveillon avec REMI DE.

Puis Terry s'est réveillé avec un lumbago le lendemain, on ne sait pas trop ce qui s'est passe mais c'est sûr il a du mal à bouger. Pour moi c'était un signe qu'il valait mieux retarder notre départ de quelques jours, mais le skipper voulait à tout prix y aller et rien ne pouvait le dissuader. Son plan était d'au moins aller au ponton a essence pour faire le plein de gasoil, la capitainerie pourrait nous autoriser à y rester la nuit (gratuitement ?) avant d'appareiller à l'aube. Personnellement l'idée ne m'enchantait pas, anticipant 2 jours de navigation sur Cuba, avec des vents modérés certes, mais je n'avais pas vraiment envie d'arriver dans un nouveau port flanque d'un capitaine mal en point (ca nous est déjà arrivé en Tunisie, expérience que je désire nullement renouveler). Bon, Dame nature s'y est mise et a l'approche du ponton le vent et le courant nous ont pris de cours et on s'est fracasses sur un des poteaux (on avait bien des pare-battages à l'avant et a l'arrière mais pas au milieu, là où il aurait fallu). Je vous épargne la scène qui a suivi, rien de joli. Les dégâts n'étaient pas trop conséquents, mais par prudence il fallait quand même faire des réparations. Donc, un email urgent fut envoyé a Thierry de Multitech, qui a mon grand soulagement, nous a répondu tout de suite (le jour de l'An !), nous sommes revenus penauds a notre emplacement dans la marina, et Rudy et son expert se sont pointes le lendemain matin en se payant bine ma tête « Voahangy, qu'est-ce que tu nous fais ? ». Ils ont bosse comme des as, réparé la fissure sur notre coque tribord, repeint la fibre de verre, et nous voilà 2 jours plus tard flambant neuf et prêts à repartir. Comme je les adore ces gars !

C'est la veille du départ, et comme ce billet sera le dernier sur les Etats-Unis, je prends l'occasion de répondre aux questions que beaucoup de gens nous ont posées ces 7 derniers mois.

Comment faites-vous pour arriver en Amérique en bateau ?

Avant les USA, aucun pays n'avait exigé un visa d'entrée au préalable. Dans la plupart de l'arc Antillais, on nous a accordé un visa a l'arrivée (pourvu que les passeports soient valides). L'Amérique est différente : on n'y débarque pas comme ça, en espérant se faire tamponner. On a essayé cette méthode en 1999, après une navigation de 2 semaines entre Tonga et Hawaii. L'officier d'immigration était très mécontent, et nous a menacés d'être déportés avec une grosse amende de surcroit. Heureusement que nous avions des amis sur place qui nous ont aidé à résoudre le problème et obtenir les papiers qu'il fallait. Quand j'y repense, on a vraiment eu de la chance, car maintenant les autorités américaines sont beaucoup plus strictes. En fait, il y a 2 choses à considérer : le bateau et l'équipage.

Le bateau : En tant que bateau prive a pavillon étranger, il faut appeler les douanes américaines (USCBP) aussitôt arrives dans les eaux territoriales (coordonnées disponibles sur le site www.cbp.gov ). Un numéro de référence vous sera émis et vous avez 48h pour vous présenter au bureau le plus proche pour effectuer les formalités d'entrée. A Fort Lauderdale, ce n'était qu'à 15mn de voiture dans la zone portuaire de Port Everglades, et la procédure s'est déroulée sans soucis. Une fois « légal », il faut obtenir un permis de croisière ($US19) qui permet de naviguer dans les eaux américaines pendant 12 mois. La seule condition après sera de contacter le bureau de douane local à chaque fois que le bateau change de zone douanière : certains Etats ne présentent pas de soucis (le Maryland est une immense zone douanière à lui tout seul), d'autres sont un peu casse-pieds (à New York et en Floride par exemple, les zones changent d'une ville à l'autre, comme de Fort Lauderdale à Miami !). Et ne pensez pas qu'ils oublient, on s'est fait contrôlés 2 fois : une fois à Mystic, CT ou tout était en ordre, une autre fois à NYC ou nous avions oublie d'appeler (on s'en est sortis avec un avertissement, la prochaine fois ce sera $US500 d'amende !) A part ça, le bateau peut circuler librement. En théorie, on aurait dû aussi subir une inspection du service phytosanitaire, mais je ne peux pas commenter vu qu'aucun employé du Département de l'Agriculture n'ai daigne nous rendre visite. C'était peut-être notre jour de chance, les autorités devaient avoir assez à faire avec les gros megayachts (celui de Steven Spielberg était à la marina) et les paquebots. Certains bateaux-amis qui ont fait leur entrée dans d'autres ports relatent des expériences différentes, ou les autorités sanitaires sont montées à bord et ont confisque tous les produits frais.

L'équipage : La notion que l'on peut entrer aux USA dans le cadre du Visa Waiver Program (c'est-à-dire pouvoir séjourner 90 jours sans visa) est une idée fausse couramment répandue parmi les plaisanciers. Cela ne s'applique que pour les passagers arrivant par « transporteurs autorises » tels les compagnies aériennes, sociétés de croisières ou lignes de ferry. Tout équipage arrivant à bord d'un bateau prive DOIT posséder un visa de visiteur B1/B2, qui ne peut être obtenu qu'a l'extérieur des Etats-Unis. Bon, effectivement, ça demande un peu d'organisation : faire la demande sur internet, passer un entretien à l'ambassade américaine (à Sydney dans notre cas), débourser $US160 par personne, mais on se retrouve à la fin avec un visa a entrée multiples valable pour 10 ans (pour les français, les australiens n'ont droit qu'a 5 ans, allez savoir pourquoi...) qui permet des séjours de 6 mois. Donc si vous prévoyez a un moment de visiter les US par bateau et ce pour une durée au-delà de 90 jours, ça vaut le coup.

Pourquoi avoir navigue en haute mer et pas le long de l'Intracoastal Waterway (ICW) ?

En 2000-2001, une de nos croisières nous a amenés le long de la côte ouest américaine et depuis nous avons toujours rêvé de « faire » l'ICW sur la côte Est. A la différence de la côte Pacifique qui a peu à offrir en termes de protection, la côte Atlantique était plus attrayante par son passage intérieur bien aménagé, permettant non seulement un transit plus sécurisé mais aussi l'opportunité de faire escale dans des villes historiques. L'ICW est entretenu par une flotte de dragueurs, balise par de multiples panneaux, bouées et tourelles et ponctué par 7 types de ponts. La hauteur maximale des ponts fixes est 65 pieds/19 mètres et bien sûr on peut naviguer le long de plusieurs secteurs avec des ponts ouvrants (j'en ai compte 80 entre Norfolk, VA et Biscayne Bay, FL). Mais ça c'était bon quand nous avions notre gros bateau de 20 mètres en aluminium avec un mat de 17 mètres. A l'époque on était prêts à creuser notre propre canal au besoin et « sortir » de temps en temps quand un pont fixe nous l'obligerait.

Le mat de notre LAGOON 560 fait 30 mètres de hauteur, donc quand bien même on aurait la patience de négocier les ponts ouvrants, il reste encore 60 ponts fixes qui nous obligeraient à « dégager » en haute mer. Ça veut dire qu'il faut faire plus attention à la météo, vu que la mer est toujours plus agitée à l'extérieur qu'à l'abri des iles-barrières, mais d'un autre cote ça nous permet aussi de pêcher !

Même sans les problèmes de mat, Terry avait décidé de ne pas prendre cette route de toute façon. Non seulement le transit est sinueux, lent, marque par l'attente d'ouverture de ponts, beaucoup de zones de haut-fonds ne sont pas répertoriées sur les cartes et l'eau est bien trop sale pour voir le fond, encore moins pour faire marcher le dessalinateur. Rajoutez à cela, l'absence de poissons, les marinas hors de prix, et la navigation hauturière ne nous a jamais autant séduits.

On n'a pas raté grand-chose finalement, puisqu'on a réussi à faire certaines escale (Port Canaveral, Charleston, Savannah...) et une fois dans la baie de Chesapeake on a pu naviguer jusqu'à Washington (une de nos étapes préférées), continuer vers le nord le long du canal de Delaware, puis Delaware Bay vers l'océan et enfin New York. Apres il y a eu le détroit de Long Island, et si on le souhaitait on aurait pu passer le canal de Cape Cod et continuer jusqu'à Boston et le Maine...pour faire demi-tour des que le pont commencerait à geler !

Un dernier point en ce qui concerne le problème des ponts. On peut toujours démâter, nous l'avons fait à Salvador (Brésil), et je peux vous dire que ce n'est pas une mince affaire. Mais comme le mat est plus long que le bateau, il faut alors le transporter, car si on le garde à bord ça devient impossible de manœuvrer dans les marinas ou des tournants assez serres. Notre conseil : laisser le mat en place, faire escale ou on peut et louer une voiture pour voir le reste !

Ceci dit, nous connaissons des gens qui ont adore prendre l'ICW. Ca n'aurait pas marche pour nous, c'est tout.

Ports of Call - Escales - USA
| | More
Photo updates !!
Voahangy
July 16, 2013,, Puerto Aventuras, Mexico

Hi All,

Yes this is one of these completely out of order update, to let you know that I have uploaded new photos. Check out the gallery for pics of Winter in Fort Lauderdale, and our past 6 months in Mexico. The stories are slow in coming, but they're coming !!!

Oui, oui, je sais, voici encore une mise a jour qui chamboule tous les billets, mais c'est juste pour annoncer que j'ai enfin actualise les photos. Alors allez faire un tour dans la gallerie, pour les images de Fort Lauderdale a Noel, et nos 6 derniers mois au Mexique. Les histoires prennent leur temps pour venir, mais ells sont en route. Promis!


| | More
Fort Lauderdale, our last US port
Voahangy
July 13, 2013,, Puerto Aventuras, Mexico

Fort Lauderdale, Nov 10 - Dec 31, 2012

When we arrived in Fort Lauderdale last spring, we actually handed the boat to Multitech and took off on a road trip to Orlando and the west coast. This time around, no one felt like sight- seeing so far away. With school and paperwork to finalise, the next leg to prepare for, and of course the never ending boat repairs, we decided to stay put at the dock (we had so many lines and fenders out, even the prospect of a day sail was too daunting!)

On the upside, staying in one place for a while, meant that we could get a feel for how the locals live, and with the lead up to Thanksgiving and Christmas we were all looking forward to join in the festive atmosphere. I instantly spotted The Fresh Market and decided to experiment with all the holiday produce on offer. It didn't take long for the boat to smell of cinnamon and pumpkin spices, be littered with scented pine cones! Even Terry put our new BBQ to the test, roasting a 10-pound turkey for Thanksgiving. When in Rome...

We were lucky enough to meet up with the Australian cruising family on REMI DE, who we met and last saw in the Bahamas in the spring. Like us, they were "stuck" for a few weeks, waiting for parts and paperwork for their dogs, so we ended up spending a lot of time together, Anne and Remi becoming inseparable. I blame Toni, a more avid shopper than me, who thinks nothing of driving for 90 minutes to Miami to check out yet another Mall, for corrupting me and encouraging me to buy more than I needed (if she reads this post, she will know exactly what I mean!)Still, it was all well intended and between REMI DE and us, we are now floating supermarkets and cafes and dare I say we will be the most popular boats in any anchorage! All Terry and Bruce could do was drink beer on our back deck watching us girls returning from our "not again!" provisioning sessions. Many meals were shared between our two boats, from our reunion Thanksgiving dinner, to Boxing Day, New Year's Eve and countless last suppers!

Being delayed allowed us to catch up with Graeme and Terri Brown, good friends from Cairns, who happened to be in Fort Lauderdale to embark on a cruise ship holiday. We always enjoy sharing our lifestyle with "land" friends, and this was no exception. It was great to show them our "new" boat (they've known us on other boats in Australia) and catch up somewhere other than home.

When we weren't out shopping, we tried out the local restaurants, up and down market: Pelican Landing, Southport Raw Bar, Gilbert's Grill (voted the best burger joint in F.L), topped with China Grill for Christmas Eve, are the most memorable.

While it is not my favourite town in the US, Fort Lauderdale has the merit of being a fun place to enjoy the beach, shop and generally escape from the dreariness of winter. In the Broward County, this is (along with the counties of Palm Beach to the north and Miami-Dade to the south) the wealthy, opulent and decadent region of Florida.
Beside enjoying the facilities at the Hyatt, the kids were regulars at the local swimming pool practising their diving skills, Marc spent every day at the hotel gym working on his 6-pack and making friends with some of the guests...by the end of our stay, he had a small group going with whom to socialise. That was a relief, since Anne had company with Remi for weeks, it had been pretty lonely for him at the start. But once school was over and he met other teenagers on holidays, Fort Lauderdale became his favourite playground. The clubs and bars may not have let him in, but it didn't stop him from hanging out on the beach and take in the "cool vibes" (his words).

It is not all glamour however, the urban sprawl extends for miles from the ocean side, and it is fair to say that while the Intracoastal Waterway is lined with hundreds (no, thousands!) of luxury homes, the further west you travel, the shabbiest the neighbourhood. We passed thru these ordinary districts as we headed for the highway or looking for specialised shops, but mostly we stayed around the waterways. These harbour billions of dollars in houses, megayachts complete with oil paintings, flat screen TVs, captained by full time professionals....with everyone seemingly outdoing each other! We spent endless hours in the dinghy exploring the canals and gawking at the expensive real estate, but as entertaining as it may be, there is no denying that this is a difficult place for any cruiser on a budget: anchorages are limited, marinas are expensive, dinghy docks are near impossible to find, or expensive when you do (thank god for the Raw Bar, who will let you park your tender at their dock in exchange for a $10 credit to be spent in their bar). Being at the Pier 66 marina, we became a dinghy dock ourselves for REMI DE and a few others anchored in Lake Sylvia nearby. One of the very few anchorages available on the ICW here, Lake Sylvia can be quite challenging for some cruisers: in the middle of an incredibly exclusive neighbourhood, it is large enough to accommodate a dozen boats, but they have to move around once in a while, for fear of the home owners ashore complaining (which they do, if your laundry hanging out is offensive, your dogs bark or you just block their view...). The water police is constantly checking, ready to fine boats with faulty lights ( or just not turned on!) or exceeding the speed limit (particularly in Manatee Zones). We heard lots of stories of yachties being harassed, and experienced our own version of US coast guard bullying once. We were returning from a fantastic night on REMI DE watching the Winterfest (a pre-Christmas boat parade on the ICW), and had dropped off Terri and Graeme at their hotel in the Bahia Mar marina complex. As we were about to enter Lake Sylvia's anchorage (300 meters from the Hyatt marina, where our boat was tied up), we were stopped by fully armed coast guards stating our dinghy was not registered. "That's right, officer, it's part of a foreign registered boat, where tenders do not need their own registration" (in the US, every tender needs its own registration. Some yachts try to get away with it, but a lot get caught by the time they arrive in Florida. Hence the reason you'll see a yacht registered in New York, for example, and its dinghy bearing a Florida rego number!) Not happy to be rebuked so easily, the Coast Guard then proceeded to ask where our life jackets were. "In the forward compartment, sir, see?" "Not good enough, you have to wear them while in the boat" (lucky Anne was wearing hers, he would have gone to town with it otherwise!). "Oh, and you're missing a navigation light". " Really? The rules said you only need a white light at the stern or the bow". "Well, not in Florida, sir, you need a tricolour (white, red, green)." By then, Terry, who had had a couple of drinks, was becoming aggravated with all this show of force, and I could see a standoff happening where we would not come out favourably. So, I flashed my best smile, poked our captain in the ribs, promised we would be law abiding visiting cruisers from now on, and thanked them for letting us go. Once on the boat, we reflected on how strange we'd enjoyed our stay in America all these months only to have one encounter with the USCG ruin the moment. Everywhere we'd been so far had been great, with easy going locals, helpful officials...

Maybe it is a Florida thing. With so many people moving here (close to 1000 each day according to promoters), and one in 20 residents owning a boat, the waterways are choked with traffic. It is said that between personal watercraft (jet skis) and luxury yachts, more money is spent on boating in Florida than any other State. It is no surprise then to find that Florida has its own boating regulations and its marine patrol has the power to enforce the laws. And it was our cue that it was time to move on!

Fort Lauderdale, 10 Novembre au 31 Décembre 2012

Quand nous sommes arrivés à Fort Lauderdale au printemps dernier, nous avons laissé le bateau à Multitech et sommes partis en excursion à Orlando et sur la côte Ouest. Cette fois ci, aucun de nous n'avait envie de partir aussi loin. Entre l'école, l'intendance, la préparation pour la prochaine navigation, et bien sur les travaux qui n'en finissaient pas, nous avons décidé de rester à quai (et on était tellement bien amarrés que même sortir en mer pour une journée relevait du défi !)

L'avantage de rester au même endroit pour un certain temps, c'était qu'on allait enfin avoir l'occasion de vivre comme les gens du coin et avec la journée du Thanksgiving et Noel approchant, nous étions tous impatients de vivre les fêtes à l'Américaine. J'ai immédiatement repéré le supermarché The Fresh Market et commence mes expériences culinaires avec les produits locaux. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, le bateau sentait la cannelle et les épices pour potiron, et les comptoirs étaient couverts de pommes de pin parfumées ! Même Terry a teste notre nouveau BBQ, en y cuisinant une dinde de 5 kilos pour Thanksgiving. Quand on est à Rome,...

Par chance, nous avons retrouvé la famille australienne à bord de REMI DE, que nous avions rencontrée et quittée aux Bahamas en Mai dernier. Comme nous, ils étaient « coinces » ici pour plusieurs semaines, en attente de pièces détachées et de papiers administratifs pour leurs chiens, nous avons donc passes beaucoup de temps ensemble, surtout Anne et Remi qui sont devenues inséparables. La maman, Toni, aime faire du shopping encore plus que moi, et trouve tout à fait normal de faire 1h½ de route pour se promener dans un centre commercial à Miami. C'est donc elle que je blâme pour m'avoir corrompue et encouragée à acheter plus que nécessaire (si elle lit ce billet, elle saura de quoi je parle !) Une proie facile il faut dire, mais tout s'est fait dans la joie et la bonne humeur. Et entre REMI DE et nous, nous sommes maintenant de véritables supermarchés et cafés flottants, j'ose même dire que nous serons les bateaux les plus populaires dans nos prochains mouillages ! Terry et Bruce ne pouvaient que siroter leurs bières sur le pont, en nous regardant déballer nos provisions (encore ?!). Nous avons partage pas mal de repas entre nos deux bateaux, de notre dîner de retrouvailles le soir de Thanksgiving, a Boxing Day (le lendemain de Noel), le réveillon du jour de l'an et d'innombrables derniers soupers !

Etre retardes n'était pas si mal que ça. Nous avons pu revoir nos amis de Cairns, Graeme et Terri Brown, qui se trouvaient à Fort Lauderdale pour commencer leur croisière (dans un paquebot !) On prend toujours plaisir à partager notre style de vie avec nos amis terriens et c'était une très bonne occasion pour leur faire découvrir notre nouveau bateau (ils connaissaient nos embarcations précédentes en Australie) et passer de bons moments ensemble dans une autre partie du monde.

A part les boutiques, nous avons essayé pas mal de restaurants locaux, certains décontractés d'autres plus chics : Pelican Landing, Southport Raw Bar, Gilbert's Grill (élu le meilleur restau de Hamburger a Fort Lauderdale), couronnes par China Grill au réveillon de Noel resteront les plus mémorables.

Même si Fort Lauderdale n'est pas ma ville préférée aux Etats-Unis, elle a le mérite d'être l'endroit idéal pour profiter de la plage, du shopping et plus généralement échapper a la tristesse de l'hiver plus au nord. Située dans le Broward County, c'est la région de Floride la plus riche, opulente et décadente (avec les counties de Palm Beach plus au nord et Miami-Dade plus au Sud).
Non seulement les enfants ont pu profiter des installations du Hyatt, mais ils se sont rendus régulièrement à la piscine olympique pour des entrainements de plongée, Marc était à la salle de gym tous les jours pour travailler ses abdos et y rencontrer des amis...à la fin de notre séjour, il avait une petite bande de copains avec qui s'amuser. A notre grand soulagement il faut dire, car si Anne avait de la compagnie avec Remi pendant des semaines, Marc se sentait un peu seul au début. Mais une fois l'école finie, il a fait la connaissance d'autres jeunes en vacances, et Fort Lauderdale est devenu son terrain de jeu préféré. Certes, il ne pouvait pas entrer dans les clubs et les bars, mais ça ne l'a pas empêché de trainer à la plage et apprécier l'ambiance « cool » (ses mots).

Tout n'est pas aussi fascinant cependant, l'expansion urbaine s'étend sur des kilomètres a l'ouest du littoral, et je reconnais que alors que l'Intracoastal Waterway (ICW) est bordée de centaines (non, de milliers !) de propriétés de luxe, plus on se déplace vers l'intérieur, plus les quartiers deviennent miteux. On a traversé ces coins la pour rejoindre l'autoroute ou à la recherche de boutiques spécialisées, mais la plupart du temps on s'est cantonnes autour des canaux. Là on y trouve des milliards de dollars en immobilier, des megayachts meubles et décorés de tableaux, TVs a écran plat, sans compter les équipages professionnels...tout ce beau monde essayant de faire mieux les uns que les autres ! Nous avons ainsi passe des heures en annexe à explorer les canaux et admirer bouche bée ces maisons luxueuses, mais aussi divertissant que ce soit, il faut se rendre à l'évidence : ce n'est pas le meilleur endroit pour des plaisanciers au budget modeste. Les mouillages sont limites (en nombre et en taille), les marinas sont chères (surtout en hiver), les pontons pour annexes sont rares et hors de prix quand on en trouve (encore heureux, le Raw Bar accueille les annexes moyennant $10 que l'on peut échanger contre une boisson dans leur établissement). Etant à la marina Pier 66, nous-mêmes sommes devenus un ponton pour l'annexe de REMI DE et d'autres qui mouillaient pas loin de nous, dans le lac Sylvia. Ce lac est un des rares mouillages disponibles le long de l'ICW et peut présenter quelques problèmes pour certains bateaux : situe en plein milieu d'un voisinage ultra chic, il est assez large pour accommoder une dizaine de bateaux, mais ceux-ci doivent bouger de temps en temps, de peur de s'attirer les contrariétés des riverains (qui se plaignent souvent du linge qui pend sur les filières, des chiens qui aboient, ou simplement d'avoir leur vue bloquée..). La police maritime est constamment à l'affut, prête à coller des amendes pour des feux défaillants (ou simplement éteints !) ou des dépassements de limites de vitesse (surtout dans les zones a lamantins). Beaucoup de plaisanciers nous ont fait part de cas de harcèlements et nous avons eu nous-mêmes un petit accrochage avec les US Coast Guards un soir. De retour en annexe d'une soirée sur REMI DE a regarder la Winterfest (un défilé de bateau sur l'ICW avant Noel), on venait juste de déposer Terri et Graeme devant leur hôtel a la marina de Bahia Mar. Alors qu'on s'apprêtait à rentrer au mouillage dans le lac Sylvia (à 300 mètres du Hyatt ou on était amarres), voilà que les USCG nous arrêtent armes jusqu'aux dents, et déclarant que notre annexe n'était pas immatriculée. « C'est vrai, monsieur, car elle appartient à un bateau de pavillon étranger, qui n'a pas besoin d'immatriculation séparée » (aux Etats-Unis, toutes les annexes doivent avoir leur propre immatriculation. Certains bateaux essayent de contourner la loi, mais beaucoup se font prendre une fois arrives en Floride. C'est pour ça que vous voyez un voilier immatriculé a New York par exemple, et son annexe porte un numéro de Floride !). Le Guarde Cote, ne s'attendant pas à une repartie si facile, s'est alors intéressé a nos gilets de sauvetage, ou étaient-ils ? « Dans le compartiment à l'avant, les voilà, tout prêts, monsieur ! » « Ça ne suffit pas, il faut que vous les portiez quand vous êtes à bord » (heureusement qu'Anne portait le sien, ça aurait été une amende assurée !) « Oh, et il vous manque un feu de navigation » « Ah bon ? Le règlement dit qu'un feu blanc suffit, à l'avant ou à l'arrière » « Non, pas en Floride, monsieur, ici il vous faut les 3 couleurs (blanc, rouge et vert) » Entre temps Terry qui avait consomme quelques bières, commençait à s'exaspérer devant cette démonstration de force et j'ai pressenti un affrontement dont on ne serait pas sortis vainqueurs. J'ai donc affiche mon plus beau sourire, donne un coup de coude à notre skipper, promis qu'on serait des plaisanciers respectueux des règles a l'avenir et remercie ces messieurs de nous laisser rentrer. Une fois sur le bateau, on s'est fait la réflexion qu'après avoir passé des mois fantastiques en Amérique, il suffisait d'une rencontre malheureuse avec les USCG pour gâcher nos impressions. Jusque-là notre périple avait été sans histoire partout où nous sommes allés...

C'est sans doute particulier à la Floride. Tant de gens viennent s'y installer (1000 personnes par jour, selon les promoteurs), et avec 1 résident sur 20 possédant un bateau, les voies navigables sont bouchées le weekend. Apparemment, entre les jetskis, hors-bords et megayachts, les dépenses nautiques sont plus importantes en Floride que dans n'importe quel autre état. Ce n'est donc pas étonnant que la Floride ait sa propre règlementation et une police dument habilité à faire respecter la loi. Pour nous, c'est le signal qu'il est temps de partir !

Ports of Call - Escales - USA
| | More

Newer ]  |  [ Older ]

 

 
Powered by SailBlogs