SailBlogs
Bookmark and Share
Steen Rally
Follow us on our sailing adventure from France to Australia
Cuba, Part 3 - A day in Havana
Voahangy
August 28, 2013,, Puerto Aventuras, Mexico

Cuba, La Havana, Jan 8, 2013

Are you ready for a day trip in La Havana? Let's go.

Armando picked us up from the marina around 9am and we proceeded to head east thru the neighbourhoods known as Playa and Miramar. This is a fairly prestigious area, where the old pre-revolution mansions now house foreign embassies, business travellers come in to attend conventions, and several specialised medical institutes are located. It reminded us of Florida, with a mix of (once) luxurious residences and more modest motel-style dwellings. Yet behind the broad avenues lined with exotic trees, some of the more proletarian housing schemes are visible, a reminder that Florida though only 90 miles further north, may as well be 5000 miles away!.

To call the architecture style eclectic is an understatement. Armando described it best: Spanish influence in the Old Town, American art deco along 5th Avenue, and plain Soviet ugliness in other places. Nothing could have prepared us for the latter: starting with the Russian embassy, an unmistakable 15-story abomination that looks like a giant robot made out of Lego blocks! We drove along the Malecon, Havana's main esplanade, and considered the "most soulful and quintessentially Cuban thoroughfare" according to our guide book. I honestly didn't know what to think: traffic while not dense, was a messy dance of 1950's Buicks, late model Kias, belching Chinese buses and roaring taxis. The waterfront is a mishmash of austere Soviet-era concrete apartment blocks, more modern but equally ugly glass-and-steel high-rise buildings (including the US interest Section with its high security fence around it) and whatever magnificent buildings are left. These faced so much decrepitude, demolition or irrevocable damage that they've been given special status by the city in a restoring effort.

Armando must have seen the look on our face, and assured us that Havana Vieja (Downtown) was better. And he was right. He walked us thru the main streets, pointing to landmarks worth visiting, sketching a rough itinerary as we arranged to wander around by ourselves and be picked up later in the afternoon.

I'll be the first to admit, Old Havana is a must to see. The area is small (4 square miles) but packs in lots of sights and architectural treasures, going back to the 16th century. I read that the Old Town alone contains over 900 buildings of historical importance, but with only a few hours available, our Lonely Planet guide on hand, we decided to walk around the 4 main squares: Plaza de las Armas, Plaza Vieja, Plaza de San Francisco de Asis and Plaza de la Cathedral. Narrow cobbled streets link these squares, all within strolling distance. And strolling is what we did, this is not a town to visit in a hurry (even if time short, like us). We were surrounded with gems of Spanish colonial architecture, much unfortunately crumbling away but some buildings have been restored to their former glory thanks to the ongoing effort of the City Historian's Office. Mostly funded by UNESCO, the historical district is undergoing a massive rehabilitation program which on the positive side allows visitors to admire some of the finest urban edifices in the Caribbean's, but on the negative side means that parts of the city are cordoned off as construction sites noisy with jackhammers making ready for piles of new cobbles! Still, it is undeniably charming with flowering balconies, gorgeous colonial facades behind which hide art shops, restaurants, museums,...

Talking about museums, since we could only visit one, we had a coin toss. I was going for the Museo de la Revolucion but the others won and we ended up at the Museo de Navegacion, which is housed in the oldest existing fort in the Americas and overlooks Plaza de Armas and the Bay of Havana. It was all about the history of the Old Town, gold coins and the connections with the Spanish Empire, but what we'll remember most is our encounter with the museum attendant who befriended us and took our photo expecting a tip in return. We gave her one, but then she wanted to change 10 euros she obviously had been given as a tip, for CUC. That annoyed me: why don't tourists give local currencies in the first place, surely the locals have other things to do than run to the bank and change money!! Anyway, we all agreed to no more favours after that.

Lunch was at El Patio: a real tourist place, where big groups of European and Canadian tourists eat, herded in by guides on commission. The food was OK, but expensive (CUC113 for the 4 of us, no kids' meal) and definitely NOT what locals would eat. First, they can't afford the meat and cheese; second, the congri (rice and beans) presentation was way too fancy. I would have been happier to find somewhere more "authentic" but we were lured by the stunning setting, in the Plaza de la Catedral, and ended up lingering for ages, watching street theatre at its best: cigar smoking habaneros laughing their heads off, young couples breaking into a spontaneous dance while a local band played on!

The rest of the afternoon was spent venturing along the harbour, sampling coffee here, sipping mojito there, and wandering thru more old streets towards Centro Havana and the Capitol. That was an eye opener: vintage cars with loud engines, thick diesel fumes, smelly drains, buildings being restored, narrow streets. As we left the UNESCO's funded area, it got worse: pot holes everywhere (mental note: watch where you walk, no wonder travel insurance is compulsory), abandoned scaffolding taken over by vines and trees, less tourists and more locals, and yet more mildewed buildings. Ok, I realise I am going on about the buildings, but the frustration was becoming overwhelming. Splendour is everywhere, it's obvious. In the culture, the architecture. It's just buried under years of poverty and neglect. It broke our heart to see the Capitolio Nacional, once Havana's most grandiose building, and similar to the US Capitol Building in Washington DC, fallen in total disrepair, with its tall windows taped with wooden boards. It was closed for restoration at the time, so hopefully will be brought back to what it used to be. How what was obviously a glorious city before has been allowed to decline so much, is hard to comprehend to us, was close to depressing even ( and will take an entire post to try to make sense out of it). Yet, the streets are vibrant and bustling. Locals go about their own business seemingly happy, calling out to each other, playing chess, running for the bus,...ordinary city life!

The kids were real troopers, trying to take it all in: the museum was in Spanish, they were being approached constantly by hustlers (Marc has become very cold towards them, after striking a "friendly" conversation with a local and being asked for CUC5 or his watch "now that we're friends"!). We ended up having serious discussions about politics, socialism vs capitalism, the meaning of embargo, etc...realising that we don't have answers for everything. I wonder what they will retain of this visit when they return to Australia.

When Armando picked us up, he took us on a different route. First thru Centro Havana, a popular neighbourhood devoid of tourists, where it seems life has not changed much since 1959. The streets closer to the centre are lined with the now commonly run down baroque building, where people go about their lives on foot, tricycles, old cars, or in smoke spewing buses, laundry hangs out the windows, pirated DVDs are on offer on make shift racks ... As we drove along, we reached the Vedado Hill, where the University of Havana is located. Vedado is another congested area, not only with traffic, but also with Cuba's version of skyscrapers, mostly inspired by the art-deco buildings of Miami and New York. And indeed, as in Miramar earlier, there is a US feel here more than anywhere else in the Cuban capital, remnants of the pre-revolution times when this district was a playground for American mobsters, actors and gamblers. Armando pointed to the more notable buildings, each having its own story: Hotel Capri, Edificio Focas, Hotel Nacional, Hotel Habana Libre,...the latter still operate as expensive tourist joints by the government (which is the case for all hotels!) As we headed further away from downtown, the buildings shrank and most of what looked like 1950s mom- and- pop style motels in the morning, turned out to be theatres, nightclubs, paladeras (private restaurants) catering for the relatively wealthy neighbourhood of Miramar. Armando offered to drive us back there if we wanted a night out, but after the sensory overload of the day, all we wanted was some peace and quiet on the boat (in hindsight, given a day of rest, and knowing what to expect, it would have been fun to sample a bit of Havana's nightlife...Oh well, can't have it all!)

On a more positive note, the one thing we noticed is how safe the place is. Security is a big thing for us, and both at the marina and in town, we never felt intimidated. Annoyed, yes. But, threatened, no. The government's zero tolerance to drugs, according to Armando, means that narcotics are nowhere near a problem as in other countries. That's a relief. I wonder about alcoholism though, since every Cuban we saw seemed quite partial to either beer or rum (straight up).

So, here you have it: a day in Havana. Next on the list, is a few days filled with (hopefully) greenery, in the country side. Stay tuned!

Cuba, La Havane, 8 Janvier 2013

Prêts pour une journée à La Havane? C'est parti.

Armando est venu nous chercher à la Marina vers 9h et on s'est dirigés vers les banlieues de Playa et Miramar. Ce sont des quartiers assez huppes, ou les palaces de la période prérévolutionnaire abritent maintenant les ambassades étrangères, les hommes d'affaires viennent assister à des conférences, et où se trouvent également les instituts médicaux spécialisés. On se serait crus en Floride, avec ce mélange de résidences luxueuses et de bâtiments plus modestes dans le style motel. Sauf que au-delà des belles avenues bordées d'arbres exotiques, on peut discerner des lotissements nettement plus prolétaires ; nous rappelant que les 90 miles nautiques séparant Cuba de la Floride, pourraient tout autant être 5000 !

Le moins qu'on puisse dire c'est que le style architectural est éclectique. Armando nous l'a parfaitement décrit : Influence espagnole dans la vielle ville, américaine art déco le long de la 5eme avenue, et laideur soviétique partout ailleurs. C'est vrai qu'on ne s'attendait pas à la dernière : à commencer par l'ambassade russe, une horreur de 15 étages qu'on ne peut pas rater et qui ressemble à un robot géant fait de Legos ! On a continué le long du Malecon, le front de mer de La Havane, et considéré comme « la voie la plus typique et expressive dans tout Cuba » d'après mon guide de poche. Franchement, je ne savais pas quoi penser : même si le trafic routier n'était pas dense, il n'en restait pas moins chaotique avec des Buicks de 1950 côtoyant des Kias dernier modèle, elles-mêmes évitant les bus chinois qui crachaient leurs gaz d'échappement, sans compter les taxis vrombissant a tout allure. Le front de mer est un méli-mélo d'immeubles en béton remontant à l'austère période Soviétique, d'autres plus modernes mais tout aussi moches faits de verre et d'acier (dont la Section des Intérêts US qui en plus est ceinturée par une clôture de sécurité) et du peu qu'il reste des beaux édifices. Ce qui n'est pas beaucoup. Certains, menaces par la décrépitude, la destruction et des dégâts irréversibles, se sont vus attribues un statut spécial par la ville, dans un effort de restauration.

Armando a dû voir notre tête effarée, et nous a assuré que Havane Vieja (la Vieille Ville) était beaucoup mieux préservée. Et il avait bien raison. Il nous a promenés à travers les rues principales, indiquant les sites à visiter, nous traçant un itinéraire sommaire. Souhaitant nous balader par nous-mêmes dans la ville, nous avons convenus d'un point de rencontre pour plus tard dans l'après-midi.

Je dois bien l'avouer, la Vielle Ville de la Havane vaut le détour. Le quartier historique est limite à 6 kilomètres carres, mais regorge de sites et trésors architecturaux remontant au 16e siècle. J'ai lu quelque part que la Vieille Ville à elle seule comporte plus de 900 édifices historiques, mais ne disposant que de quelques heures, armes de notre guide Lonely Planet, nous avons décidé de nous concentrer sur les 4 places principales : Plaza de las Armas, Plaza Vieja, Plaza de San Francisco de Asis et Plaza de la Catedral. Elles sont toutes reliées par des petites rues plus ou moins mal pavées, propices à la flânerie. Flâner, c'est la meilleure chose à faire ici ; ce n'est pas une ville à parcourir en hâte (même quand on est à court de temps comme nous). Ce sont de véritables joyaux de l'architecture coloniale espagnole qui vous entourent, dont certains malheureusement tombent en ruine mais d'autres ont la chance d'être restores grâce aux efforts de l'Office Historique de la Ville. Finance en majorité par l'Unesco, le quartier historique est en train de subir un énorme programme de réhabilitation qui d'un cote permet aux visiteurs d'admirer certains des édifices urbains les plus beaux des Antilles, mais d'un autre transforme certains coins en chantiers qui résonnent au son des marteaux piqueurs, faisant place pour des piles de nouveaux paves ! Ça ne nous a pas empêché de tomber sous le charme des balcons fleuris, des superbes façades coloniales derrière lesquelles se trouvent prêtés à découvrir boutiques d'art, restaurants, musées...

Justement, en parlant de musee, puisqu'on n'avait le temps que pour une visite, le choix s'est fait à pile ou face. J'aurais aimé voir le Musee de la Révolution mais les autres ont gagné et on s'est retrouvés au Musee de la Navigation, qui se situe dans le plus vieux fort des Amériques et surplombe la Plaza de Armas et la baie de la Havane. Je vous passe l'histoire de la Vieille Ville, les pièces en or et la connexion avec l'empire d'Espagne. Notre visite restera mémorable pour la rencontre avec la gardienne qui nous a accoste et offert de prendre notre photo contre un pourboire. Nous lui en avons donné un, bien sûr, puis elle a demandé à ce qu'on lui échange 10 euros, donnes en pourboire par d'autres touristes, contre des CUC. Ça, ça m'a agace : les touristes ne peuvent-ils pas donner de la monnaie locale ? les cubains ont bien d'autres choses à faire que d'aller faire la queue au bureau de change ! Bref, ce fut une leçon : on ne rend plus service a personne à l'avenir, on sait quand ça commence mais jamais ou ça va finir....

Le déjeuner fut à El Patio : un nid plein de touristes, surtout des groupes de Canadiens et Européens menés par des guides payes à la commission. La table était convenable, mais cher (113CUC pour nous 4, sans menu enfant) et surtout loin de servir des plats régionaux. Non seulement le cubain moyen n'a pas les moyens de s'offrir du jambon et du fromage, mais la présentation du congri (riz et haricots), plat national, était beaucoup trop élaborée. J'aurais préféré un restaurant plus « authentique » mais on s'est laisses séduire par le cadre renversant, autour de la Plaza de la Catedral, et on a fini par passer des heures à regarder le monde passer, un vrai théâtre de rue : des fumeurs de cigares qui rient aux éclats, de jeunes couples se mettant à danser au son de l'orchestre du restaurant !

Nous avons passé le reste de l'après-midi à trainer le long du port, gouter un café ici, siroter un mojito la, déambuler dans d'autres vieilles rues vers Centro Havane et le Capitol. Quelle scène : des voitures d'époque aux moteurs rugissants, les fumées de pots d'échappement, les bouches d'égout qui sentent mauvais, des immeubles en plein travaux, les rues aussi étroites que des allées. C'était pire quand on s'est éloigné de la zone financée par l'UNESCO : des nids de poule partout (attention ou vous marchez, je comprends maintenant pourquoi une assurance voyage est nécessaire), les échafaudages abandonnes aux lianes et aux mauvaises herbes, moins de touristes, plus de cubains, et encore et toujours des immeubles moisis. Oui, je sais, je n'arrête pas de parler des bâtiments, mais c'est que ça devenait vraiment frustrant. La splendeur est partout, c'est évident. Que ce soit dans la culture ou l'architecture. C'est juste qu'elle a été laissée à l'abandon et enfouie sous des années de pauvreté. La vue du Capitolio Nacional nous a fendu le cœur. Un des édifices les plus grandioses de La Havane, et quasi similaire au Capitole de Washington DC, il est en piteux état, avec ses grandes fenêtres remplacées par des planches. A tel point qu'il était ferme pour restauration lors de notre visite, en espérant voir des jours meilleurs...On a eu beaucoup de mal à comprendre comment une ville au passe si glorieux a pu connaitre un tel déclin. C'en était presque déprimant (et fera l'objet de tout un billet pour tenter de mettre un sens à tout ça). Et pourtant les rues sont pleines de vie et grouillent de monde. Les gens vaquent à leurs occupations, semblant être heureux, ils s'interpellent, jouent aux échecs en plein air, courent après leur bus,...une vie de citadins quoi !

Les enfants, en bons petits soldats, ont essayé de tout assimiler du mieux qu'ils ont pu : non seulement le musee était en espagnol, mais ils se sont fait constamment harcelés par des arnaqueurs (Marc fait d'ailleurs preuve d'une certaine froideur a leurs égard maintenant, après avoir entamé une conversation amicale avec un cubain et s'être fait demande de faire don de 5CUC ou sa montre, en gage d'amitié !) Ca a généré de sérieuses discussions sur le thème de la politique, capitalisme contre socialisme (ou communisme), la signification de l'embargo,...et la réalisation que l'on n'a pas réponse a tout. C'est à se demander ce qu'ils retiendront de cette visite, une fois rentres en Australie.

Une fois récupérés par Armando, nous avons pris une route différente. A commencer par Centro Havane, un quartier populaire, pas touristique du tout et ou la vie n'a pas l'air d'avoir changée depuis 1959. Les rues sont bordées de bâtiments de style baroque (délabrés cependant), ou les gens se croisent a pieds, en tricycle, dans leurs anciennes voitures ou des bus, le linge pends a l'extérieur des fenêtres, des DVD pirates sont en offre sur des rayons fait maison...Puis, un peu plus loin, nous avons atteint la colline de Vedado, ou se situe l'Université de la Havane. Vedado est un autre quartier non seulement embouteille, mais aussi bourre de gratte ciels version cubaine, inspire par les édifices art déco de Miami et New York. Et tout comme à Miramar plus tôt, on se serait senti presque comme aux US, tellement il reste des vestiges du temps ou ce quartier était le fief des mafieux américains, des acteurs et des joueurs. Armando nous a indiqué les bâtiments les plus notoires, chacun ayant sa propre histoire : Hôtel Capri, Edificio Focas, Hôtel Nacional, Hôtel Habana Libre...ces deux derniers étant de nos jours des hôtels de luxe gérés par le gouvernement (comme tous les hôtels d'ailleurs). Plus on s'éloigne du centre, plus les bâtiments sont petits et la plupart de ceux qui ressemblaient a des motels ce matin se sont avérés être des cinémas, des clubs, des paladeras (restaurants prives) s'adressant à la clientèle aisée de Miramar. Armando nous a proposé de nous ramener ici si on voulait passer une bonne soirée, mais après la surcharge sensorielle de la journée, tout ce qu' ; on souhaitait c'était être au calme sur le bateau (avec le recul, un jour de repos et sachant a quoi s'attendre, ça aurait été amusant de faire « Havane by night »...bon, on ne peut pas tout avoir !)

Finissons sur une note positive, La Havane est une ville sure. C'est toujours un critère important pour nous, et que ce soit en ville ou à la marina, nous ne nous sommes jamais sentis intimides. Enerves et agaces, oui. Menaces, non. Le gouvernement n'ayant aucune tolérance pour les trafiquants de drogue, selon Armando, fait que les problèmes de narcotiques sont bien moindres que dans d'autres pays (c'est la ligne officielle en tous cas). On est soulages donc. Pas si surs pour l'alcoolisme par contre, vu que les cubains semblent avoir une faiblesse pour la bière et le rhum (cul sec !)

Et voilà : La Havane en une journée. Prochaine excursion : la campagne et quelques jours au vert. Alors a bientôt !

Ports of Call - Escales - Cuba
| | More
Cuba, Part 2 - Finding our feet
Voahangy
August 15, 2013,, Puerto Aventuras, Mexico

Cuba, La Havana , Jan 7, 2013

Our first day in Cuba was spent exploring our surroundings in Marina Hemingway. Built in 1957, the marina is located 10 nm south west of La Havana. It consists of 4 man-made channels, with concrete docks; it is like a gated compound where most foreign boats check in and stay while the crews discover the island by car. That seems to be the preferred option anyway, when pressed for time (remember you need to check in at every port if cruising).

The overwhelming impression is that everything is so run down: the marina grounds look like weed filled empty lots, the nearby hotel Acuario is only half full and some of the rooms look like they're falling apart, the playground is made of a couple of waterslides with rusty ladders, and generally the place could do with some serious maintenance.

Having said that, the people don't seem to mind, and being Sunday, the Cuba Automotive Club had organised a party on the marina grounds and a large group of vintage cars were assembled in the car park. Terry immediately decided he loved the place, watching all these Buicks, Plymouth and more, restored to their former glory and racing each other. The bar was open and thriving; dozens of family were either swimming, drinking, or dancing to very loud salsa music. I can't remember seeing such happy party goers since Brazil, 5 years ago!

Next day's mission was to exchange some money; no mean feat as the closest "normal" bank is driving distance, but we'd been told by other cruisers (Australians as well!) that there is a "hole in the wall" (i.e. ATM) in the nearby village 15mn walk away. So Terry and I went on our little adventure, leaving the compound and mixing with the locals, getting lost looking for the ATM, asking 3 different people (my Spanish is shocking!) and worrying that we'd attracted too much attention already! When we did locate the ATM, we found out that we really should have queued across the road at the money exchange office which is nothing more than a tiny booth. There was no line as such, people ask who the last person to arrive (ultimo) was and that's how you know where your place is. Welcome to the waiting game, something Cubans seems to be good at. We used the time to study the exchange rate and work out which currency was best to use. But let me first brief you on the currency situation in Cuba: 2 currencies circulate in the country, convertible pesos (CUC$ pronounced COOKS) and Cuban pesos. Most things tourists pay for, are in CUC (marina fees, rental car, tours, internet...). Cuban pesos are what the locals are paid in and used mostly for local purchases, such as electricity, fresh fruits and vegetables. Currently ( January 2013), 1CUC$ = 25 pesos. I won't get into the details of the double economy which results from the dual currencies (that's a whole post on its own!), but suffice to say that CUC prices are similar to US prices, and pesos are well...25 times cheaper! To make things more confusing, foreign currencies like euros, Canadian dollars and British pounds attract a better rate than US$, the latter attracting an extra 10% penalty rate in addition to the commission, in response to the US embargo. Luckily we had left over euros from our days in the Caribbean's so managed to get ahead. Much to Terry's amusement (and the locals as well), I decided to embark into a Spanish language immersion programme. It means that I tried my bad Spanish on every Cuban I encountered, fumbling my way through. This method actually yielded some results, and the money exchange staff thought it hilarious when I insisted on counting the money in Spanish, or asked them to translate for me sentences like "I am French, my husband is Australian". Never mind the fact that the queue outside grew and grew...

Still, in spite of my efforts, the language barrier is the main reason we decided to book a private guided tour for the next few days, instead of catching a bus and discovering the town on our own. As Terry said, we have less than 2 weeks in Cuba (thanks to Pantaenius), and really don't want to spend our time getting lost, missing interesting places or worst ending in places we shouldn't be. Besides there is nothing like local knowledge, so on recommendation of the marina Dockmaster, we hired Armando, who will be our tour guide for the next few days.


Cuba, La Havane - Premiers repères...7 Janvier, 2013

Notre premier jour à Cuba fut consacré à la découverte de la Marina Hemingway et ses environs. Construite en 1957, la marina est située à 10 miles nautiques à l'ouest de La Havane. Elle est composée de 4 canaux creuses dans la roche, et des pontons en béton, et n'est rien d'autre qu'une zone de plaisance clôturée ou la plupart des bateaux étrangers arrivent et demeurent pendant que les équipages s'en vont explorer l'ile en voiture. Ça semble être l'option préférée en tout cas, quand le temps est limite (surtout lorsqu'il faut se faire contrôler à chaque port, si on navigue).

L'impression dominante est celle d'un délabrement total : les espaces entourant la marina ressemblent à des terrains vagues pleins de mauvaises herbes, l'hôtel avoisinant, l' Acuario, n'est qu'a moitié plein, certaines des chambres ont carrément l'air de tomber en ruine, et l'aire de jeu ne comprend que 2 toboggans aux échelles rouillées. Bref, tout aurait besoin d'un bon entretien.

Ceci dit, ça n'a l'air de gêner personne, et comme on était un dimanche, le Club Automobile de Cuba avait organisé un rassemblement à la marina, avec un certain nombres de voitures classiques exposées dans le parking. Terry est tout de suite tombe sous le charme, admirant les Buick, Plymouth et autres modèles, toutes bichonnées par leurs propriétaires et se faisant la course sur la route d'accès. Le bar battait son plein, des dizaines de famille se baignaient, prenaient un verre ou dansaient au son d'une salsa endiablée. C'était une scène qui m'a rappelé notre séjour au Brésil, il y a 5 ans, ou les gens y étaient aussi heureux de faire la fête !

Par contraste, la mission du lendemain fut d'aller changer nos sous, ce qui n'était pas une mince affaire vu que la banque la plus proche était à une certaine distance en voiture. Par chance cependant, un autre équipage (australien de surcroit !) nous a indiqué l'existence d'un distributeur de billet dans le village d'a cote, a 15 minutes de marche. C'est donc ainsi que Terry et moi sommes partis à l'aventure, a l'extérieur du « camp » pour nous mêler aux habitants du coin. On s'est perdus à la recherche du distributeur, non sans avoir demande a 3 personnes différentes (mon espagnol est affreux !) et commence à nous inquiéter d'avoir attiré l'attention ! Quand nous l'avons enfin trouve, nous avons commencé à faire la queue comme tout le monde pour découvrir qu'on était dans la mauvaise file, en fait on aurait dû traverser la rue et nous rendre au bureau de change qui n'est rien d'autre qu'un minuscule guichet. La file d'attente n'est pas vraiment identifiable, ici les gens demandent qui est la dernière personne arrivée, et c'est ainsi qu'on prend sa place. Bienvenue au monde de l'attente (attentisme, c'est un mot ?), un univers que les Cubains ne connaissent que trop bien. Nous avons passé le temps à étudier les taux de change et décidé quelle monnaie échanger. Mais d'abord, laissez-moi vous expliquer la situation monétaire à Cuba : 2 monnaie circulent dans le pays, les pesos convertibles (CUC$, prononces COOKS) et les pesos cubains. La plupart des services touristiques se paye en CUC (marina, locations de voitures, tours, internet,...). Les pesos cubains sont destinés à la consommation locale, que ce soit les salaires ou le payement de l'électricité, fruits et légumes...le cours actuel (en janvier 2013) est 1CUC$=25 pesos. Je ne vais pas m'étendre sur la double économie qui découle de cette situation (ca mérite un article entier!), mais sachez que les prix CUC sont similaires au prix américains, et les pesos sont...25 fois moins chers ! Pour ajouter à la confusion, les monnaies comme l'euro, le dollar canadien et la livre anglaise s'échangent à un meilleur taux que le dollar US, ce dernier attirant 10% de pénalité en plus de la commission, en représailles contre l'embargo économique. Heureusement qu'il nous restait des euros de notre séjour aux Antilles, ils nous ont bien servis.
Au grand amusement de Terry (et des Cubains aussi), j'ai décidé de me lancer dans un programme d'immersion totale en espagnol. Ça veut dire que j'essaye mon mauvais espagnol sur toutes les personnes que je rencontre, baragouinant plus qu'autre chose. Chose surprenante, cette méthode porte ses fruits et le personnel du bureau de change a bien rigole quand j'ai insisté pour compter les billets en espagnol, ou même demande la traduction de phrases comme « Je suis française, mon mari est australien ». Personne ne s'est soucie, pendant ce temps, de la queue a l'extérieur qui s'allongeait.....

Malgré mes efforts, la barrière de la langue est telle que nous avons décidé de faire appel à un guide prive pour nos prochaines excursions, au lieu de prendre le bus et visiter la ville nous-mêmes. Comme dit Terry, nous n'avons que 2 semaines pour voir Cuba, et franchement on n'a pas vraiment envie de perdre notre temps à nous égarer, rater des endroits intéressants ou encore nous retrouver là où il ne faudrait pas. Et puis, on apprécie toujours le point de vue local, c'est donc après la recommandation du capitaine du port, que nous avons engagé Armando, qui sera notre guide pour les prochains jours.

Ports of Call - Escales - Cuba
| | More
Cuba, Part 1 - Checking in
Voahangy
August 8, 2013,, Puerto Aventuras, Mexico

Cuba, La Havana, Jan 6

Cuba. A long awaited stopover. It's not so much that we always dreamed of going there, but more the fact that with only 90 nautical miles separating Key West and La Havana, we saw an opportunity to visit a country that seems to be lost in its own bubble. We all had our own ideas about the place: Terry, very pragmatic, having lived thru the "Cuban Missile Crisis" and myself, romantically associating the island with old men sipping rum and chomping on cigars, sexy ladies swinging to salsa music, all under the watchful eyes of Fidel Castro, one of the last revolutionary figures. These different preconceptions are very much reflected in our impressions of Cuba, which I will describe in the next series of posts. But before I even take you on the island, let me tell you what it took to get there!

Being Australian and French passport holders cruising on an Australian registered vessel, we were not subject to travel restrictions, as Americans have been since the introduction of the US economic embargo, half a century ago now. However the boat is insured with an American company (Panteanius), a decision we made 2 years ago, when we discovered that the Public Liability coverage offered by European brokers while in US waters, was grossly inadequate. So, all was well until we mentioned sailing to Cuba, and realised that American insurance companies are bound by the terms of the embargo and ours would not cover us. You know us, we'll skip on certain things, but not boat insurance. So, after a few weeks of looking for alternative coverage, Pantaenius finally came up with a solution: their German office would cover us for 2 weeks, by way of an added endorsement to our existing policy, and an extra $1000 premium. We debated for a few days the worthiness of the exercise, only to finally decide it would be better to regret going there, rather than missing out on the opportunity...

Boat insurance sorted, the other big issue was provisioning. Advised that Cuban grocery stores have very slim pickings, we set out to fill every locker, fridges, and bilges, with food, spare parts, books, toiletries and school supplies. The idea was to be self-sufficient for a few weeks (even months) and also have extra stuff in case we needed to trade or wanted to donate.

So, we left Fort Lauderdale on January 4th, at 2am, bound for La Havana. A day too late to enjoy a good breeze, according to Terry, as we had to put up with no wind and stayed 3nm off the coast to avoid the current. The first few hours were stressful, dodging a lot of traffic. We had a near collision at 5am, off Miami, when a powerboat on an opposite course headed straight for us. I woke up to the sound of horns blasting, engines roaring in reverse , skipper yelling out, not a happy scene...someone must have slept at the wheel. Add to this hundreds of fish traps (thought there were millions in New England and Chesapeake, but there is more down the Florida Keys!), and you find yourself watching constantly. By the end of the first day, we realised that we would not make landfall in Havana in daylight, as planned, so we decided to stop in Tavernier Creek, at the northern end of the Florida Keys. Another reason was that our starboard engine had overheated and stopped, so Terry dove under (once anchored) and found fishing rope tangled around the propeller shaft. Hopefully, that was the reason for the overheating and nothing more serious. The water was so beautiful there, the kids took their first swim in 8 months! I so wish we could have taken our time gunk holing our way down the keys...
The wind came up to 30 knots for the rest of the crossing, it was only a matter of time before we reached the Gulf Stream and when we did ( against us!) our boat speed dropped to 5 knots. With wind vs. current, it was a rough ride and we couldn't wait to spot the Cuban coastline. We finally arrived on January 6th docking at Marina Hemingway at noon.

It was a Sunday, we tried to raise Guarda Frontera and marina personnel on VHF as instructed by the guide book, but no answer. So we thought we'd show up anyway, prepared to spend all day at the despacho dock. We needn't have worried: the whole gang was there to welcome us (someone is watching!).

First came the doctor who didn't enquire if anyone was sick, but asked to see our first aid kit and insisted we showed him our antibiotics and aspirin!

Second were the agriculture and veterinary officers (Cuban version of Quarantine). "Do we have pets?" "No", that was the end of the vet involvement. "Where does your fresh produce come from?" Florida. "How much frozen beef do you have? How many eggs? Do you have insects, bugs, rats on board?" It seemed they worry about what you bring, not what may creep in from the dock.

Third was the turn of the harbourmaster (with his assistant) and customs officer. The three of them sat at the table filling up forms in triplicate: boat registration, "how many flares?" (took them away for custody), GPS, VHF, mobile phones, computers, tablets...Portable VHF and GPS were sealed in a bag, ready for the next inspection on departure. We were also instructed to keep our dinghy hoisted on the boat at night, to prevent theft. It is clear that the government wants to control not only the means of communication but also people's movements.

Finally the immigration officer granted us a 30-day tourist visa, not
without sighting our boat insurance policy first.

One last formality concerned the acquisition of a cruising permit, necessary for any boat intending to proceed elsewhere in Cuba. We were asked to prepare a list of puntos intermedios, planned ports and anchorages where we hoped to stop before departing Cuba. This had to be submitted for approval: all along the West Coast, one port out of 9 was denied (military base), the rest were Ok with conditions attached though. Certain ports are OK to land provided tourist's facilities exist (i.e. marina, resort, city wharf...). Remote overnight anchorages are allowed too but without landing (in theory to prevent cruiser's direct contact with the people). Still, the procedure is to call the Guarda Frontera every time so they can check on you. No doubt, you're being watched!

The whole exercise took 3 ½ hours, with every official asking to look around the boat. Fridge, freezers, cupboards (the ones they could easily access anyway)...were opened for inspection. As one of us would accompany each group inside ( making sure nothing went missing), we wondered what they were looking for. It could not be wine, since no one asked how much we had on board. We were queried about health insurance but no one bothered when we said we didn't have any ( one of our worries was that we would be forced to take on the local health insurance, compulsory according to guide book).

As tedious as it sounds, it was quite pleasant, the men were very polite and friendly (grateful for a soft drink), laughed at our pathetic efforts in Spanish and called Anne "princess" while Marc was renamed Marco Luis with the big feet (they found his shoes during the search!!!) I had read somewhere that sniffer dogs are usually brought in, but not in our case. When I asked about it, I was told "dogs don't work on Sundays!"

I can't finish the story without mentioning tips. One cruising book stated that "Castro's Cuba is said to be mordida free". Let me tell you, it is not the case. "Tipping" is very much common, some officials are more discreet than others ( we had one inspector waiting to be in the guest cabin, out of sight from his colleagues, to ask for a $20 tip), and requests vary depending on individual's needs (some asked for cash, one for beer, another for writing pads and pens!). As other cruisers reported the same experience, we concluded it was best to arrive prepared for it. And were pleasantly surprised when one official didn't ask us for anything. It was the doctor, who could have easily asked for or confiscated some of our medicines. Instead, he nodded, praising us for being so well equipped, thanked us for the Coca-Cola, shook our hands and wished us a nice day. Welcome to Cuba!


Cuba. Une escale très attendue. Je ne dirais pas qu'on en rêve depuis toujours, mais vu que 90 petits miles nautiques séparent Key West de La Havane, c'est l'occasion ou jamais de visiter un pays qui semble vivre dans son propre univers. Nous avions tous nos idées reçues sur le sujet : Terry, pragmatique, ayant connu la « crise des missiles cubains », et moi-même, plus romantique, associant l'ile avec des hommes d'un certain âge sirotant un verre de rhum et mâchouillant leurs cigares, des belles filles dansant la salsa, tous sous l'œil vigilant de Fidel Castro, leur héros révolutionnaire. Ces préconceptions sont donc reflétées dans nos impressions de Cuba, que je souhaite partager dans cette prochaine série de billets. Mais avant même de débarquer sur l'ile, il faut d'abord y arriver. Parlons donc de la préparation et de la navigation.

Détenteurs de passeports australiens et français, sur un bateau battant pavillon australien, nous ne faisions pas l'objet de restrictions, à la différence des citoyens des Etats-Unis qui ne peuvent se rendre à Cuba depuis l'introduction de l'embargo économique américain il y a 50 ans. Par contre, le bateau est assure avec une compagnie américaine (Pantaenius), une décision prise il y a 2 ans, quand on a découvert que les assurances européennes ne couvraient pas convenablement les bateaux navigant dans les eaux américaines. Tout allait bien jusqu'à ce qu'on mentionne notre périple à Cuba, et on a réalisé que notre assurance américaine devant se plier aux conditions de l'embargo, ne nous couvrirait pas. Vous nous connaissez, on est prêts à passer sur certaines choses, mais pas l'assurance du bateau. Donc, après quelques semaines de tergiversations, à chercher d'autres options, Pantaenius nous a finalement fait une proposition : leur succursale en Allemagne nous couvrirait pendant 2 semaines, rajoutant Cuba sur le document, en échange d'une prime supplémentaire de $1000. La valeur de l'offre a été une question très débattue pendant quelques jours, et finalement on s'est dit qu'on regretterait plus le fait de ne pas être allés à Cuba que l'inverse...

Les problèmes d'assurance résolus, il a fallu s'occuper de l'approvisionnement. Anticipant des magasins cubains mal achalandes, on a entrepris un remplissage des placards, frigos, et fonds de cales avec alimentation, pièces détachées, livres, cosmétiques et fournitures scolaires. L'idée était d'être autonomes pendant quelques semaines (voire mois) et avoir des denrées supplémentaires à échanger ou même donner.

On a donc quitte Fort Lauderdale le 4 janvier, à 2h du matin, direction La Havane. D'après Terry, un jour trop tard pour profiter d'une bonne brise, alors qu'on se trouve en pleine petole et on reste à 3 miles nautiques des cotes pour éviter le courant. Ça a été stressant au début, il a fallu esquiver pas mal de trafic. On a failli entrer en collision à 5h du mat, au large de Miami, quand une vedette nous mis le cap dessus. Je me suis réveillée au son de sirènes stridentes, un moteur rugissant en marche arrière, notre capitaine hurlant de colère, bref pas très heureux...quelqu'un a du s'endormir au volant. Rajoutons des centaines de viviers (je pensais qu'il y en avait des millions dans le New England et le Chesapeake, il y en a encore plus dans les Florida Keys !) et il faut être sur qui vive constamment. A la fin du premier jour, on s'est rendu compte qu'on n'arriverai pas à La Havane de jour comme prévu, on a donc décidé de faire escale a Tavernier Creek, dans la partie nord des Florida keys. Autre raison pour s'arrêter : notre moteur tribord avait surchauffe et cale, Terry a du plonger (une fois ancres !) et y a trouvé une ligne de pêche enroulée autour de l'hélice. J'espère que c'est le seul problème. L'eau y était tellement claire, les enfants ont pique une tête pour la première fois en 8 mois ! Comme j'aurais aimé prendre notre temps et cabote le long des Keys...

Pour le reste de la traversée, le vent est monte jusqu'à 30 nœuds, le Gulf Stream nous a finalement rattrape et ralenti, on ne faisait que 5 nœuds. Entre le vent et le courant, c'était plutôt muscle, et on avait vraiment hâte de voir la cote cubaine. Nous sommes arrivés, finalement, le 6 Janvier.

C'était un dimanche midi, on a tenté de contacter la Guarda Frontera et le personnel de la Marina Hemingway par VHF, mais sans succès. Ce n'était pas grave, on s'est pointe quand même, même si on devait passer la journée au ponton despacho. En fait on s'est inquiété pour rien : toute l'équipe était là pour nous accueillir (la surveillance marche à fond).

A commencer par le médecin qui ne nous a pas demandé si on était malade mais a voulu voir notre kit de premier secours, notamment l'aspirine et les antibiotiques !

Puis ce fut le tour de l'agriculture et le vétérinaire (la version cubaine du service phytosanitaire). « Avez-vous des animaux ? » Non, bon c'était tout pour le veto. « D'où viennent vos produits frais ? » La Floride. « Vous avez combien de viande congelée ? Combien d'œufs ? Des insectes, des rats à bord ? » On dirait qu'ils se soucient plus de ce qu'on emmène que de ce qui pourrait s'infiltrer du ponton.

Ensuite voilà le capitaine du port, son assistant et le douanier qui se pointent. Tous les trois se sont assis autour de notre table, affaires à remplir des formulaires en triple exemplaire : les papiers du bateau SVP, « combien de fusées ? » (on nous les a mis sous scelles), GPS, VHF, téléphones portables, ordinateurs, tablettes,...les VHF et GPS portables ont été également scelles dans un sac en plastique, prêts à être inspectes à notre départ. On nous a aussi demande de garder l'annexe verrouille à bord pendant la nuit, pour éviter nous la faire voler. Car ici, l'exile est une réelle tentation, et le gouvernement veut à tout prix contrôler les moyens de communication ainsi que les mouvements de personnes.

Pour finir, l'immigration nous a accordé un visa de touriste valide pour 30 jours, mais pas avant de s'assurer que le bateau était assure.

La dernière formalité concernait l'obtention d'un permis de croisière, nécessaire pour naviguer dans les eaux cubaines. On nous a demandé de produire une liste de puntos intermedios, les ports et mouillages ou nous désirerions faire escale avant de quitter Cuba. Cette liste a du ensuite être soumise pour autorisation : tous situes sur la côte ouest, un de nos 9 ports nous a été refuse (base militaire), le reste a été approuvé avec certaines conditions quand même. L'accès a terre n'est permis que dans des ports ayant une infrastructure touristique (comme une marina, un resort, un ponton public...) Les mouillages forains sont permis mais les atterrissages sont interdits ( apparemment pour éviter tout contacts directs avec les habitants). Dans tous les cas, la procédure est d'appeler la Guarda Frontera pour contrôle. Il n'y a pas de doutes, on est sous haute surveillance !

Tout s'est terminé 3 heures ½ plus tard, après plusieurs tours du propriétaire (un pour chaque fonctionnaire). Frigos, congélateurs, fonds de cale, equipets (les plus accessibles)...ont tous été inspectes. L'un de nous a accompagné chaque groupe à l'intérieur, avec un œil pour vérifier qu'ils ne touchent a rien, en se demandant ce qu'ils pouvaient bien chercher. Surement pas du vin, puisque personne ne nous a demandé si on en avait. On nous a bien questionne sur notre assurance médicale, mais personne n'a bronche quand on a répondu qu'on n'était pas couverts (d'après un des guides nautiques, on aurait été « forces » de prendre une assurance locale, ce ne fut pas le cas).

C'est donc un peu fastidieux comme procédé, mais tout s'est fait dans la bonne humeur, très poliment et très gentiment. On leur a proposé à boire (des sodas gracieusement acceptes), ils ont bien rigole en entendant mon espagnol approximatif (j'ai besoin de m'entrainer, c'est sûr !), rebaptise Anne « Princesse » et Marc « Marco Luis aux grands pieds » (après la découverte de ses sandales taille 44 pendant la fouille du bateau!). Je m'attendais à voir les douaniers accompagnes de chiens renifleurs (d'autres équipages nous avait avertis), mais on nous a répondu que « les chiens ne travaillent pas le dimanche ! ».

Enfin je ne peux pas conclure mon histoire, sans parler des pourboires (ou tips, bakchich, extra...). Un de nos guides déclare que « le Cuba de Castro est sans mordida ». Laissez-moi vous dire que c'est faux. « Tipping » est affaire courante ici, certains fonctionnaires sont plus discrets que d'autres (un des inspecteurs a carrément attendu d'être descendu dans la cabine des invites, hors de vue de ses collègues pour nous demander $20), et les demandes varient selon les individus (certains veulent de l'argent, un de la bière, d'autres des crayons et du papier !). N'étant pas les seuls à en avoir fait l'expérience, mieux vaut s'y attendre. Quitte à être agréablement surpris lorsque l'un d'eux ne demande rien. Ce fut le cas du médecin, qui au lieu de nous demander ou même confisquer une partie de nos médicaments (ce qu'il aurait pu facilement faire) nous a loue pour notre organisation, remercie pour le Coca, serre la main et souhaite une bonne journée. Bienvenue à Cuba !

Ports of Call - Escales - Cuba
| | More

Newer ]  |  [ Older ]

 

 
Powered by SailBlogs